Mon portrait sonore, premier du nom : l’aventure de Nicolas Maurel

Pour nous préparer à la création de contenu, pour le webdoc. Nous avions pour exercice de faire un portrait sonore.

Pour ma part j’ai choisi Nicolas Maurel, un jeune graphiste indépendant de 23 ans qui parcourt la France en échange de ses compétences graphiques.

Lors du tournage, le point le plus problématique a été la direction de mon sujet. En effet son enthousiasme le dissipait, et souvent il s’écartait de la ligne directrice que je m’étais donné. Il n’est pas évident de diriger quelqu’un. Par chance le contact passait entre nous, l’atmosphère sur le tournage était bonne, nous étions à l’aise vis-à-vis de l’autre. Ce qui est frappant quand on fait un portait sonore, c’est la réflexion autour de la conception. En effet, on ne pense plus en terme de visuel, mais en son. C’est passionnant la façon dont on découvre une nouvelle façon de communiquer. C’était une première expérience pour moi, et elle a eu le mérite d’enrichir mon écriture.

Ma vision des choses a évolué tout du long, j’ai produit un document qui n’est pas parfait, si je devais lui citer un défaut principal, ce serait son paysage sonore. Au moment du tournage, et du montage je n’ai pas eu les bonnes idées, ce n’est qu’a posteriori qu’elles me sont venues. A l’inverse la qualité principale serait sa fluidité et son sujet marquant. En effet j’ai eu de la chance d’avoir eu sous la main une personne de la qualité de Nicolas. La lucidité d’aller au but m’a aussi bien aidé.

J’en garde un bon souvenir mais aussi, une expérience qui me sera utile dans les prochains projets, comme l’audace de recadrer une personne, la technique de prise de son, une certaine sensibilité, pour le paysage sonore…

Une réflexion sur “ Mon portrait sonore, premier du nom : l’aventure de Nicolas Maurel ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *