Une conclusion sur mon stage chez une start-up parisienne

Au départ j’étais très sceptique concernant mon stage, lorsque mon patron m’a demandé de monter sur Paris, alors qu’au téléphone il s’agissait de la ville ou j’habitais.
La première semaine du stage ne fût pas des plus intéressantes. Elle consistait principalement à monter des rushes envoyés à distance. Il a fallu que mon employeur m’envoie plus de huit heures de rushes avec un disque dur via la poste.

montage conférence
une capture d’écran d’un montage

Il était quand même intéressant de constater que même des entreprises « professionnelles ». L’entreprise qui avait enregistré ces rushes disposait de plusieurs caméras, environ 5, et donc de 5 plans différents pour rendre la conférence moins ennuyeuse. L’une des caméras était inutilisable, le caméraman ayant tenté des mouvements de caméra plutôt discutable. L’autre gros problème était que la prise son a été prise à partir d’une seule caméra. Donc lorsque la carte sd de la caméra en question était pleine, il fallait donc que chaque cut soit aligné avec le même plan large. Et donc si je voulais utilisé un autre plan, il fallait aligné les plans à partir de la prise son du plan, qui était inutilisable, avec la seule bonne prise son.

Cette expérience m’a cependant fait comprendre la richesse de l’expérience de terrain. Et même si la journée à Paris fut, elle n’en demeura pas moins extrêmement enrichissante, que ce soit en pratiquant et en utilisant du matériel, ou en parlant aux gens de leur parcours et de leur expérience.

Ce stage reste pour moi une bonne conclusion pour cette première année en BCCN1, et je suis convaincu que l’année suivante nous apprendra plus que nous n’en attendons.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *