00-henri-bergson_93277-crop_1000_420_90_c1

L’art dévoile

On doute souvent de l’artiste. Il est vu comme un être marginal qui vit dans un monde que lui seul connaît. Cette faculté de former, de créer des images d’objets non perçus ou d’objets irréels, de faire des combinaisons nouvelles d’images, appelé imagination, est ce qui nourrit cette distance que nous mettons entre une œuvre et non même. Mais si finalement l’artiste était « celui qui voit mieux que les autres » ? Si sa perception du monde était celle qui dépeint le réel ? Un réel que l’on ne connaît pas ? Que l’on ne perçoit pas ?

Bergson, un philosophe français, définissait l’art comme une puissance de dévoilement nous aidant à retrouver le simple et le pur. En cela il faudrait alors faire confiance aux artistes et non plus être critique face à leur création. Il faut créer un lien entre l’œuvre d’art et nous afin de dévoiler les codes que l’artiste à utiliser. C’est ainsi que l’on aiguisera notre regard pour se rapprocher du réel.

 

3 réflexions sur “ L’art dévoile ”

  1. Mais qu’est-ce que le réel ? La vision de l’artiste reste avant tout la vision d’un homme, qui n’a pas moins de valeur que celle d’un autre.

    1. La réalité ne peut être subjective sinon la terme qui lui est assigné n’aurait plus aucun sens. Les Hommes possèdent chacun une vision subjective du monde qui nous entoure comme tu le dis. Mais si chacun à une vision personnelle sur chaque chose alors le terme de réel et de réalité est faussé et ne devrait pas exister. C’est la que Bergson intervient. Pour lui l’artiste ne se laisse pas aveugler par des artifices et voit ce que les autres ne voient pas. Néanmoins la subjectivité intervient dans la représentation elle même puisqu’elle se trouvera être à son image.

  2. Je partage cette vision. Bien sûr, tous les artistes ne rentrent pas dans cette catégorie de visionnaire. Mais les véritables artistes, ceux qui ont une sensibilités, une empathie qu’ils ont développées par le travail de leur art, nous proposent des visions réconfortantes du monde.

    Contrairement à Platon, qui voudrait chasser les poètes de la cité, je pense que si les artistes étaient moins marginalisés et plus intégrés au tissu social, et même à la politique, l’humanité entamerait une marche vers le véritable progrès, loin de celui qui nous avons obtenu avec nos sociétés cyniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *