Tous les articles par Bastien Julien

Cisla, la légende

Cisla est un nom qui est résté gravé dans l’histoire des forums de jeuxvideo.com.

Derrière ce pseudo se cachait Edouard Cislak, ancien modérateur du forum 15-18. Celui-ci est considéré comme le meilleur modérateur de l’histoire des forums. Il fut grandement apprécié de la communauté malgré sa tâche qui consistait à supprimer des topics hors-charte et à bannir de manière temporaire ou définitive des utilisateurs. De nombreux modérateurs ont été victimes d’agressions verbales par des forumeurs mais celui-ci fut « pleuré » lors de son départ par démission de la modération. La communauté l’a apprécié pour son implication dans certains sujets (les posts des modérateurs sur les topics étant considérés comme rares et honorifiques) ainsi que pour son apport à la culture de la communauté. C’est lui qui a inscrit la légende du Panachay et du cochon grillay au sein de la culture happiste (cf. photo de Cisla).

Cisla

Bilan personnel

Sur la plan personnel le projet de recherche m’a surtout appris à effectuer certaines demarches comme par exemple interviewer Sebastien Pissavy,ancien directeur de jeuxvideo.com. Jamais je n’aurais pensé pouvoir lui parler ainsi et encore moins via Facebook.  Le projet de recherche m’a demandé pas mal de recherche concernant un sujet que je connaissais déjà bien et surtout au niveau de point de vue diffèrent.

Le livre de Pissavy ainsi que son interview m’ont apporté un éclairage différent et celui des journalistes a constitué l’opposition.

Malgré ces autres avis je n’ai pas réussi à obtenir le principal, celui de la communauté. Le coté facétieux de la communauté que j’ai toujours apprecié s’est alors retourné contre moi puisque personne n’a voulu répondre. Les seules réponses furent des « KOM TU BIDE » ou « Patch Anti-Bide en cours d’installation », réponses courantes sur les topics trop sérieux ce qui était mon cas mais je m’y attendais, connaissant la communauté. En matière de connaissances l’essentiel que j’ai appris me vient du livre de Sebastien Pissavy et notamment en ce qui concerne l’évolution de la communauté grâce aux innovations du site ( chat, forums,  smileys, etc…).

Jv Flux, l’historique du 15-18

Le wiki du 15-18 est une page du Wiki JV Flux (Wiki qui regroupe toute la culture liée à jeuxvideo.com). Celle-ci relate de manière chronologique tous les évènements majeurs qui ont eu lieux sur le forums depuis sa création en 2004. Cette page est mise à jours régulièrement par des utilisateurs et des modérateurs propres à ce wiki vérifient et corrigent les articles si besoin est. Cette page est la seule véritable trace concise de la culture de jeuxvideo.com.

Ce wiki me fut essentiel dans mon projet de recherche pour remonter jusqu’au début de la création de la communauté.Il m’a permis de comprendre certains évènements qui ont ébranlés la communauté, sa division et surtout l’esprit d’entraide qui caractérise la communauté une fois son aspect potache dépassé.

https://wiki.jvflux.com/Blabla_15-18_ans

Valek, un symbole

valek

Valek est un youtubeur (personne faisant des podcasts sur une chaine youtube) de plus en plus connu de la communauté internet française. Celui-ci s’est fait connaitre grâce à des vidéos polémiques concernant des sujets d’actualité.

La manière « crue » qu’il emploie pour dire les choses ainsi que la voix vocodé de google traduction qu’il utilise l’ont rapidement démarqué. Ces propos frisent parfois le racisme. Ces vidéos ont été à plusieurs reprises supprimées de Youtube. Valek a pu compter sur le soutien de la communauté de jeuxvideo.com dont il emprunte sans se cacher les codes et les figures. Celui-ci utilise le smiley :hap : comme image de profil youtube et le fait apparaitre à de nombreuses reprises dans ses vidéos. Valek représente de manière générale la mentalité de cette communauté, qui se plait à taper sur tout et à critiquer à tout va et tout ça avec humour ce qui à rapidement contaminé la toile Internet.

Depuis peu Valek a lancé son propre site pour ne plus à subir la censure de Youtube ou il poste ses vidéos. Il a même ajouté un forum se rapprochant des blablas de jeuxvideo.com sur son site en reprenant les smileys de la communauté. Les codes sont quasiment tous similaires. Cette prise d’indépendance a d’ailleurs déplu à la communauté originel qui s’est insurgée contre son ancien porte étendard. Des raids sont régulièrement organisés sur le 15-18 pour DDOS (faire crasher) son site.

