Des femmes fortes au cinéma ?

Laura Mulvay est une penseuse et critique de films anglaise née en 1941, c’est la première à avoir utilisé l’expression « Male Gaze » (regard masculin) qui est le nom de sa théorie.

Laura Mulvey
Laura Mulvey

Sa théorie est que les films traditionnels représentent les hommes comme actifs, ils font des choix et ces choix ont un impact sur l’action, alors que les femmes sont passives, des objets de désirs, autant pour les personnages du film que pour les spectateurs. Pour Laura Mulvay, les hommes aux cinéma regardent, alors que les femmes sont faites pour être regardées. Ainsi les codes du cinéma populaire limitent la femme à son simple physique, et elle ne peut avoir d’importance quand à l’action.

Seulement, aujourd’hui certains films semblent prendre en compte sa théorie et prouver que si, on peut faire un film à gros budget sans réduire la femme à sa simple plastique, de nombreux exemples tels que Kill Bill, Millenium, Alien, Million Dollar Baby, ou encore récemment Mad Max : Fury Road. Dans ce film, considéré d’ailleurs par certains comme féministe, on observe que Charlize Theron, icône de beauté et d’élégance apparait ici cheveux noirs très courts, et pleine de poussière et de saleté. On a donc ici affaire à un personnage de femme forte au cinéma.

Charlize Theron dans Mad Max : Fury Road
Charlize Theron dans Mad Max : Fury Road

Il est d’ailleurs encore plus intéressant de remarquer que les autres personnages féminins du film, elles montrées comme des filles plutôt sensibles, ou tout du moins, étant moins forte que Furiosa (jouée par Theron, captent moins l’attention et la sympathie du spectateur, il a presque même envie de les voir confrontées aux problèmes qu’elles subissent et leur morts n’est pas un désastre en soit même, alors que le personnage joué par Charlize Theron capte l’attention du spectateur, au point même de voler le rôle de personnage principal à Max, ici interprété par Tom Hardy.

2 réflexions sur “ Des femmes fortes au cinéma ? ”

  1. Ton exemple sur les femmes est très pertinent et me fait penser à George Sand, qui se écrivait sous un nom d’homme car, étant une femme, elle ne pouvait écrire. Cela me fait également penser au star-system durant l’âge d’or hollywoodien, lorsque les femmes devaient être présentées très belles, dans de magnifiques robes. Heureusement, notre société évolue et est donc « contrainte » de plus en plus à l’égalité des sexes.

  2. Je suis content que les femmes fassent parler d’elle et de leur caractère fort dans certains films actuels. Un exemple subtile pour moi c’est l’histoire de Rebelle, la princesse de Disney qui pratique le tir à l’arc, qui est une véritable combattante courageuse mais aussi une jeune fille douce et efféminée.
    Apparaître comme Charlize Theron en garçonne les cheveux coupés pour moi est une vision virile de la femme qui faut aussi montrer à l’écran et qui renforce l’image de la femme.
    D’un autre côté je me dis que montrer à l’écran des exemples de femmes fatales viriles n’est pas représentatif du caractère des femmes en général. Il y a aussi des femmes fatales qui semblent beaucoup plus fragiles dans leur tendresse et dans leur sensualité mais qui restent avant tout des femmes de caractère. Des exemples : Zooey Deschanel dans 500 Days of Summer, Penélope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona ou encore Scarlet Johansson dans Match Point – des exemples de films où des femmes magnifiques et attirantes créent beaucoup de problèmes aux hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *