Tous les articles par arnaudvb

Le fameux bilan

Bien qu’y étant aller à reculons, j’ai finalement découvert le principe réel de ces billets. Il s’agit ici de développer notre esprit critique en rapport à des idées étayées par de grand penseurs du XXeme siècle. M’est donc venu l’idée de créer mon propre site (surement avec Muse de la Creative Cloud) si je ne suis pas encore apte au codage. Sur ce site, j’y développerai donc toutes mes créations graphiques, des vidéos, des articles tel que nos billets et puis surement de petites histoires.

Le salaire comme seule carotte

motivation

Althusser avait décrié les effets de l’argent en echanges de services. A savoir, est ce que la force de travail est aussi forte que le salaire ?

Biensur, nous produisons chaque jour une certaine charge de travail. Mais il faut tout de même comprendre que le salaire qui nous est proposé en échange, contribue à notre production. Mais pourtant, même en gagnant des milles et des cents, on pourrait détester notre travail et ne pas apprécier se lever pour y aller. De plus, on sait tous que l’argent ne fais pas le bonheur, mais qu’il y participe grandement. Outre ce désire d’argent, il existe pourtant bien d’autres facteurs nécessaires à l’appréciation de notre travail. Tel que les conditions de travail, qui peuvent être la pièce qu’on occupe, l’air qu’on y respire, si la concentration est permis par un calme ambiant..

Ensuite, nous avons aussi les relations humaines, celles avec nos supérieurs mais aussi avec nos collègues.

Mais notre statut peut aussi être pris en compte. Quel est le poste que l’on occupe ? Est il en adéquation avec nos qualités et performances ? Voilà les questions que l’on peut se poser lorsque l’on occupe un emploi, et savoir si le travail que l’on fournit est il de quantité correct avec notre satisfaction à travailler dans cette boîte.

Biomimétisme

anti-shark-wetsuit-3

Hannah Arrendt est une philosophe d’origine allemande, par la suite naturalisé américaine. Elle à principalement dénoncée à travers ses recherches et ses essais la modernité de notre humanité par la technologies ou d’autres sujet si rapprochant.

Il est facile à comprendre que le changement puisse être critiqué de par les actions qu’il produit, à la fois par la politique économique de notre époque, et l’usage abusif de certaines ressources.

Mais on peut commencer à voir un changement d’idée qui s’opère à travers nous, citoyens du monde. Notre génération à bien compris les enjeux climatiques, écologiques et peut être même humanistes. Les voitures qui utilisent l’énergie électrique ne sont encore trop peu développées. Pourquoi ? Surement parce que cela ne bénéficie pas aux grandes industries motorisées. Mais alors, sur d’autres objets, y’a t-il des solutions ? Biensur. Et je commencerais par énoncer le biomimétisme. La nature à véritablement bien fait les choses. Et elle peut être une grande source d’inspiration pour les ingénieurs d’aujourd’hui et de demain. Utilisant des principes fondamentaux recueilli sur les animaux ou même les végétaux.

Ceci a déjà commencé avec l’avènement de certains produit. Un des plus connus se trouve être cette fameuse combinaison de surf à rayures. Celle ci reproduit le corps d’un poisson venimeux pour les requins. Ceux ci s’en éloignant donc. Il existe beaucoup d’autres objets tel quel.

Mais pour mon idée personnelle, le biomimétisme nous permettrait de continuer à conserver ce confort que l’on s’est bâti au cours du XXeme et XXIeme siècle, tout en gardant un certains contact avec la nature, et pourquoi pas évité de la détruire en produisant.

Tous à la laverie

secte4.vignetteDepuis un certain temps déjà, Jacques Derrida avait décrié les impacts de la télévision sur la population. Mais creusons un peu le sujet et définissons les problèmes liées aux activités télévisuels.

Il faut savoir que bon nombres d’études ont été faites à propos de la télévision et de ses effets, et on pourrait commencer à se questionner sur l’impact à des enfants. La télévision place sont spectateur dans une action complètement passive. Or il advient que l’enfant, entre 0 et 3 ans, se doit d’interagir avec le monde qui l’entoure. Jouer avec les formes, les matières, découvrir ce qui les entoures. Or la télévision les poussent à observer l’écran au fond du fauteuil.

Les émissions consacrées aux enfants peuvent être utiles, dans le cas ou l’enfant est déjà plus agé (environ 5 ans), et qu’il puisse, avec ces émissions, apprendre certaines choses, comme l’alphabet, les chiffres ou même éveillé sa curiosité. Mais le temps consacré a ce genre de divertissement n’est pas à prendre à la légère. 10 minutes par jour suffises. C’est à la préadolescence, que celui ci peut commencer à regarder du contenu plus diversifier mais tout en restant dans un cadre émotionnelle apte à l’enfant puisque les violences, et les images choquantes peuvent éveiller plusieurs problèmes. Des difficultés à s’endormir. Une banalisation de la violence, des angoisses, voire même de l’agressivité.

Pour les adultes, le petit écran, à raison d’une heure par jour, augmente les risques mentaux liés à Alzheimer. Mais pas que, celle ci affecte notre mémoire, notre orthographe et même notre vocabulaire.

Un point qui est aussi nécessaire à comprendre, c’est que l’horaire des émissions télévisés dicte notre agenda quotidien. Celle ci est capable de retarder notre sommeil et « Plusieurs études ont montré que la durée du sommeil était inversement proportionnelle à celle passée devant la télévision. » tiré du livre « TV LOBOTOMIE » de Michel Desmurget.

Mais il faut bien comprendre que nous pouvons tiré certains bienfait de la télévision. Comme nous cultivé ou nous divertir. Mais les plages horaires doivent être choisies avec parcimonie, c’est à dire courtes et peu répandues dans la journée. Quant aux émissions, le trie peut être fais par des choix, qui pousse le consommateurs à savoir quelle utilité il peu y trouvé.

Sources :

http://blogsgrms.com/cestmalade/les-effets-de-la-television-sur-les-enfants/

http://habilomedias.ca/litt%C3%A9ratie-num%C3%A9rique-et-%C3%A9ducation-aux-m%C3%A9dias/informations-g%C3%A9n%C3%A9rales/t%C3%A9l%C3%A9vision/linfluence-de-la-t%C3%A9l%C3%A9vision-sur-les-enfants

 http://message-universel.info/blog/2013/09/05/tv-lobotomie-la-verite-scientifique-sur-les-effets-de-la-television/

Les richesses des alphabets

alphabet

Mitchell à développé l’idée que les lettres une à une, provenaient en principe d’images, propre à la manière de communiquer d’un peuple. Ces images donnaient souvent lieu à des mots ou groupe de mots emplies de sens.

Aujourd’hui, nous utilisons principalement dans le monde, l’alphabet latin, mais y en existent ils des plus riches ?

Nous sommes plus d’un milliard à parler l’anglais à travers le monde. Cette langue s’est installé au Etats Unis, qui en dominant le monde de manière économique à pousser les citoyens de la planète à l’apprendre afin de mieux se comprendre au delà des frontières. L’anglais se base sur l’alphabet latin, provenant lui même de l’alphabet latin archaïque ayant dérivé sous plusieurs formes de l’alphabet phénicien. On connait ses 26 lettres, qui désignent chacune un son. C’est à vrai dire un alphabet riche.

L’alphabet arabe lui, est peut être même bien plus riche. Il contient 28 lettres, mais qui sont typographiquement différentes par rapport à l’orde qu’elles peuvent occuper au sein d’un mot. En terme d’alphabet écrit, la richesse est présente. Pour ce qui est de la sonorité, il se trouvent que certains sons sont présent dans cet alphabet. Comme le sifflement « th » de « think ». De plus, la diversité des mots est présente. Bien que nous nous attaquions aux dictionnaire et non plus précisément à l’alphabet. Il existerait plus de 80 termes différents pour certains mots, tel que miel, allant même jusqu’a 1000 termes pour chameau ou épée.

Je terminerais donc en disant que notre langue française est très riche et très belle. Et son alphabet faire partie intégrante de notre culture et de notre civillisation. Mais il existe par ailleurs des langages et des alphabets tout aussi riche, voire plus riche d’un certain point de vue. Quand aux langues asiatiques utilisant les caractères. Peut être dans le monde futur, nous n’utiliserons plus que le mandarin ? Langue ayant le plus d’interlocuteurs au monde (Près d’un milliard et demi).

Sources :

 http://caracteres.typographie.org/histoire/alphabet.html  http://www.cosmovisions.com/langueArabe.htm https://abjadia.wordpress.com/category/01-alphabet-et-phonetique-arabe/page/2/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_langues_par_nombre_total_de_locuteurs

 

Les fonctions du langage par les affiches publicitaires.

60X40_Karl.inddIl faut commencer par se souvenir que Jakobson associe 6 fonctions du langage a tout processus communication.

  • La fonction expressive, qui est rattaché à l’émetteur.
  • La fonction poétique, qui se focalise sur la dimension esthétique du message.
  • La fonction conative, marquant la présence du récepteur.
  • La fonction dénotative, renvoyant au contexte du matériel informatif transmis.
  • La fonction phatique, assurant un contacte entre un émetteur et un récepteur.
  • Et la fonction métalinguistique, qui renvoie au code employé.

Ici, l’affiche concernant l’usage du gilet jaune en cas d’accident.

Le message publicitaire attire notre attention par un contraste coloré. Le clair a droite et le sombre à gauche. Mais aussi un contraste de vide. A droite, une personnalité masque le tout, à gauche la route déserte et le champ. Voila donc la fonction phatique.

De plus, cette campagne tente le tout pour le tout dans le but de nous convaincre.Le message est clairement ironique, puisque il dénigre le gilet de sécurité sur son apparence. Ce qui provoque une forme d’humour pour le lecteur de l’affiche. De plus, c’est ici une figure de la mode, Karl Lagerfeld, qui pose avec ce gilet. C’est ici une fonction conative, puisqu’elle s’appuie sur nos connaissance et nos référence.

On voit ensuite, que ce gilet « ..Peut vous sauver la vie ». Encore une fonction conative, puisque il nous parle de notre vie et de notre mort. Personne n’a véritablement envie de se mettre en danger ou de mourir. Alors il est normal que cela nous touche, et nous fasse passer à l’action d’obtenir un gilet, et de le porter en cas d’accident. Voilà une nouvelle la fonction conative qui rentre en jeu.