La culture jeuxvideo.com

Hapoel

 

La communauté de jeuxvideo.com s’est forgé depuis sa création en 2004 une culture bien particulière et propre. Des codes informels ont été établis en termes de langage et d’appartenance à un groupe. En effet la communauté n’est pas aussi soudée qu’on pourrait le croire.
La première chose que l’on remarque est sans doute l’utilisation fréquente des smileys :hap : et :noel :. Ces deux smileys sont à l’origine d’une guerre en deux groupes : les happistes et les noelistes. Ces groupes prônent chacun la supériorité de leur smiley considéré comme un « dieu ». L’appartenance à un de ces groupes n’est bien évidemment pas obligatoire pour faire partie de la communauté. D’autres groupuscules comme les henristes existent sans toutefois faire preuve d’une identité aussi forte que ces deux groupes là.
En effet chacun possède une culture propre traduite par le langage. Les noelistes finissent des mots en –ay (« J’ai implosay ») et utilisent des abréviations telles que BTG ? (Bien ta grotte ?). Les happistes eux utilisent un langage sms de manière parodique, manière de s’attaquer au kikoo.
Outre le langage, la communauté s’est dotée de figures de proues telles que Cisla, Godemichot, Valek ou encore Suumas. Ces figures-là avaient, ou ont toujours, les fonctions de modérateurs ou de simples utilisateurs utilisé par la communauté comme leader et portes étendards de leur culture.
Si la communauté a pour but principale de se faire connaître celle-ci reste sectaire. Les nouveaux arrivants, nommés péjorativement « newfags », sont vite repérés et exclus par les membres. Si un forumeurs ne connait pas les codes d’usage des blablas il sera victime de stigmatisation provoquant parfois une haine de cette communauté. Malgré cette « intégration » difficile la communauté de jeuxvideo.com est la plus active en France après Doctissimo et compte plusieurs 60 millions de visites mensuelles.

Une culture, des coups d’éclats et des opinions

Mon projet de recherche peut se diviser en trois parties bien distinctes toutes essentielles à la parfaite compréhension du sujet et apportant chacune un élément de réponse à la problématique posée.
La première partie concerne principalement la culture de la communauté de jeuxvideo.com. En effet les forumeurs ont su développer une culture propre à leur communauté. Cette culture se traduit par des codes précis de langage et d’appartenance, des figures de proue permettant aux internautes de s’identifier et d’ériger des symboles et des leaders tels que Cisla, personnalité qui sera développée dans un autre article, et une mentalité bien particulière à la limite du sectarisme. Sans la compréhension de cette culture il est impossible de juger objectivement la communauté.
La deuxième partie s’intéresse aux différents coups d’éclats de la communauté, aux actions qu’elle a pu réaliser et qui ont fait parler d’elle. En effet la communauté de jeuxvideo.com et plus particulièrement le blabla du 15-18 a de nombreuses fois fait parler de lui dans les medias soit pour des hacks, soit pour des ownage (blague) qui peuvent prendre la forme de sondages faussés, de rumeurs lancées sur internet (Rumeur concernant la mort de Jean-Dujardin) ou pour des actes bien plus graves nécessitant parfois des enquêtes policières.
La dernière partie regroupe différents témoignages sur cette communauté pour avoir des points de vue différents sur le sujet et notamment des journalistes, des membres de la communauté et l’ancien directeur de jeuxvideo.com, Sebastien Pissavy.

Présentation de mon projet de recherche : La communauté de jeuxvideo.com

Dans le cadre de notre cours de méthodologie nous avons un projet de recherche à réaliser en rapport avec le multimédia. Pour mon projet de recherche j’ai choisi d’étudier la communauté de jeuxvideo.com et plus particulièrement ses dérives qui se sont fait connaitre depuis sa création en 2004.
En effet cette large communauté à de nombreuses fois hacké des sites ou des pages Facebook, a fait croire à des fake de mort de personnalité, ou eu des problèmes avec la justice. Malgré tout cette communauté s’est montrée très créative et parfois altruiste en aidant les membres de la communauté pour des concours, des travaux ou se faire connaitre.
La problématique est : La communauté de jeuxvideo.com va-t-elle trop loin ?

Pour bien cerner le sujet j’’expliquerai la culture propre à la communauté puis que confronterai les différents points de vues sur la communauté, qu’ils soient de journalistes, de membres de la communauté et de membres de l’équipe de jeuxvideo.com.

http://www.jeuxvideo.com/

Ma présentation

Bonjour, je suis Bastien Julien, étudiant en première année de bachelor communication et création numérique à l’institut Marc Perrot faisant parti de la toile Mariste. J’ai toujours été intéressé par la création numérique en générale mais plus particulièrement l’animation. Cette formation m’a permis d’acquérir une base générale en graphisme, en vidéo et en communication.
Depuis mon entrée dans le bachelor j’ai élargi ma culture et mes perspectives d’avenir. Le cinéma et la vidéo m’intéresse d’avantage tout comme l’art. Dans le cadre de mes cours je réalise de nombreux projets divers et variés allant de la vidéo au graphisme en employant des logiciels tels que Photoshop, Illustrator, AfterEffects ou encore Premiere.
A côté de ça je fais du modélisme militaire (dioramas, peinture figurines, réalisation de décors) et de la musique (composition et interprétation). Pour ce qui est des loisirs j’aime jouer aux jeux vidéo, un domaine dans lequel j’aimerai travailler plus tard, aller à des concerts, regarder des films et découvrir des espaces inconnus.

L’an prochain je partirai au Quebec, à Rouyn Noramda, dans le cadre de mes études à l’université de l’UQAT.