Apple-isation de la société

Les coques grises des ordinateurs Apple sont partout ; leurs écrans lisses et tactiles aussi.

Marshall McLuhan et sa formule « Medium is message» nous disent ceci : le contenu d’un medium est toujours dépassé. Il ne sert à rien de s’évertuer à décrypter le contenu d’un medium. Il est plus pertinent de prendre du recul afin d’observer le medium lui-même ; alors seulement nous aurons une chance de comprendre de quoi il en retourne.

Récemment est sorti sur les écrans une sorte de film-médium : 50 nuances de Grey… Le film aurait pu s’intituler Apple, I-Pad, ou Mac Instinct, tant l’esthétique Apple semble avoir vampirisée l’intrigue du film.

L’héroïne porte le nom du matériau des Mac (Steele) et elle tombe sous le charme d’un homme chez qui tout est gris : le nom, les voitures, l’entreprise, la chambre, les costumes, la cravate…

Fifty Shades of Grey (Sam Taylor-Wood, 2015)
Fifty Shades of Grey (Sam Taylor-Wood, 2015)

Leur relation « charnelle » (est-il encore question de chair ici ?) est inaugurée par un contrat, comme dans un Apple Store

Au fond, peut-être que l’intrigue de 50 nuances de Grey est celle-ci : une jeune femme découvre la volupté d’acheter un produit Apple.

3 réflexions sur “ Apple-isation de la société ”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi Pierre Marie ! Il m’arrive même de me demander si Apple n’est pas d’abord une entreprise qui se base sur le design de ses produits plutôt que sur leur performance. De plus, 50 nuances de Grey est une très bonne comparaison. Mais est ce que le fait de proposer ce design n’est pas une stratégie de marketing ? Apple pourrait crée le faux besoin aux clients d’avoir un produits qui à l’air de qualité.

  2. Ouah, quelle comparaison inattendue ! Je trouve cela très étonnant, et, plus j’y pense, très perturbant. Apple a pour principal argument commercial, au-delà même des performances de ses appareils, le design, la  »Apple touch ». cette uniformisation des produits, des logiciels permet une reconnaissance facilitée, mais bloque à des idées nouvelles, et est trop lisse (belle) pour être vraie, à mon avis.

  3. Le rapprochement du gris du nom et tes exemple me semble un peu tiré par les cheveux ^^ je verrai plutôt cela comme une présentation des émotion du personnage principale froid froid comme le métal le cuire et une esthétisation moderne des relation de couple entre monde du travail et blessure d’enfance .le gris est une couleur neutre passe partout qu’exprime parfaitement notre société moderne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *