Depuis quand la recherche de loisir est-elle devenue un mal en soi?

Il parait évident qu’on puisse employer le terme « d’industrie culturelle » pour définir la culture d’aujourd’hui. On ne peut nier non plus la recherche constante de loisir, de plaisir. Mais depuis quand est-ce devenu blâmable de chercher à se divertir?

Dans l’ouvrage La Dialectique de la Raison, Adorno et Horkheimer critiquent en écrivant « l‘amusement lui-même devient un idéal ». Bien évidemment que l’amusement est un idéal. Peu importe l’amusement, il est propre à chacun. Qui préfère passer des journées de 9 heures dans un bureau plutôt que de faire une activité qui procure du plaisir? 

Le terme ‘culture’ a tendance à être beaucoup trop mis sur le devant de la scène. Il provoque également beaucoup de snobisme. Comme dit précédemment, le type de loisir dépend de chacun : pour certains, regarder Plus Belle la Vie tous les soirs relève d’une source d’évasion après une journée de travail, d’autres se détendront en lisant les oeuvres complètes de Rabelais en ancien français. Constat: la personne regardant Plus Belle la Vie sera pointée du doigt alors que la personne lisant Les Etudes Rabelaisiennes sera félicitée. Pourtant, pour les deux personnes, ces deux activités sont un loisir.

Je ne parle pas de nivellement par le bas mais en ce qui concerne les loisirs, il est normal d’être à la recherche de bien-être, peu importe cette source d’amusement.

Alors faîtes-vous du bien (mais essayez tout de même de lire Rabelais, ça vaut le coup).

2 réflexions sur “ Depuis quand la recherche de loisir est-elle devenue un mal en soi? ”

  1. La pensée d’Adorno et Horkheimer est d’ordre esthétique mais aussi politique, ne l’oubliez pas ! A partir de ce constat, vous pouvez donc creuser votre réflexion…

  2. Nous sommes dans une société faite de jugement permanent. Chaque personne devrait pouvoir avoir la liberté de se divertir comme bon lui semble (dans la mesure du raisonnable bien sur), sans qu’aucun individu n’ai à redire dessus. Nous sommes tous différents et c’est ce qui fait notre force, malgré ce que la société peut nous faire croire. Les différences sont enrichissantes et nous apportent beaucoup personnellement. Dans quel monde viverions nous si nous nous ressemblions tous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *