Time_Out

Time to get out

Lorsqu’on achète un portable, ou que l’on décide d’acheter un nouveau canapé, on a l’habitude de prononcer ces mots « j’en ai besoin ». Souvent pour se justifier cela démontre une fois de plus notre dépendance au matériel. De nos jours, que serait notre vie sans moyen de communication matériel ? Que serait elle sans le confort d’un lit ? Il semble difficile de le concevoir, cependant une question reste en suspend : de quoi avons nous réellement besoin. Si l’on se réfère au besoin vital, manger, dormir et boire sont les seuls. Mais d’un point de vue psychologique, construire un herbert-marcuseavenir, être amoureux,fonder une maison, autrement dit « a home », s’épanouir, est ce qui semble essentiel. Ceci la société l’a bien compris, elle semble jouer de ces besoins profondément vitaux pour en créer de nouveaux, du moins c’est ce que Herbert Marcuse, philosophe et sociologue renommé affirmait. La société capitaliste crée de faux besoin dans le but de faire marcher la machine économique. Le film de Andrew Niccol illustre cette critique avec efficacité.

Dans un monde où le temps a remplacé l’argent. Les hommes ne vieillissent plus après 25 ans. Cependant, à partir de cet âge, il faut « gagner » du temps pour rester en vie. Alors que les riches, jeunes et beaux pour l’éternité, accumulent le temps, les autres volent afin de gagner quelques heures qui leur permettront d’échapper à la mort. Plus que jamais, chaque minute compte.

On y retrouve une allégorie du capitalisme sauvage et de ses effets dévastateurs. D’immondes spéculateurs s’enrichissent scandaleusement alors que le reste de l’humanité est un prolétariat contraint de gagner péniblement le droit de vivre un jour, voire une heure de plus. Time Out dénonce donc les horreurs du capitalisme avec les moyens de sa séduction.
Une fois de plus on peux se demander si la liberté est réellement possible dans une société comme la notre.

Une réflexion sur “ Time to get out ”

  1. Stacy, le film de Niccols s’avère un choix pertinent. Afin d’approfondir votre billet, il vous reste à définir ce que vous entendez par « Time Out dénonce donc les horreurs du capitalisme avec les moyens de sa séduction ». L’enjeu majeur se situe ici !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *