L’hommage d’un président, mais pas d’excuses

Adorno est un philosophe, représentant l’école de Francfort dans laquelle a été élaborée la Théorie Critique. C’est aussi un sociologue, musicologue. Avec Max Horkheimer il introduit la notion interdisciplinaire de l’industrie culturelle.

Afficher l'image d'origine

La réflexion sur le génocide juif, qui est au centre de la réflexion philosophique d’Adorno dès les dernières années de guerre vécues aux Etats-Unis, se situe dans l’horizon de la critique de la civilisation industrielle élaborée par l’Ecole de Francfort depuis le début des années 30.

L’invention de la bombe atomique qui permet d’anéantir d’un seul coup des centaines de milliers de personnes, s’inscrit dans le même contexte historique que le génocide. En 71 ans, c’est la première fois qu’un président américain rend hommage aux victimes d’Hiroshima. 

Dans la société totalitaire, l’individu subit la domination à l’ère du fascisme, l’individu, en tant que spécimen de l’espèce humaine, a perdu l’autonomie grâce à laquelle il pouvait réaliser le genre humain. C’est la société qui fait la substance de l’individu, pour la société les différences effectives ou imaginaires sont des marques ignominieuses prouvant qu’on n’est pas encore allé assez loin, que quelque chose a encore échappé au mécanisme et n’a pas été déterminé par la totalité.

http://www.francetvinfo.fr/monde/japon-visite-historique-de-barack-obama-a-hiroshima_1472149.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *