tumblr_muf65dlDJO1s60g1po1_1280

Tinder, le résultat de cette hyper-modernité

Gilles Lipovetsky, dans son principal ouvrage : l’ère du vide, analyse une société « post-moderne ». Il remettra en cause ce nom qu’il redéfinira plus tard d' »hyper-moderne ». Ce dernier nom transmet mieux l’idée d’une modernité superlative et effrénée qui caractérise, à ses yeux, les sociétés libérales. C’est le temps de la modernité sans contraire, dérèglementée et globalisée. Ce qui veut dire toujours plus de concurrence, toujours plus de compétition, de marchandisation, de mobilité et de flexibilité.

Il me semblait que « Tinder » était une bonne illustration des propos de Lipovetsky. « Tinder » est une application smartphone qui permet de rencontrer facilement des partenaires, proposés à l’utilisateur grâce à un outil de géolocalisation qui le renseigne sur ceux à proximité. L’utilisateur n’a cas faire défiler les photos des partenaires potentiels, indiquer s’il aime ou pas et si la personne l’aime en retour il peut y avoir un contact, une discussion et peut être un rendez vous.

Il me semble que cet outil est tout à fait à l’image de cette société que Lipovetsky critique, nous n’avons même plus le temps de séduire quelqu’un, de prendre le temps de l’admirer, de le/la connaitre.. Les photos ne font que défiler, on aime, on aime pas, on passe à la prochaine, jusqu’à qu’il y en ai une/un qui me trouve cool en retour. À la moindre difficulté on abandonne, il n’y a plus de place pour la patience, le compromis. On se consomme les uns, les autres, on espère que les autres nous trouve cool pour pouvoir continuer à nous apprécier malgré que tout cela soit complètement faux et superficiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *