butin

Speed looking: Clermont Film Fest

 

Premier festival de  cinéma pour ma part, où nous avons avec plusieurs de mes  camarades organisés notre séjour pour pouvoir visionner le plus de court métrage possible.

Les conférences « expresso » pour nous étaient primordiales et nous ont montré et prouvé que beaucoup de choses sont possibles, avec un peu de créativité,  beaucoup de travail et un soupçon d’ambition. Les réalisateurs/trices étaient pour l’ensemble jeunes voir très jeunes,  cela nous a permis de nous projeter en avant et pourquoi pas de pouvoir partager les mêmes aventures qu’eux.

Soudés dans ce groupe nous avons pu échanger au quotidien les avis des uns et  des autres pour avoir une vision plus riche des œuvres partagées ensemble.

La rencontres des réalisateurs  était vraiment un « must to have » de ce salon pour une meilleur compréhension des courts métrages. Elles ont pu permettre de répondre à des questions telles que : Pourquoi ce film? quels acteurs? pourquoi cette voix off?  quelle  vision du réalisateur?

Des témoignages poignants reflétant pour la plupart une grosse charge de travail pour une œuvre qui a put être sélectionnée au festival voir même primée. LE REPAS DOMINICALE répond à cette description, réalisé par Cécile Deveaux ainsi que MAMAN(S) de Maïmouna Doucouré

Le marquage de notre « territoire » a commencé dès le premier jour sous format numérique avec une multitude de tweet qui se reproduisaient de jour en jour #BCCNLYON #clermontFF16. Mais les BCCNs ne se sont pas arrêtés là marquant bleu sur blanc leur bannière commune.12736653_1113799371971647_743942136_o

 

Une réflexion sur “ Speed looking: Clermont Film Fest ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *