Baudrillard

Au début, il y avait l’original.

Puis, il y a eu le simulacre.

et enfin la substitution du réel.

Voila la thése de Baudrillard.

C’est plutôt simple finalement non ? Il pense que les sociétés se sont trop reposés sur des simulations du réel. Ce qui provoque une perte de contact avec le monde réel.

De plus l’ére industrielle a contribuer à brouiller une différenciation entre l’image et ce qu’elle représente. En effet, cela à permis une sur représentation du réel. Dorénavant, le phénomène est-elle que dans nos société actuelle le simulacre précèdes le réel.

Ainsi voici la substitution, comme le dit si bien Baudrilard lui même :

  « Il ne s’agit plus d’imitation, ni de redoublement, ni même de parodie, mais d’une substitution au réel des signes du réel, c’est-à-dire d’une opération de dissuasion de tout processus réel par son double opératoire, machine signalétique métastable, programmatique, impeccable, qui offre tous les signes du réel et en court-circuite toutes les péripéties.  »

(Jean Baudrillard. Simulacres et Simulation – Galilée 1981)

baudrillard

La bise CD.

2 réflexions sur “ Baudrillard ”

  1. Bonjour Camille,
    Je ne suis pas tout à fait d’accord sur ton point de vue sur l’ère industrielle. Je pense que c’est plus l’ère électronique qui permis une sur représentation du réel.

    1. Bonsoir à tous,

      Camille, je pense que lorsque tu évoque l’ère industrielle tu veux parler sans doute parler de l’ère de l’Internet industriel. Comme le dit Elisabeth Bargès, la directrice politiques publiques innovation de Google France : « Internet est l’infrastructure la plus puissante jamais créée ». C’est pourquoi de nos jours de nombreuses entreprises ont accompli leur transformation numérique. On les appelle les « Digirati ». Sans elles le marché de la « surreprésentation du réel » n’existerait pas.

      Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *