media

The Bling Ring: transposition du turbo-consommateur de Lipovestky au cinéma

Gilles Lipovetsky (né en 1944) est un essayiste français ayant développé la notion d’hypermodernité.  Il définit l’idée d’un individu « turbo-consommateur » obsédé par les marques, à la fois à la recherche du luxe , de la mode et d’une gratuité.
Une idée de l’individu que l’on retrouve notamment dans le long-métrage de Sofia Coppola, The Bling Ring, sortit en 2013.

Le film s’inspire de faits réels. Cinq adolescents issus de familles particulièrement aisées de Los Angeles sont obsédés par la célébrité. Ils utilisent Internet pour traquer leurs stars favorites et pénétrer dans leurs maisons.

21005295_20130513125110571

Sofia Coppola démarre son film avec un générique clinquant faisant l’étalage de vêtements, sacs et accessoires de luxe. Et ce dans un but très simple: ces objets font partit du quotidien de la sphère sociale décrite dans ce film. Des objets d’une valeur considérable aux looks passablement identiques que des stars exhibent (volontairement ou sous contrats).  Des objets dont les marques deviennent des noms du quotidien pour le milieu plus que bourgeois dépeint dans le film.

Ces cinq adolescents sont ces « turbo-consommateurs » décrits par Lipovetsky. Obsédés par les marques (ils les reconnaissent pratiquement toutes dans la penderie de Paris Hilton), les capacités financières de leurs parents les ont placé dans une situation où ils n’ont même pas conscience de la valeur de l’argent. Ils n’ont jamais eu à travailler pour le gagner et le fait de l’utiliser se rapporte pratiquement à du troc pour eux. Quant au luxe et à la mode, ce sont les deux thèmes centraux du film: la mode qu’ils suivent au travers des réseaux sociaux, de leurs styles vestimentaires mais aussi (et surtout) au travers de la conformité de leur lieu de vie et le luxe qu’ils visent et idéalisent au travers du luxe de leurs idoles. C’est dans ce but qu’ils pénètrent les maisons de leurs stars favorites: pour avoir un aperçu du mode de vie qu’ils pensent être idéal.

Une réflexion sur “ The Bling Ring: transposition du turbo-consommateur de Lipovestky au cinéma ”

  1. Très bon exemple choisis Numa, penses tu que si les 5 protagonistes venaient d’un milieu pauvre la suite de l’histoire n’aurait pas été la même? Ils n’ont pas la même idée du luxe que des enfants gâtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *