Tango

Some like it hot : précurseur de la théorie du genre

Judith Butler est une philosophe américaine, née en 1956 aux Etats-Unis, elle a signée Trouble dans le genre (1990 ) qui a fait d’elle l’une des figures de proue des gender studies. En s’appuyant sur les acquis de autres disciplines ( sociologie…) sur le genre, elle va le définir à son tour comme une performance. La sexualité serait un effet dut à la répétition.  Ce qui va être l’un des fondements des théories sur l’identité sexuelle. Son ouvrage a eut fort retentissement 20 ans après sa sortie, après de nombreuses récupérations politiques, beaucoup se sont offusquées des idées avancé par Judith Butler. Alors que ces idées étaient déjà présente dans des films grands publics, bien antérieures à l’ouvrage de Judith Butler.

C’est le cas du célèbre film de Billy Wilder  » Some Like it Hot », sortit en 1959. Les personnages masculins principaux sont certes dans une performance  de déguisement théâtrale plus que dans le drag. Mais une analyse factuelle de la narration révèle une critique de la norme hétérosexuelle. Le film adopte une vue performative du sexe, du genre et de la sexualité. On peut noter trois couples qui défient les structures de la romance hétérosexuelle. La fameuse réplique de fin du personnage interprété par Jack Lemmon  » Nobody’s perfect » s’inscrit dans la pensée de Judith Butler car elle repense le genre avec humour. C’est d’ailleurs probablement ce ton léger qui à permis d’avancer des idées si novatrices sur la sexualité.

Une réflexion sur “ Some like it hot : précurseur de la théorie du genre ”

  1. Bonjour Rémi,
    je trouve que ton exemple de « SOME LIKE IT HOT » de Billy Wilder est un très bonne exemple. En effet, comme tu le dis il critique la norme de l’hétérosexualité, d’ailleurs est ce que la norme doit exister?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *