Mon projet de recherche

Le cinéma et le jeu vidéo sont des arts très liés, à la fois de par le divertissement qu’ils proposent, mais aussi et surtout, par les procédés d’expressions et de réalisation qu’ils emploient. Depuis l’apparition du jeu vidéo, ces deux forment de divertissement se sont beaucoup influencés mutuellement.

En effet, ces deux arts s’échangent sans arrêt des procédés de transmission de l’information. Le jeu vidéo s’est très vite rapproché du cinéma, notamment avec l’apparition des cinématiques très tôt dans l’histoire du jeu vidéo. Aujourd’hui, certains jeux comme Beyond two souls, avec Ellen Page dans le rôle principale, où le gameplay repose sur l’influence que le joueur va apporter, et au choix qu’il va réaliser. Ce type de jeu qui cherchant un équilibre entre cinéma et jeu vidéo serait apparu dans le sillage d’Heavy Rain, porté à la fois par son graphisme et son game design jugés révolutionnaires à sa sortie.

Le cinéma n’est pas en reste, et va emprunter au jeu vidéo son esthétique graphique et la 3D, un élément propre au jeu vidéo, va même apporter un renouveau dans le domaine du cinéma d’animation. Le cinéma a très vite compris que le jeu vidéo aurait un impact sur le cinéma avec cette technique d’animation, et ce n’est pas pour rien que le premier film à utiliser la 3D (Tron) place le jeu vidéo au centre de son récit. De nos jours, le cinéma demeure très inspiré des jeux vidéo, ainsi, beaucoup de films voient leur esthétique graphique tirée des plus grands jeux. C’est le cas pour les derniers films Star Trek dont l’esthétique graphique a été très influencée par l’excellent et mondialement reconnu Mass Effect, le cinéma utilise la patte graphique du jeu vidéo pour faire évoluer une série esthétiquement obsolète en un produit adapté au visuel de son époque. D’autre part, le jeu vidéo fascine les cinéastes, et certains jeux sont transportés sur grand écran, comme par exemple la série de jeux Silent Hill, qui connaitra une adaptation cinématographique en 2006.

Ces deux médias étant très proches, étudier une problématique à ce propos m’a semblé pertinent, regorge de références qu’il me semble utile de connaitre, d’autant plus que le divertissement, soit par le jeu vidéo soit par le cinéma, est une branche pouvant constituer une continuité à la formation dans laquelle nous nous trouvons.

Arthur

Je m’appelle Arthur Allio, j’ai 18 ans. J’ai obtenu mon bac s en 2014 au lycée Sainte Marie à la Verpillère. Cette expérience m’a particulièrement déplu, et ce bac m’a appris une chose : je ne poursuivrai pas des études scientifiques après mon bac.

Il fallait néanmoins que je trouve quelque chose à faire pour les années à venir, pas seulement pour m’occuper, mais aussi pour me bâtir un avenir intéressant et riche. J’ai donc creusé dans toutes les directions : lettre, économie, droit, arts etc… Je suis allé à une multitude de salons, j’ai scruté les magazines de l’Etudiant à la recherche de la formation qui ferait la différence. Et en Novembre 2013, au salon de la cité internationale à Lyon, j’ai rencontré Cécile Paturel, qui m’a présenté la formation en communication et création numérique. La notion de nouveauté proposée par la formation, ainsi que l’opportunité d’étudier à l’étranger.

Je me suis donc décidé à postuler pur cette formation, qui, je suis sure, n’a pas fini de me surprendre et de m’apporter de nouvelles connaissances.

1984


Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler d’un ouvrage que j’ai lu dans le cadre de mon projet de recherche. Cet ouvrage est un roman de George Orwell intitulé 1984. En voici un bref résumé :

LBig Brother is watching you’histoire se déroule en 1984, comme son nom l’indique, à Londres soumise par un régime totalitaire obligeant le peuple à vouer un culte de la personnalité à Big Brother, le chef de l’Etat Océania. Dans cet état totalitaire, il est impossible de dissocier le vrai du faux car les documents officiels détenant la vérité sont détruits et remplacés par d’autres, factices.

Le personnage principal s’appelle Winston Smith, il est employé au Ministère de la Vérité où il remplace justement les vrai documents par les faux. Un jour il décide de commencer la rédaction d’un journal intime dans lequel il exprime ses rêves de rébellion contre Big Brother. Ce journal, il l’écrit à l’abris du télécran, un appareil qui surveille se moindres faits et gestes.

Un jour il rencontre une femme nommée Julia Il se voient en secret pour partager des moments intimes car l’amour vouée à une autre personne que Big Brother n’est pas toléré et est sévèrement punit par le Ministère de l’Amour.

Tout deux partagent une vrai complicité et les mêmes envies de rrébellioncontre le parti. Winston rêve de rencontrer O’Brien, un personnage qu’il voit en rêve comme le chef d’une organisation secrète de rébellion. Il réussit à convaincre Julia d’y aller ensemble. Un fois arrivés, O’Brien leur dis qu’ils ne se sont pas trompés sur son compte, et en guise de première mission, il leur fait lire un livre interdit révélant toute la vérité sur Big Brother et le parti.

Une fois l’ouvrage terminé, Winston et Julia sont arrêtés et amenés au Ministère de l’Amour où ils sont torturés durant des mois, des années même. Winston fini par trahir son amour pour Julia et se tourner vers Big Brother. Il n’aime plus que le parti et seulement le parti. Même dans la mort, lorsqu’il est fusillé, il meurt en regardant, le sourire aux lèvres, une affiche de propagande de Big Brother.

1984

Merci et à demain !

La nouvelle société des seniors – Serge Guérin

La_Nouvelle_Société_des_seniors

Guérin, S. (2011). La nouvelle société des seniors. Paris : Michalon

La nouvelle société des seniors de Serge Guérin est la nouvelle édition d’une série dont le premier ouvrage s’intitulait : La Société des seniors publiée en 2009. Dans ce nouvel ouvrage, il insiste à dire que les seniors sont l’avenir de la France. Si la société des seniors est de plus en plus présente, pour autant nous sommes encore loin de la société avec les seniors ; bien que cette population nationale ne cesse de croître, Mr. Guérin, sociologue, pense qu’il faut avant tout reconsidérer le terme et au contraire, s’attache à « rajeunir » l’âge et refuse l’association de la vieillesse et de la dépendance et tient à mettre en avant que les seniors jouent un rôle majeur dans la vie sociale d’aujourd’hui bien qu’ils ne soient vues que comme des individus vulnérables et faibles, que vieillir est synonyme de maladie, de déclin. Il s’agit alors de se poser les bonnes question comme par exemple : « Comment valoriser l’emploi des seniors ? Quelle prise en charge du grand âge ? Et bien d’autre comme des questions sur la retraite, l’emploi, l’habitat mais aussi les financements de la grande vieillesse. Ces questions que se pose l’auteur sont solutionnées ou alors répondue concrètement et directement par lui même par rapport aux enjeux de la seniorisation ; de montrer comment ce vieillissement peut être considéré comme un levier de changement. Cette révolution démographique que constitue le vieillissement de la population appelle à la redéfinition de notre contrat social et contribue à la transformation du regard que nous avons sur l’âge.

La Quotidienne – France 5

L’article provient de la Quotidienne, émission quotidienne de France 5 justement. Il évoque le fait que les seniors sont de plus en plus connectés à internet et au numérique. En effet, en 2011, ceux ci représentent déjà le tiers de la population nationale et en 2030, c’est un Français sur deux qui aura plus de 50 ans. Ceci représente donc un levier de croissance important, et surtout dans le domaine du numérique. Même si les seniors se penchent de plus en plus sur la question, un fossé générationnel est toujours existant : moins de 17% des plus de 75 ans disposent d’un ordinateur chez eux, contre 90,8% des 15-24 ans. Les personnes âgées expliquent ceci par un manque de besoin et aussi une peur de l’inconnue ; ceci provoque un effet d’isolement chez eux alors que justement, ces outils numériques sont sensés provoquer le contraire. « Bien adaptés, ils peuvent ainsi aider à surmonter certains « handicaps » sociaux, physiques, psychologiques ou cognitifs liés au vieillissement, ou retarder leur apparition » souligne le document du Centre d’analyse stratégique dans un rapport d’avril 2011. On note en effet que l’utilisation quotidienne d’un ordinateur chez un seniors se limite uniquement à :

equipement-seniors

Les seniors VS les jeunes – Nouvelle mutation, nouvelle tête.

Jeunes-VS-Seniors

On en était au point de présenter les médias télévisés comme outils néfaste de diffusion, notamment lorsque l’on prend l’exemple des maisons de retraites, pour revenir au sujet énoncé précédemment, les sujets tragiques comme des accidents sont néfastes pour leur état d’esprit et suscite beaucoup de discussion, des débats, des émotions importantes, et de refoulement d’événements passé ; les médias informationnels n’aident vraiment pas à l’enthousiasme de ces personnes pour leur vie de tout les jours qui n’est pas très joyeuse par définition.

Le monde des média et d’internet fait tourner la société bien plus plus vite qu’autrefois, on est entouré de terme anglais, des I des # des @ avec les réseaux sociaux qui pullulent de partout, on accède à internet de partout, le savoir est dans la poche (par rapport au téléphone portable), le rythme de vie est bien plus accéléré, on a plus les même aspirations qu’avant, on ne pense qu’au loisir ; mais de la vue de quelqu’un qui ne sait jamais imprégnée de tout ça, à quoi ça rime ? Comment rentrer dans le moule si on le souhaite ? Quels sont les moyens mis en place ?

Dans le monde de la tablette tactile qui est un marché très florissant depuis peu d’années, les seniors sont une grosse potentielle part de ce marché. Même si l’usage est souvent adapté car plus simple d’usage que l’ordinateur, il y a encore en France plus de 75% des foyers de plus de 70 ans qui ne sont pas connectés. La technologie est souvent rebutante pour ces résistants, c’est pourquoi une marque de tablette à été développée et est spécialement adaptée pour ces seniors qui voudraient s’y mettre mais n’oseraient pas franchir le pas. C’est ainsi que naît Tooti Family. « La tablette est livrée clefs en main, avec sa connexion Internet et la mise à disposition d’une ligne téléphonique d’aide pour répondre à toute les questions de nos utilisateurs. » décrit l’entrepreneur. Elle à aussi une fonctionnalité intéressante et pratique qui consiste à se faire aider à distance par un membre de sa famille lorsque l’utilisateur rencontre un problème, d’où le nom Tooti Family.

Certain plus extraverti qui ont dépassé le stade de la compréhension de la tablette arrivent bien à se démarquer des autres en mettant en avant deux éléments pour le moins opposés ; l’addiction à la technologie et le fait d’être un « papy ». Papé Geek, c’est le nom d’artiste d’un papy agriculteur de la campagne de Beauce. Dans son clip chorégraphié, l’agriculteur rappeur se dit « connecté, kiffer la vie, facebook, tweeter grâce à la 3G et d’avoir des amis même en Amérique. » Ce personnage est la preuve de l’immersion dans la technologie de façon parodique bien sûr.

D’autres comme le studio Golden Moustache mettent en scène et réalisent des vidéo à but parodique sur une école de commentaires youtube. C’est-à-dire ; les seniors participent à un petit stage de formation qui consiste à visionner une vidéo youtube et d’ensuite les commenter avec leur professeur qui va leur apprendre le vocabulaire des jeunes ainsi que les abréviation des smiley et tout ce qui tourne autour.

Mon Projet de recherche

Kesako-Mercedes-cerveau-droit-gauche-israel-velo

  1. Introduction – Structure interne du cerveau

    Pour comprendre la problématique sur le plan neurologique et psychologique, je me suis penché sur le mécanisme et la structure interne du cerveau ; Qu’est-ce qu’un neurone ? Son utilité ? Son fonctionnement ? J’ai ensuite détaillé les différentes zones du cerveau d’un point de vue horizontal et vertical

  2. Les seniors VS les jeunes – Nouvelle mutation, nouvelle tête

    Le rôle de cette partie est de déterminer par comparaison les faculté de vitesse d’apprentissage des jeunes par rapport au personnes âgées, c’est à dire la plasticité cérébrale. Notamment dans les années 60, des tests ont été réalisés et ceux-ci suggéraient que le cerveau pouvait être comparé à une tablette d’argile; la langue maternelle se grave définitivement dessus lorsqu’on est un enfant. On ne peux pas la remplacer par une autre langue une fois gravée. une fois le système de cete langue engrangée, c’est le mécanisme d’apprentissage lui même qui est programmé afin d’affecter les tissus neuronaux à telle ou telle tâche. Ce qui implique que le monde numérique peut être interprété comme une nouvelle langue que les seniors n’ont pas réussit à assimiler. J’ai aussi évoqué le fait que les médias se sont accaparés de notre éducation et laissent petit a petit l’école et l’université de côté.

  3. Les enjeux médiatique et technologiques – Des problèmes vicieux… Des solutions ?

    Les problèmes vicieux se trouvent entre autre dans les maisons de retraites où l’information médiatique proposée n’est que macabre ; ils nous montrent que des mauvaises nouvelles et ne se préoccupent pas de savoir si cela nous « gave » pas. Ceci entraîne des discussions entre eux et des souvenirs enfouis qui ne participent pas à la bonne humeurs de ces personnes âgées… On peut aussi noter que l’utilisation de termes anglais et abréviations ne favorisent pas non plus à l’insertion des seniors dans cette nouvelle société numérique. Comme solutions à ceci, on pourrait donner l’exemple d’un entreprise qui à inventé une tablette qui permet d’assister les utilisateurs au quotidien (Tootifamily). D’autres seniors ont réussi à prendre le train du numérique et le montrent en vidéo…

  4. Conclusion – Visions d’avenir

    Une question simplement : Je me demande si nous subirons aussi dans le futur lointain de nos vie une époque semblable à celle que nous vivons actuellement.

Considérez-vous cela comme de l’amour ?

Bonjour à tous,

Je vais vous parler aujourd’hui d’un nouveau métier bien étrange découvert en travaillant sur mon projet de recherche.

Nous ne savons jamais à qui nous parlons sur internet. Il existe de nos jours des « assistants de drague virtuelle ». Vous vous demandez en quoi consiste cela ? Les clients font appel à ces assistants depuis le monde entier pour draguer et écrire leur profil sur les réseaux sociaux.

Désormais, même les mots d’amour sont calculés et pesés avant l’envoi. Bien loin des ratures de la lettre d’amour, ces assistants concoctent des profils parfaits, et créent des conversations parfaites. Ce nouveau rôle de cyber-intermédiaire met le doigt sur un fait désormais bien réel : la marchandisation de l’amour.

Alors comment savoir à qui l’on s’adresse vraiment sur les sites de rencontres ?

Ces articles m’ont fait penser à la théorie de Marc Parmentier à travers laquelle, il explique qu’une véritable stratégie marketing se met en place sur les sites de rencontres. En effet, ses plateformes regorgent de produits, d’acheteurs, d’une offre et d’une demande dans un espace de confrontation.

Les produits sont les profils qui défilent comme dans un catalogue. Les acheteurs sont à la fois les produits et les acquéreurs, puisque les personnes visitant les profils en possèdent un eux aussi. L’offre est la potentialité de pouvoir parler avec un nombre infini de personnes en même temps, ce qui est très entrainant, mais pas très romantique.

Voici les articles en lien avec ce nouveau métier :

Poireau, R. (2013, 11 Novembre). Les déçus des sites de rencontres. Dans MyTF1news, sur : http://videos.tf1.fr/jt-20h/2013/les-decus-des-sites-de-rencontres-8309034.html

Jacobs, E. (11 Novembre 2011). The love letter ghost writer. Dans Financial Times, sur http://www.ft.com/intl/cms/s/0/0db2774a-0a00-11e1-8d46-00144feabdc0.html#axzz3N70s2Zs3

Considérez-vous cela comme de l’amour ?

A demain,

ND

La mutation de l’image

AV8PupovdnKkFIankYouk0P9dH8

Cette transformation de nos rapports avec l’image va coïncider avec l’arrivé de la photo. Le réel pouvant être capturer dans sa plus grande précision, les peintres se sont mit a chercher ce que l’appareil ne saurait voir, le fugitif d’une atmosphère par exemple comme avec les peintres du courant impressionniste. On voit déjà qu’il y a un changement de sujet de représentation, l’homme tend à disparaitre. La photographie va être l’instigatrice de cette supériorité de l’exposition face au culte. Les photos ne peuvent plus  se contenter de la contemplation, il leur faut une légende pour leur compréhension, nous ne sommes plus dans des représentations communes, l’image devient anguleuse et perd son aura.

Le_cuirasse_affiche

C’est le cas aussi du cinéma qui est le prolongement de la photographie. Le montage comme on peut le voir dans le film, de S. Eisenstein , essaye de nous tromper car il veut récréer une narration linéaire calqué sur la vie mais le simple fait de considérer l’humain et son vécu répréhensible de cette manière est caduque, il y a une illusion de vérité mais l’enchainement des images n’est qu’un espace idéalisé.
L’amélioration constant des effets spéciaux, est aussi un des problèmes du cinéma . Ils cherchent eux aussi à recréer le réel , sauf que l’imagination nous est dépossédée, on devient passif spectateur de l’onirisme des autres ce qui est une forme d’asservissement de notre subjectivité. Et l’ élément des nouveaux médias qui va le plus nous priver de ce faculté humaine est la télévision.

Capture d’écran 2015-01-02 à 16.40.39

L’intronisation de la télé et de son lot de matraquages publicitaire et politique chez la plupart de la population va achever de placer l’image comme support commerciale par excellence. Elle à perdu son caractère sacrée et unique pour n’être qu’un bien marchand , vide de sens. Elle est devenu la pierre angulaire de ce que l’on nomme “ la société de spectacle” définit par le penseur Guy Debord. Pour lui tout divertissement sous tend à promouvoir l’idéologie capitaliste, elle nous rapproche physiquement dans une salle de spectacle, ou notre salon mais nous divise mentalement. Contrairement aux représentations antérieures qui unissaient les gens dans des représentations et conceptions communes, qui essayaient d’exprimer un certain sens métaphysique.
C’est la la force de l’image par les nouveaux médias, pouvoir renverser son sujet par un tour de force commerciale et lui faire dire ce que l’on désire.Ce qui est aussi emblématique de notre société de spectacle, c’est aussi notre propension à nous créer de fausses idoles, le culte des stars… mannequins, acteurs , chanteurs…nous admirons des incarnations sans vies qui défilent sur nos écrans et plus grand exemple de cette vacuité quotidienne reste le succès de la télé réalité qui est le summum de l’organisation sur l’image dénué de sens dont les nouveaux médias sont la pièce essentielle.

kim-kardashian-reveals-scary-pregnancy-experience

On va s’attarder sur une personne qui n’est pas forcement lié à la télé réalité au départ mais elle illustre bien mon propos. C’est l’une si ce n’est la plus célèbre personne qui actuellement s’est construite par l’image dans les nouveaux médias : Kim Kardashian.
Son cas m’intéresse car c’est une dynastie entière qui s’est construite sur l’image : Il faut savoir qu’elle à obtenu de la reconnaissance médiatique en mettant en ligne une sex tape car elle n’a aucun talent particulier, si ce n’est d’être la fille de Robert Kardashian. Son nom vous parle moins, mais il est le célèbre avocat qui à permis dans les années 90 la libération du joueur de NFL O.J Simpson. Ce dernier était accusé du meurtre de sa femme, avec des preuves irréfutables, mais par un tour de force médiatique Kardashian père à réussit a retourner l’opinion publique en sa faveur ce qui a permis de le disculper, alors que tout le monde s’accorde sur sa culpabilité avérée. C’est ainsi qu’il a bâtit sa carrière et sa fortune sur la manipulation de l’image médiatique d’une personne, si certaines personnes ont vu “Gone Girl” cela peut vous rappeler cette histoire un peu, c’est l’image publique qui décide et non la vérité, c’est la caractère fourbe que donne les nouveaux médias à l’image.

Images et Nouveaux médias

Dans une première partie de mon sujet je vais chercher à comprendre les origines de l’image, ce qui la constitue, une partie que je vais appeler : « La magie de l’image »

meh-ro5317-rhorschach

Au départ l’image n’est qu’amas de traits, une matière brut., elle ne devient une représentation que grâce à notre regard. C’est notre oeil et notre imagination qui conditionne l’image et qui la crée, sans réferent ce ne sont que des pigments ou des formes.
Cela va nous permettre de comprendre qu’avant une valeur artistique, l’art et l’image avaient une valeur cultuelle.

25683-bigthumbnail

Donc après avoir vu l’évolution de l’image nous allons voir : L’altération de l’image. Elle est une conséquence de la reproductibilité technique mais aussi de ce que l’on appelle la sécularisation des civilisations occidentales, c’est à dire le schisme entre l’état et la Religion, car on à put le voir notre imagerie était d’ordre religieuse auparavant. On va donc voir à quel point l’image à été malmener en m’appuyant sur des notions clés comme par exemple: la perte de l’aura , donc la perte de l’authenticité , l’unique.

1913-Roue.de.Bicyclette.Marcel.Duchamp

Dans la 3eme et dernière partie, on va parler de la liberté et la créativité que les nouveaux médias ont apportés à l’image, car chaque nouveaux média est un nouveau langage. Une nouvelle réalité que nous allons appréhender toujours en s’appuyant sur des exemples. Mon point de départ va être le travail de M. Duchamp, père de l’art contemporain, il va ouvrir des perspectives importantes que les artistes du numérique vont pouvoir investir.