(besoin ≠ nécessité) = télévision

herbert-marcusePhilosophe et sociologue marxiste, Herbert Marcuse (1898-1979) rédige L’homme unidimensionnel (1964), oeuvre dans laquelle il dévoile une société contemporaine refusant tout changement social en contrôlant les besoins de la population. L’auteur propose une critique de la société de consommation démocratique dans son ensemble. L’oeuvre met en avant un point phare de notre société : la maitrise des besoins. De faux besoins s’immiscent chez les individus pour standardiser les modes de vies et pensées. La publicité va donc pousser les consommateurs à acheter des objets dont ils n’ont pas la nécessité.

A cet égard, lorsque les télévisons à écrans plats parurent, de nombreuses campagnes de publicité furent imaginées pour prôner la nouveauté. Les affiches couvraient les murs, les catalogues affluaient dans les magasins comme dans les immeubles, les publicités télévisées envahissaient l’écran ; tout fut mis en oeuvre pour convertir la société et la pousser à acheter un nouvel objet, bien que déjà présent à la maison. Cependant pour être à la pointe de la modernité, certains se débarrassèrent de leur poste pour un nouvel écran plat flambant neuf. Répondant ainsi à la simple volonté d’être en avance sur son temps et non à un besoin vital, les individus ne peuvent jouir pleinement de leur existence malgré ce confort. Cette société se justifie grâce à la satisfaction de ces besoins, promettant ainsi aux consommateurs une sécurité et un confort certains.

$_35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *