Film Network critique des masses médias

Bonjour à tous,

je vais présenter un film « Netword » de Sydney Lumet.

L’histoire se concentre sur Howard Beale, interprété par Peter Finch, un célèbre présentateur de la chaîne UBS News qui, suite à des problèmes personnels, pète les plombs et se lâche à l’antenne en direct, en annonçant son suicide et ses pensées délirantes sur ce que cache le pays et les médias au peuple américain. Devant le succès d’audience impressionnant de cet incident, le présentateur fou est récupéré par des patrons opportunistes pour en faire une sorte de gourou d’une émission qui lui est entièrement consacrée.

Network est une critique acerbe et cynique sur le pouvoir et le monde de la télévision, sur le commerce qu’elle génère, où tout doit se réduire à des chiffres, à des taux d’audience, au détriment de l’humain. Diana Christensen  incarne ce néocapitalisme sauvage, déshumanisé, elle qui réduit sa propre vie et tout ce qui l’entoure à des synopsis de séries B, formatés pour la télévision. Il montre vraiment le côté abject de la télévision. On peut avoir un exemple concret avec la chaîne Fox News aux ETATS UNIS.

Trop de supers héros, tue le super héros?

Les supers héros on en a… on en a beaucoup! pourquoi? parce-que ça marche! et ce n’est pas prêt d’être terminé, au contraire. Après le rachat de Marvel Studio par Walt Disney, Marvel peut enfin se libérer niveau film de super héros car ils ont des moyens financiers réel. Parce que-oui avant, on a eu les 3 Blade, 3 Xmen, 2 4 fantastiques, 3 Spider-Man, Dardevil (jamais je ne parlerai de ce film…) et j’en passe quelques-uns, mais ce n’était pas fameux. Mais là 2008 c’est le gros boom! Iron Man, Thor, Captain America, Hulk, ce qui engendre les Avengers et Ant-Man, reboot des X-Men (bon c’est pas vraiment un reboot mais je ne vais pas dans les détails), reboot (un vrai) de Spider-Man, bientôt reboot des 4 fantastiques,… Ah mais c’est pas fini! Là j’en suis à cette année 2015, la phase 2 de Marvel, qui ce dernier, a prévu touts ses films jusqu’en 2028 avec le clôture de la phase 4! Prévisions? 3 films par an. Enjoy!

Pourtant beaucoup de monde les attends avec impatience, c’est ça qui est remis en cause : vouloir trop faire quand ça marche. Quand il y a un petit gouffre pour se faire de l’argent, on rempli ce gouffre, quitte à le faire déborder au plus haut niveau. Le vouloir de trop faire de films gâche le film en lui même, exemple, le 1er Avengers, les gens adorait : première réunion des supers héros, c’était épique, grandiose! Là, Avengers 2 est passé pour « bon, un film de supers héros en +… c’est quoi le suivant? » et quand on voit ces réactions et la masse de films Marvel qui vont sortir, c’est un peu flippant…

Continuer la lecture de Trop de supers héros, tue le super héros?

Les SFM : Quand le jeu vidéo rencontre le court métrage indépendant

Dans la vie, j’aime beaucoup de choses. Il y en a deux qui se démarquent : le jeu vidéo et le cinéma. Malheureusement, ces deux médias ont encore beaucoup de mal à se trouver malgré leurs points communs. J’avais donc envie de vous proposer de découvrir les « SFM », qui sont pour moi, l’une des plus belle forme de rencontre entre cinéma et jeu vidéo.

SFM est l’abréviation de « Source Film Maker », qui est un logiciel qui permet de faire de l’animation. Or là ou ça devient intéressant, c’est que l’on peut télécharger des modèles 3D de personnages de jeux vidéos dans ce logiciel, et ainsi leur donner vie. Ce qui est d’autant plus génial, c’est que grâce à des médias comme Youtube, ces courts métrages sont facilement accessibles. Evidemment, il ne faut pas s’attendre à ce que toutes les chaines diffusent des films dignes d’intérêt ( si vous n’êtes pas amateur de toutes les bizarreries qu’internet peut vous offrir, ne tapez surtout pas « SFM gmod »).

Ces films ont un tel succès auprès des fans des jeux représentés que les développeurs ont mis en place une sorte de cérémonie des Oscars, appelée Saxxy Awards : 

saxxy

A noter que le gagnant de cette compétition peut utiliser la statuette ci dessus comme arme dans le jeu. Ce qui le rend extrêmement respectable. On a déjà vu certains joueurs demander à se faire tuer par le possesseur de la statuette en question.

Etant particulièrement fan du jeu Team Fortress 2, je vous recommande des vidéos telles que « Hitman Havoc » du très talentueux « The Winglet ».

CHACUN POUR SA PEAU!

Judith Butler, philosophe, défends dans son livre , Trouble dans le genre, une nouvelle manière d’appréhender les genres. Et ouvre le débat non plus à un système binaire hétérosexuel ou homosexuel mais à d’autres genres encore, qui se traduiraient par des performances au quotidien, c’est à dire par la manière dont chacun se montre aux autres et souhaite se montrer.

Je voulais pour illustrer mes propos parler du mouvement féministe FEMEN, ces femmes qui au nom, sois disant, des femmes défendent leurs conditions et leurs droits. Il me semble qu’elles sont à elles même le témoignage d’un paradoxe de notre société individualiste. Les femmes sans les hommes, et vice versa, ne sont rien. Nous sommes complémentaires et sans ça l’humanité n’existerait plus. Il est tout de même important de rappeler cette base sans laquelle nous ne serions pas là.  Aussi il me semble grotesque de défendre notre positions de femmes en se mettant nues dans la rue. Le paradoxe est total, se mettre nue est typiquement un moyen d’attirer l’attention sur soi en faisant appel à ce qu’il y a de plus bas chez l’Homme et non à sa raison. On en revient là à ce monde de l’image qui nous perd et nous transforme en bête de foire. Lorsque Judith parle de performance de quoi parle t’elle, d’une coupe de cheveux masculine sur une femme ? Il me semble que qu’elle que soi notre genre, nous devons défendre notre condition ensemble et non se créer chacun son nouveau genre et se marginaliser, nous avons besoin des autres et ils ont besoin de nous. Il me semble parfois que ces débats sont là pour nous diviser plus que nous le sommes déjà.. Qu’en pensez vous ?

Le rêve trop réaliste?

J. Baudrillard, grand penseur sur le simulacre et simulations. Pour lui le divertissement devient de plus en plus réel, si bien que cela en devient vertigineux et qu’un jour on va oublier les différences du réel et de la simulation.

C’est le cas dans le film Total Recall : Mémoires programmées, un film de Len Wiseman avec Colin Farrell, Kate Beckinsale, Jessica Biel, etc. Le film se passe dans un futur apocalyptique et raconte comment Douglas Quaid (Colin Farrell), qui à une vie peu intéressante, veut s’échapper de sa vie par le rêve avec la société Recall. Il va s’offrir un personnage de idéal, d’action, qui ne s’ennui jamais  : un agent secret. Très vite l’action commence et tout le long du film (même la fin qui met le doute) on ne sais jamais s’il est dans le rêve ou la réalité, même les personnages (dont sa femme) lui met le doute.

Ce film montre que l’on veut toujours plus que ce que l’on a, jamais satisfait, on s’échappe dans l’irréel au risque d’y rester en perdant toute notion de ce qui est vrai ou non

Le jeu video ou la pensée de Baudrillard

Bonjour,

Dans cet article je voulais parler du réalisme des jeux vidéos avec l’oculus rift et de la pensée de Baudrillard. En effet, les jeux devenant de plus en plus réalistes grâce à une technologie qui en parallèle est plus puissante, émerger le joueur dans un monde quasi réel. Par exemple, un jeu de tir a été proposé sur l’oculus rift, ou le joueur est dans une réalité de tir, il peut se déplacer par les propres gestes de son corps. Ces mondes réels que nous propose la plus part des entreprises de jeux videos ne sont que le simulacre de notre réalité, selon la pensée de Baudrillard. Il est arrivé que dans certains cas des personnes confondent la réalité et le simulacre comme par exemple des jeux de guerres (Battlefield, call of Duty) ou encore des jeux comme GTA ou l’on peut se permettre toutes les folies.

Mariage pour tous 2014

005Judith_ButlerTB

Judith Butler est une philosophe américaine, née en 1956 à Cleveland et professeure à l’Université Berkeley depuis 1993.  Les travaux de Judith Butler ont eu une influence considérable sur le féminisme.

En 2014 près d’une centaine de milliers de manifestants se sont rassemblés, entrainés par le sentiment de devoir défendre la République. Une nouvelle menace venait peser au-dessus de la France : la “théorie du genre”. Pour beaucoup de Français, la “théorie du genre” est devenue synonyme de chaos. Les français non jamais été aussi peu divisé sur l’identité de leurs pays. De ce fait, Judith Butler fut propulsé sur la scène lors du débat sur le mariage pour tous. Cependant, certains manifestants n’avaient pas très bien compris le but de ses travaux. La “théorie du genre”, poursuit-elle, a fut assimilée dans l’esprit de ses détracteurs à une « absence de règles ».

Baudrillard et la télé réalité.

Mes chers lecteurs,

C’est avec émotion que je vous écris le dernier article de cette belle année passé à vos côtés.
En effet, ensemble nous avons vu , des auteurs, des exemples, des illustrations et tant d’autres récits divers.
Pour clôturer cette année je voudrais faire le rapprochement entre les émissions de télé réalité et la théorie de Baudrillard.
Comme le nom de ce concept l’indique nous pouvons penser que c’est un programme qui nous montre la réalité de la vie.
Sauf que, lorsque l’on regarde de plus près ces émissions de télé réalité on s’aperçoit que c’est tout sauf la réalité de la vie.
La production de ces émissions dictent tout ce que doivent faire les candidats, les disputes sont des fausses disputes, les rencontres sont mises en scène, les sentiments, les émotions sont simulés.
Les candidats ne représentes en aucun cas les personnes vivant dans la vraie vie. Un vrai paradoxe pour ces émissions nommés « télés réalités ».
Baudrillard disait que la société d’aujourd’hui n’était qu’une simulation du monde réel. C’est exactement ce qui se passe avec la télé réalité.
J’espère que ce dernier article vous aura plut et convaincu.
Je vous dit au revoir, mais ne vous inquiétez pas «  ce n’est qu’un   au revoir mes frères ».
Votre très chère ML. 

Typographie dans les médias

Aujourd’hui je vais vous présenter un sujet qui me porte à cœur, la typographie. Tout d’abord qu’est-ce que la typographie ? Et bien la typographie désigne les différents procédés de composition et d’impression utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art et la manière d’utiliser les différents types de caractères dans un but esthétique et pratique. Elle est  omniprésente dans notre environnement, elle peut être utilisée sous formes informatives, artistiques.

L’histoire de la typographie est lié à l’invention et l’évolution de l’imprimerie avec laquelle elle se confond, depuis le VIe siècle avec son apparition en Chine.

Voici un court historique de la typographie :

Lisibilité est le premier facteur du choix typographique !

La typo est également très présente dans les médias, c’est la fonction première pour communiquer. Le choix de la typographie a une influence sur la mémorisation et notre perception du mot ou de la phrase et sur la capacité a traiter le message publicitaire. La typographie a été longtemps mise de côté sur le web. L’importance du choix typographique dans les mises en page virtuelle est primordiale. La règle à suivre est de ne jamais (ou presque…) utiliser plus de 3 polices différentes dans un même projet .

Un artiste que j’aime beaucoup Stephan Sagmeister qui est un designer graphique et typographe autrichien. Voici son site web http://www.sagmeisterwalsh.com/

Je vous recommande le livre de David Rault : Guide pratique de choix typographique , atelier perrousseaux

Jusqu’où nous emmène Youtube ?

Screen Shot 2015-05-29 at 19.15.16

En février 2005, trois anciens employés de PayPal lancent Youtube, un site web permettant d’envoyer de regarder et partager des vidéos gratuitement. Google s’en empare en octobre 2006. Aujourd’hui, plus de 300h de vidéos sont misent en ligne chaque seconde et plus de six milliards d’heures de vidéo sont regardées chaque mois. Ce qui au départ était un site d’hébergement conçu pour la diffusion de clip est devenu un vrai model d’expression pour chaque utilisateur. Des vidéos de publicité (Gopro) aux vidéos de lapidation, passant par des diffusion en direct d’événements sponsorisés (Redbull, Coachella) ou des web séries, des podcaster, des tutoriels jusqu’aux provocations, aux appels à la haine…

A Clermont-Ferrand, deux familles de Gitans se provoquent par vidéos interposées :

http://www.koreus.com/video/clash-gitans.html

Se montrer, se faire entendre, décrocher le buzz, devenir populaire ou instruire devient possible grâce aux plateformes web devenu source de médias de masses. Cependant, le message qu’enferme ces médias reste sans limite. Notre place de spectateur nous donne chaque jour une réponse à cette problématique.

Voici quelques sites nous permettant de nous tenir à jours sur les contenus les plus insolites :

– http://www.koreus.com/

– http://www.abrutis.com/

– http://www.hodiho.fr/

– http://www.humour.com/

– http://www.gamaniak.com/

– http://www.videobuzzy.com/

– http://www.bu2z.com/