Operation Lune, ou le docu-menteur presque parfait.

operation luneDocumentaire de 2002 réalisé par W. Karel. Le sujet traité est celui de la conquête spatiale des américains pendant la guerre froide. C
e qui rend ce doc si particulier c’est qu’il dévoile des informations si particulière qu’elles sont à peine croyable, tirées de dossier récemment déclassé, par l’utilisation des formes du documentaire sérieux.

Certaines figures emblématique de la politique états unienne y sont même invitées pour divulguer des propos classés comme secret. On réalise peu à peu que ce film n’est en fait, qu’un docu-menteur.

En relation avec le terme média de masse, ce docu-menteur s’inspire de la réalisation, du montage, et de ses intervenants comme l’aurait fait un réel documentaire. A ce niveau, il est décomposé en différentes parties. On nous présente le contexte social de l’époque, les personnes qui ont marchés sur la Lune, mais aussi les hommes et femmes politique en date de cette conquête spatiale. En cette période de guerre froide, une guerre où l’image est au centre de la réussite géopolitique, il est important d’être le premier dans tout les domaines (territoire, economie, production, militaire) afin de se les approprier et de se montrer comme meilleur que les concurrents. Enormément de théories se sont développés sur le fait d’avoir marché sur la Lune, et cette fiction s’inscrit comme une réponse à beaucoup de questions. Par le biais d’image, de manipulation des personnes, d’enjeux politiques déformés, et même d’une histoire cousue de fil en aiguille incluant Kubrick et son « 2001 : L’odyssée de l’espace », nous autres, spectateurs, sommes aspirés dans ces informations qui nous paraissaient jusqu’à là plus que secrètes et réelles.

En terme de date, le réalisateur fait parfaitement concordé les choses (« 2001 : A space Odyssey » de 1968  et la date du 21 juillet 1969), le fait d’avoir des images d’achives, et des écoutes (en anglais surtout) traduites en français, celles ci peuvent être facilement déformées, pour ceux qui n’ont pas l’anglais comme langue maternelle. C’est à dire que ce docu-menteur, comme tous les autres médias de masse jouera avec nos perceptions cognitives, conatives et peut être même sur notre affectivité.

On comprend donc par ce long métrage, qu’il est extrêmement facile de manipuler les esprits de masse, par des montages vidéos, photos, et sonores. Cette forme de média s’inspire du « Je ne crois que ce que je vois », et à l’heure d’aujourd’hui, rien n’est plus facile que de transmettre des données numériques, et transformés celles ci afin de contrôler l’information donnée aux esprits, qui est devenu une chose simple afin de garder une certaine emprise.94180_karelwilliam2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *