"Piss Christ" d'Andres Serrano

Piss Christ

Walter Benjamin (1892-1940) était philosophe, historien et critique d’art. Ce fut l’un des premiers à s’être intéressé aux caractéristiques de la culture dans des sociétés européennes. Son œuvre propose un questionnement sur la modernité.

En 1955, paraît son ouvrage « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique ». Il y est à la fois question de peinture, de photographie et de cinéma. Dans ce dernier, Benjamin constate plusieurs effets de la reproduction d’une œuvre d’art. Il affirme en effet que cette dernière altère l’œuvre originale, lui fait perdre son aura. Elle lui enlève quelque chose de divin et la transforme en bien culturel.

L’artiste américain Andres Serrano réalise en 1987 « Piss Christ », une photographie d’un crucifix plongé dans de l’urine.

L’artiste, par son acte, s’attaque totalement à l’objet religieux, l’œuvre de départ. Le crucifix est déchu de son statut divin, il perd son sens premier. Serrano, par le biais de la photographie, détourne une nouvelle fois l’objet en l’immobilisant, en le cristallisant. Cette téchnique lui permet de choisir un certain cadrage, une certaine lumière etc… Il a transformé l’objet à sa façon.

Je suis chrétien. Mon travail n’a rien de blasphématoire. Il me semble que comme artiste chrétien, j’ai le droit d’utiliser les symboles de l’Église.
piss_christ_6042-tt-width-604-height-430-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Cette œuvre provocatrice a très vite fait scandale. Aux États Unis  d’abord mais aussi en France. En 2007, alors que l’œuvre était exposé à Avignon, elle fut saccagée à coup de marteau par des catholiques extrémistes.

Ainsi, l’artiste et ceux ayant dégradé son œuvre, ont chacun, à leur manière, détourné l’objet divin de départ. A chaque transformation, le crucifix prenait une nouvelle signification, une nouvelle symbolique. Tout d’abord, ce fut une expérience physique, puis un objet artistique avant de devenir l’origine d’un scandale.

2 réflexions sur “ Piss Christ ”

  1. Super intéressant d’affirmer que il n’y a pas que l’artiste qui a détourné l’objet mais également ses détracteurs. L’artiste a détourné le crucifix en le plongeant dans la pisse mais l’idolâtrie dont font preuve ces détracteurs est également un détournement de ce même objet. Le premier commandement interdisant de faire des idoles dans la religion chrétienne, ces intégriste détourne leur religion pour propager leur haine. Belle analyse de ta part !

    1. J’avoue que je n’avais pas penser tout de suite à parler des catholiques intégristes. Je connaissais vaguement « Piss Christ » et ce n’est qu’en me renseignant que j’ai découvert qu’elle avait été saccagée. Cela lui donne donc une toute autre tournure, et pour le coup inverse les rôles. Ce n’est plus le méchant artiste qui vient faire de la provocation. Je te conseil de jeter un coup d’œil à son travail, il a fait d’autres choses en lien avec le christianisme très intéressantes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *