paris-france-summer-prague-art-architecture

Interview croisée : « Venir étudier en France »

Tout le principe et l’utilité du son, c’est qu’il n’y a pas d’images. Libre court à la créativité de l’auditeur pour imaginer la personne qu’il écoute. Le paysage sonore est essentiel, et c’est un des points que j’ai négligé, par manque d’idées principalement.

L’interview croisée, c’est vraiment chouette à faire. On pose les mêmes questions à deux personnes différentes et on prend ici et là ce qui nous intéresse pour raconter une histoire, ou confronter des idées.

J’ai vraiment eu du mal à avoir un angle et à trouver quoi dire à mes deux étrangères venues étudier en France. Je suis resté focalisé sur les clichés et mes questions étaient bien trop vagues.

Je pense avoir bien réussi malgré tout le son. Les voix ne sont pas trop faibles ni trop intenses, et la richesse de l’accent des filles permettent de ne pas trop lasser l’auditeur.

Cependant, Tammy parlait très vite, j’avais du mal à contrôler son flux de paroles, et en plus, j’enchainais les questions directement si bien que j’avais très peu de silences sur ma piste, ce qui donne une interview rapide et sans coupures. On a pas vraiment le temps de souffler…

L’exercice m’a plu en tout cas, je le referai. Par contre, j’instaurerai plus le dialogue avec mon interlocuteur, et je ne me limiterai pas à juste poser des questions comme je l’ai fais. (10-15 min pour chaque interview)

 

Une réflexion sur “ Interview croisée : « Venir étudier en France » ”

  1. un son propre et une approche de l’itv croisée comprise. Cependant, le contenu reste un peu général, au risque du cliché. Peut être aurais tu gagné à faire raconter une première fois sur un événement précis afin d’avoir un matériau plus authentique, plus concret. Ce dispositif moins ouvert aurait peut être permis une comparaison plus incarnée. 80/100.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *