L’opium du Peuple

tumblr_inline_nkt6erGb8s1tpb5id

C’est dans les années 30 aux Etats Unis, que le concept sociologique de mass-média fit son apparition. Ce concept est vivement critiqué par la classe de l’intelligentsia qui y voit une menace par son attraction et sa persuasion mises aux services des instances politiques, du secteur industriel, mais surtout celui de la publicité. En 1962, c’est le sociologue Edgar Morin qui définira ce concept de culture de masse à travers son ouvrage « L’Esprit du Temps ». Mais de quelle manière la culture de masse a-t-elle eu raison de nous ?

C’est ce que nous verrons à travers un premier point accordé à qu’est ce que ce genre de culture, puis secondement, comment persuader la population de vivre avec et pour cette culture.

De manière simple, on peut comprendre que la culture de masse n’est que la production intensive, massive voire industrielle de produits (en tout genre) à « usage » culturel. Produits en masse, car pour un agglomérat ou groupe d’individus, mais où chacun est considéré de manière la plus singulière possible. Car il faut comprendre que ce concept repose sur la recherche de public maximum, mais pour atteindre le plus d’esprit possible, il est nécessaire de communiquer aux personnes une à une, de manière à entrer dans leur vie privée. De ce fait, deux grandes fonctions empreintes à la culture de masse se développent. La première se trouve être une fonction de projection, là où le but est de projeter l’individu dans un univers différent de celui dans lequel il vit, à la manière du rêve. La seconde fonction elle, est celle de l’identification, où le public se mettra à la recherche d’une forme de bonheur privé, le plus souvent inaccessible. Cette seconde fonction peux s’apparenter au fameux « Happy Ending » du cinéma américain classique.

On peut comprendre que l’Homme n’a sans cesse été qualifié dans la société par un ordre social. Celui ci a souvent été déterminé par son secteur de travail, et le temps qu’il y consacrait par jour, voire par semaine. Depuis la Révolution, qui a amené un changement social important, puis un changement d’ordre industriel, on s’est donc aperçu qu’une grande classe « moyenne » a émergé. Par ses différences que le temps a creusé, on remarque que l’individu n’est plus caractérisé socialement par son temps de travail mais par son temps de loisir. Les mass-médias s’emparent alors de cette mouvance, pour assouvir la population à consommer des produits culturels./// Cette consommation par aliénation repose sur ce que l’on peut appeler « Soft-Power ». C’est à dire, par attraction et persuasion. Les produits culturel issus de cette industrialisation se doivent d’être accessibles, mais aussi étonnement divers afin de continuer à toucher le public maximum. Bien sur, il est nécessaire que ceux ci apporte le divertissement puisque ce sont des produits à consommer pendant le temps de loisir. Car comme le disait le sociologue Edgar Morin, cette culture de masse n’est autre que le nouvel « opium du peuple ». 

Une réflexion sur “ L’opium du Peuple ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *