Interactivité et participation du public a l’art numérique

Pour le premier cours d’interactivité, nous avons eu un texte à étudier et à résumer en quelques mots. Le texte suivant, tiré du chapitre premier du livre « Interfaces Numériques » dirigé par Imad Saleh, traité de la présence du numérique comme nouvelle forme d’art. Mais cette nouveauté est différente des formes d’art « classiques » au sens où souvent l’interface, c’est à dire l’aspect technique de la chose, sera plus spectaculaire que le résultat en lui même. Là où la beauté dépend du ressenti de celui qui admire, ici la beauté dépendra de l’expérience de « l’utilisateur » de l’objet numérique. Un pendant doit être trouvé par les artistes entre fonctionnalité et esthétique, afin de combler au mieux les clients. De plus en plus, la relation entre utilisateur et « œuvre », œuvre qui finalement est jeu vidéo, film 3D, installation, etc.. est au centre de l’attention des concepteurs/artistes. La question sera autant de former un lieu presque théâtral ou l’utilisateur pourra bouger, mais en donnant une profondeur nécessaire a l’oeuvre dans le même temps.
Internet à servi, depuis sa création, à émanciper ces oeuvres, et plusieurs sortes d’expériences ont vu le jour : l’envoie de mails artistiques, la création de jeux en ligne, en temps réel, comme des sortes d’enquêtes, le Web-Documentaire,  Oeuvres collectives sur Internet, etc…
Le net art doit être tangible, logique, doit être doté d’une communication solide, et ainsi doit fidéliser son public, pour arriver à la finalité où le public s’est approprié son oeuvre et va la faire vivre, la partager.
Il y a plusieurs façons de vivre ces expériences, une linéaire, à la manière d’un livre, d’autres plus participatives, immergeant le visiteur dans une histoire, le responsabilisant, etc..

De mon point de vue, ce genre de dispositifs crée un intérêt nouveau à Internet, et dans ma vision de la création numérique, me semble essentiel. Après tout, la « Création » numérique renvoie autant à l’art qu’à des besoins plus commerciaux de ces capacités de création. Ainsi, le cours qui commence à l’air intéressant, dans des domaines que je ne connaissais pas encore, et j’ai hâte de poursuivre sur cette voie. Cela peut aussi aider à comprendre le concept de nat art, et certaines œuvres d’art contemporain qui se servent de cette création numérique en ce sens. Pouvoir donner un sens autre à l’utilisation de la suite Adobe me semble être une idée intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *