arch

Venus project

Au début des années 1950, Georges Bateson, Donald deAvilla Jackson, John Weakland et bien d’autres penseurs, psychologues, psychanalyste… forment l’Ecole de Palo Alto. Implanté en Californie le courant de pensée devient une référence en psychologie, communication et sociologie faisant référence aux concepts de la cybernétique.

Ces nouveaux modes de pensés et de fonctionnement vont s’intéresser aux interactions et échanges à l’intérieur d’un système, humain, animal ou même robotique.
Dès le XIX ème siècle, Wallace, naturaliste anglais définit la sélection naturelle comme autorégulée qui maintient la stabilité de l’écosystème.
Le projet Venus est une société visant à matérialiser la pensée futuriste de son créateur : Jacques Fresco. Cette vision est basée sur un système ou l’homme vit en harmonie avec la nature grâce à la technologie. Ce projet a une visée futuriste, qui prend conscience des problèmes actuelles de fonctionnement de notre société pour les redistribuer ensuite, par exemple projet Venus est entièrement dépendant d’un système socio-économique permettant l’accessibilité des richesses à chaque habitant ou peuple terrestre. L’argent représente une convention sociale non nécessaire à la survie de l’homme sauf si celui ci en a fait une source vitale, c’est ce que Jacques Fresco veut faire comprendre par une économie des ressources, créer de l’échange et des responsabilités sociales permettant l’éveil d’une reconnaissance naturelle du milieu qui nous entoure.
Tous ces principes seraient donc gérés sous une forme de réseau cybernétique connectant chacune des actions grâce à la science.

Ce projet fondé à partir de 1994, représente 75 ans de recherches scientifiques. D’une certaine manière, ce projet possède aussi une certaine étude psycho-socioéducative, comment générer des relations assainies par la méthode scientifique et dans le cadre du respect de l’environnement mais aussi de la vie intelligente.
Les recherches se penchent sur des technologies d’imprimerie 3D, de robotique et d’automatisation, d’intelligence artificielle… Toutes ces recherches permettraient par exemple de créer des villes intelligentes pouvant parfaitement échanger par un biais de réseau entre elles sans aucune censure. L’humain est-il cependant prêt à abandonner son confort, une société de consommation régulé par les lois du capitalisme libérale.

Isaac Asimov, un des plus grands auteurs de science fiction du XXème siècle se penche notamment sur la question. Science fictive, elle permet de prédire l’Histoire à partir des connaissances sur la psychologie et les fonctionnements sociaux des hommes. Dans son ouvrage Cycle de Fondation, l’auteur américain présente l’Histoire de l’Empire galactique. Il dira lui même s’être inspiré de la décadence de l’Empire romain. (à lire, fortement conseillé)

Je finirais par cette citation de Jacques Fresco : « Nous avons les cerveaux, le savoir faire, la technologie et les compétences pour bâtir une toute nouvelle civilisation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *