XOXO Gossip Girl

debord_debord-2.png

Dans la série américaine Gossip Girl, la jeunesse dorée New Yorkaise est mise en scène pendant six saisons. Le principe ? Les jeunes lycéens envoient à longueur de journée des rumeurs, des « gossips » sur l’élite new yorkaise, dont font partie les personnages principaux. 

4b561eb6e793fd39ff004fe2e3aa8ad7_large

Rêvant d’atteindre leur statut, les créateurs de rumeurs mettent entièrement en scène leur vie sur Internet, crédibilisé par l’usage de photos. En faisant cela, la vie de nos personnages est donc mise en spectacle construite à la volonté des internautes, dont le seul but est le divertissement. Le divertissement que constitue l’illusion de prendre part à cette vie « de rêve ».

Illusion de part le fait que ce que les jeunes new-yorkais croient être la vie dez personnalités mises en scène est en fait basé sur du faux, sur des rumeurs, de la désinformation, et relève donc, du spectacle.

Dans la Société du Spectacle (1967), Guy Debord critique cette société capitaliste, en déplorant le fait que le monde soit manipulé et la réalité cachée des yeux du « public » (mot qui se réfère encore, au monde du spectacle). Pour lui, les effets du spectacle seraient privilégiés par l’usage des médias, uniquement fondés sur le divertissement, en laissant les individus dans l’ignorance.

Dans la série Gossip Girl, on peut déterminer deux types de victimes à ce processus de rumeurs : d’abord les personnes concernées et sujets à ces dernières, qui voient leur vie parfois tournée au ridicule pour satisfaire les internautes, et les internautes eux-même qui accordent une grande importance à quelque chose qui au final, n’existe pas. Ils laissent leur vie de côté pour se consacrer façonner celle des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *