url

Lorsque le carte couvre tout le territoire…

Baudrillard est un sociologue, et philosophe français de notre siècle, il est décédé récemment en 2007.Contemporain de Guy Debord, Jacques Lacan, Roland Barthes, Gilles Deleuze et autres penseurs des années 1970, il s’éloigne, du moins en apparence, de la psychanalyse et du marxisme  en insistant en particulier sur la sémiotique, c’est-à-dire la réflexion sur les signes (linguistiques, économiques, etc.).  Son oeuvre est en filiation avec celle de Mc Luhan de part la radicalité de son propos qui tend à repenser complètement nos sociétés à travers les médias et il approfondit sa thèse principale « le médium est le message », pour Baudrillard le médium se diffuse dans la réalité de manière insaisissable. Son travail qui cherche  à théoriser et analyser les modes de médiations et de communication de notre société de manière nihiliste. Dans l’ouvrage « Simulacres et simulations » en 1981,il développe l’une des thèses centrales, ce qu’il nomme être  :  la disparition du réel au profit des simulacres.

Baudrillard nous livre ici des pistes importantes et novatrices de réflexion sur notre environnement médiatique ainsi que notre propension a vouloir recréer notre réalité. Sa manière de penser est très intéressante car elle va a contre courant de l’académisme intellectuelle que ce soit dans le style ou dans ses observations. Beaucoup de ses analyses sont très intéressante par rapport à notre réel actuel et l’analyse de Baudrillard s’applique sur des sujets aussi varié que la politique que des objets de notre vie de tous les jours. Par exemple un sapin de noêl en plastique ou encore l’évolution grandissante des technologies dites de réalité augmenté . Le mot réalité augmenté aussi lorsque l’on y réfléchit semble dénué de tout sens, comment peut-on augmenter la réalité ?  On pense aussi à tout ce qui est du ressort de Disneyland, Las Vegas. Le fait aussi que  l’on fasse désormais des films sur des événements très récent, sans recul pour l’analyser comme le film sur DSK, Welcome to NY de Abel Ferrara, on dirait que l’on cherche a saisir chaque histoire dans son immédiat, sans comprendre son sens, elle devient juste un signe.

 

Une réflexion sur “ Lorsque le carte couvre tout le territoire… ”

  1. Bonjour Rémi.

    Je trouve ta réflexion très intéressante. En effet, de quelle manière peut on « augmenter » la réalité? C’est facile : en la diminuant. C’est en simplifiant les codes réels, en ne gardant et en ne sélectionnant que ce qu’il y a de meilleur (ou du moins ce que l’homme juge de meilleur) que cette nouvelle réalité (le simulacre) va susciter l’intérêt. Cette perfection lisse et sans diversité créer un dégoût du réel, l’être humain en devient las.

    Il n’y a qu’à voir l’exemple des mangas: les traits du visage sont simplifiés à l’extrême, à tel point que les personnages représenté n’ont même plus un physique humain. Mais cela n’empêche pas certaines personnes de vouloir se rapprocher de cette forme de réalité au travers d’opérations de chirurgie esthétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *