La légitimité de la singularité

les-temps-modernes-5

Charlie Chaplin, dans Les Temps modernes, livre une interprétation qui va à l’encontre de la pensée de Walter Benjamin dans son ouvrage L’oeuvre d’art a l’heure de sa reproductibilité technique. En effet, en jouant et réalisant son film, il court-circuite « l’intervention d’un comité de spécialistes » dans son jeu d’acteur. Il contrôle la production de son film a plusieurs niveaux, il est conscient en tant qu’acteur des contraintes techniques reliées à la mise en scène, et il peut, en tant que réalisateur, penser la mise en scène en lien intime avec le jeu d’acteur. Cette maitrise lui permet placer l’humain au coeur de son oeuvre : la réalisation est mise au service du jeu d’acteur et surtout du personnage. Chaplin peut alors livrer une interprétation tout en maitrise et en distance, interprétation proche de celle d’un acteur de théâtre. L’oeuvre est certes reproductible, mais elle conserve son aura parce que l’acteur n’y est pas un accessoire.

Ainsi, Chaplin met la technique au service de son propos : ne pas nier la reproductibilité, l’industrialisation, mais en redonnant une légitimité à la singularité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *