Marie, quand on traite de l’orientation avec l’autodérision

Cette première expérience concernant la réalisation d’un portrait sonore consistait à mener l’interview d’une personne afin de faire ressortir sa personnalité à travers les sons, ce qui comprenait sa voix ainsi que le paysage sonore.

Mon premier choix de prise de son concernait une artiste venant présenter son exposition à l’institut. Lors de l’interview, j’ai été confrontée à des difficultés concernant l’échange en lui même, je n’arrivais pas à trouver du contenu ciblé sur la personnalité même de l’artiste. J’ai ensuite eu d’autres difficultés pour le contenu de la prise de son visant à interviewer le public du vernissage. Je cherchais un public neutre ne connaissant pas l’artiste afin de garder une neutralité concernant les commentaires descriptifs des oeuvres ainsi que de l’artiste.

Le but étant de mettre en parallèle la description de l’artiste sur son oeuvre et sa personnalité avec celle donnée par le public du vernissage.

J’ai donc décidée de changer de sujet afin qu’il corresponde bien au critère de la personnalité. En choisissant Marie, j’ai voulu parler d’une tranche de vie importante pour quelqu’un, c’est à dire son orientation. Après des essais dans plusieurs voies, elle a pu savoir quels chemins lui correspondaient ou non.

Parler de son parcours, ses choix et ses préférences me semblait un bon moyen pour illustrer sa personnalité. Le choix sur Marie a aussi été influencé par son caractère que j’apprécie beaucoup, elle sait vivre des périodes de doutes et de remises en questions en les prenant avec auto-dérision. Une difficulté que j’avais pour ce travail était de retranscrire la personnalité de Marie, une personne que je connaissais. Etant influencée par son comportement, je devais arriver à garder un oeil détaché afin de savoir si le portrait sonore était bien en adéquation avec sa personnalité.

A travers cette exercice sonore j’ai appris à apprécier l’élément sonore en lui même. N’étant pas habituée à ce support, j’ai été assez bluffée par les sensations qu’elle peut procurer et l’imagination qu’elle suscite. Elle est l’investigatrice d’un véritable univers où chaque détail sonore apporte une réelle importance. Le cinéma est un autre art demandant de choisir, j’ai trouvée intéressant de ne traiter qu’un élément afin de se focaliser dessus avec plus d’attention.

Concernant mon travail, j’étais assez dubitative quant au rendu qui j’avais peur n’était pas compréhensible voir sans apport particulier. Il s’agissait pour moi de dépeindre la personnalité de Marie, une personne que je trouve assez étonnante dans sa façon de réagir aux choses, emprunte d’optimisme malgré des sujets importants. Cette réaction qu’elle a est aussi fidèle au comportement qu’elle adopte pour introduire des anecdotes qui se rapportent à la culture qu’elle soit de n’importe quel type.

Je pense que la sincérité du personnage et la mise en confiance ont été des éléments permettant de produire ce portrait sonore, je le trouve assez fidèle à la personne. J’aurais aimée tout de même voulue réaliser un paysage sonore plus original mais je suis restée sur les éléments de décors. Un portrait réalisé dans la maison familiale avec la fratrie aurait été une matière plus intéressante à travailler mais qui n’était pas possible d’un point de vu technique.

 

Une réflexion sur “ Marie, quand on traite de l’orientation avec l’autodérision ”

  1. 88/100
    Belle attention portée au montage, belle idée de portrait. Attention cependant aux sons inaudibles ou incompréhensibles comme celui de la fin. Bon début!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *