Marina-Abramovic-023

Rester vivant

Max Horkheimer et Theodor Adorno publient  l’ouvrage « Kulturindustrie », en 1947, sur les dérives de la société de consommation, et de l’industrie de la culture. Ils perçoivent le statut de l’Homme comme étant dégradé, ce dernier est réduit à l’état de pur consommateur sans une once d’esprit critique.

Max Horkheimer fait partit,  comme son confrère, de l’École de Francfort et prône une idéologie marxiste. Selon lui, la culture est uniformisée, l’être humain instrumentalisé au service de la logique marchande du système capitaliste. Ainsi, l’Homme ingurgiterait une culture unique, sans saveur, sans originalité. L’art deviendrait, lui aussi, aseptisé, bien rangé, contrôlé. Il ne serait plus un moyen d’expression libre mais au contraire une façon de détruire toute forme de créativité.

Marina-Abramovic-and-Ulay-The-Lovers-courtesy-of-phaidon.com_

Bien loin de cette pensée très pessimiste, Marina Abramovic, une artiste Yougoslave, tente de montrer, à travers ses performances artistiques aux limites de sa résistance psychologique et physique, qui elle est. Elle propose une démarche de création des plus originale et libre à travers des performances ou son corps devient son propre médium.

A l’opposé de la pensée d’Horkeimer, elle semble détenir une liberté d’expression infinie. En 1977, dans sa performance « Light/Dark », l’artiste et son compagnon, Ulay, se giflaient jusqu’à ce qu’un l’un d’entre eux déclare forfait. Dans de nombreuses prestations, l’artiste se sert de son corps comme de son matériau. En 1974, elle fait une performance intitulée « Rhythm 0 » dans laquelle elle dispose plusieurs accessoires sur une table avec les instructions : « Je suis un objet, vous pouvez faire ce que vous voulez avec moi ». En faisant cela, elle voulait tester, voir jusqu’où le public pouvait aller. Parmi les objets disposés figurait un pistolet.

maxresdefault

Ainsi, il n’y a pas d’un coter la femme et de l’autre l’artiste, mais bel est bien une seule et même personne se donnant entièrement dans la représentation de son art.

En 1988, elle réalise avec son compagnon une performance incroyable qui marque la rupture de 12 ans de relation et de performance artistique ensemble. Les deux êtres sont partis chacun d’un bout de la muraille de Chine et après avoir marché 90 jours sans se voir, se retrouvent enfin pour véritablement se quitter. « The Lovers » reste l’une de ses plus célèbres performances.

Wall-4-by-Paco-Delgado

Ulay et Marina se sont rencontrer à travers l’art, lors d’une performance de, et se sont quitter de la même manière, par une mise en scène.  Abramovic disait que les gens avaient tendance à idéaliser leur couple alors qu’en fait, les choses allait de pire en pire, et plus les performances étaient réussies, plus ils s’éloignaient l’un de l’autre.

Elle à su faire de sa vie une expérimentation artistique sur presque tous les plans. Son art et sa personne ne faisant plus qu’un, elle est allée bien au de là des limites du conventionnel. Son art est vivant, présent, et repousse toutes frontières.

3 réflexions sur “ Rester vivant ”

  1. Tout d’abord j’aime beaucoup ton article, il est très bien écrit et m’a permis de découvrir une artiste que je ne connaissais pas.
    Il m’a également fait penser à une performance que Yoko Ono avait réalisé: tout comme Marina Abramovic, elle a réalisé une performance ou le public était l’artiste et elle l’oeuvre d’art. Je te met le lien de la vidéo (si tu ne l’as encore jamais vue) https://youtu.be/Zfe2qhI5Ix4

  2. Je trouve cette artiste incroyable. Elle vit pour ses oeuvres et je ne doutes pas qu’elle pourrait mourir pour elles (je pense par exemple à la performance d’elle et d’Ulay qui tendent un arc sur le coeur de Marina)!

  3. Ton article m’a beaucoup plus… cette artiste semble incroyable, je ne la connaissais pas et je vais tout de suite aller faire des recherches sur elle. Sa performance « The Lover » est du moins très très impressionnante et touche émotionnellement comme tu le dis très bien  » et la femme et l’artiste  » d’un point de vue relationnelle et d’un point de vue professionnel qui relève de la passion. C’est un bon contre-exemple en ce qui concerne la pensée Horkheimer. Je suis toujours ouverte à parler avec toi de ta culture artistique ! Elle est toujours très intéressante et enrichissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *