dubai-167785

L’architecture sous l’oeil d’Adorno et Horkheimer

Dans les régimes totalitaires ou démocratiques, la culture impose une standardisation et une uniformisation esthétique.

En effet, Adorno et Horkheimer en parlent. Ils sont deux figures incontournables de l’École de Francfort proposant des idées très pessimistes au sujet des médias de masse et de leur influence sur la société. Ils affirment que « les films, la radio et les magazines constituent un système. Chaque secteur est uniformisé et tous le sont les uns par rapport aux autres ».

Ils parlent alors de l’impact de la logique marchande sur le secteur de l’art et de la culture. Au niveau architectural, les bâtiments se ressemblent tous. Il est alors difficile d’innover dans un monde où tout aspire à faire comme le reste de la population, donc comme le gouvernement nous incite à faire.

Pourtant, à Dubaï, l’art et notamment l’architecture ne sont réprimandés malgré le régime politique du pays. En effet, les habitants n’ont aucun pouvoir politique, il n’y a pas de suffrage, d’élections ou encore de parlement: ils n’ont aucun mot à dire et se plient à ce que les politiques leur imposent. Malgré cela, l’architecture de ce pays est très développée et n’a même aucune limite. Elle présente les grattes-ciel les plus haut du monde (tel que la tour Burj Khalifa mesurant 828 mètres), des bras de mer et des îles artificielles… Bref, la création de nouveaux monuments ne cesse de croitre. Elle va alors contre les pensées d’Adorno et d’Horkheimer, qui eux affirment que « pour le moment, la technologie n’a abouti qu’à la standardisation et à la production en série, sacrifiant tout ce qui faisait la différence entre la logique de l’œuvre et celle du système social ».

Des propos peut être limités, mais à remettre dans leur contexte.

Une réflexion sur “ L’architecture sous l’oeil d’Adorno et Horkheimer ”

  1. Ton exemple est bien en contradiction avec leur pensée cependant j’aurais expliqué pourquoi cette ville choisie de mettre en valeur l’aspect architectural de la ville. Cette ville se trouvant au milieu du désert doit investir dans les infrastructures pour pouvoir attirer les touristes. Sans cela elle n’aurait rien à offrir. Malheureusement ce n’est pas une manifestation d’artistes désintéressés mais plutôt une motivation économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *