C3-PO, Jiminy Cricket, le chat du cheshire, Astérix, Winnie l’ourson ; tous les mêmes.

Adorno (1903-1969) est un philosophe de l’école de Francfort, au même titre que Marcuse ou Horkeimer.

Adorno critique très sévèrement ce qu’il appelle « l’industrie culturelle ». La pensée d’Adorno est centrée sur une critique de la Raison, au sens où celle-ci est à la fois considérée comme émancipatrice et dans le même temps comme instrument de domination.

Le lien avec les personnages de fictions que je cite en titre de cet article ? Roger Carel, un immense comédien de doublage français, dont je ne cite là que quelques rôles des plus fameux. Il est l’exemple de l’artiste qui sait varier son art tout en  gardant le même outil de travail : sa voix.

Il y a là du point de vue d’Adorno exprimé au travers du prisme de ma pensée, une manifestation de la reproduction de l’art,  du manque d’originalité, et un artifice capitaliste à renouveler toujours la même voix, pourquoi s’embetter, pour ce qu’elle fait et non pour ce qu’elle est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *