Tous les articles par Camille Tchagah

L'Imagination est la seule faculté qui m'a été le plus utile, bien plus que les matières mathématiques ou de rhétorique....

La consommation sociétale

Pour Baudrillard, la consommation est le trait majeur des sociétés occidentales, la “réponse globale sur laquelle se fonde tout notre système culturel“. La thèse de Baudrillard est simple : la consommation est devenue un moyen de différenciation, et non de satisfaction. L’homme vit dans et à travers les objets qu’il consomme. Mieux même, ce sont les objets qui nous consomment. En corollaire de cette thèse fondamentale, Baudrillard argue que l’objectivation des relations sociales, celle du corps et des individus, ont pris le pas sur le sujet. Le monde réel a disparu selon lui, remplacé par des signes du réel, venant donner l’illusion du vrai monde.

Caption=Baudrillard. Liberation columnist among those accused of obscure jargon Description=A picture file of Jean Baudrillard, philosopher and journalist. Exact date not known. Description=Used for his obituary 08.03.2007

Le monde de masse

Le thème central de ces travaux de jeunesse est la critique de la civilisation moderne à l’heure du désenchantement du monde. Kracauer décline longuement les pathologies de cette modernité : anonymat des grandes villes, victoire du quantitatif sur le qualitatif, fragmentation de la personnalité, relativisme, impossibilité de fonder un savoir absolu. Là où Simmel introduisait une certaine ambivalence (la dynamique dépersonnalisante de l’argent a aussi chez lui un aspect émancipateur), le jeune Kracauer vit le déracinement moderne comme une condition désespérante.

Bourdieu pour le social

L’oeuvre sociologique de Pierre Bourdieu est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales. Il met en évidence l’importance des facteurs culturels (persistance des comportements acquis au sein du milieu d’origine) et symboliques dans les actes de la vie sociale.

Ses travaux de recherche s’accompagnent d’une action militante (pour l’indépendance de l’Algérie, pour le mouvement social, soutien aux sans-papiers, opposition au néolibéralisme…) et d’un engagement politique à gauche. Dans « La Misère du Monde » (1993), il s’intéresse aux populations les plus pauvres en montrant les causes sociales de la souffrance et en dénonçant notamment le désengagement de l’Etat commencé dans les années 70.

Reconnu internationalement comme l’un des maîtres de la sociologie contemporaine, Pierre Bourdieu a été l’un des rares intellectuels humanistes engagés de la fin du XXe siècle.

Le réolutionnaire

La génération de Guy Debord a ainsi été durablement marquée par le situationnisme, produisant des inconditionnels radicaux et des procureurs haineux. Lui-même paraît éprouver des sentiments mélangés, entre admiration et répulsion. Le plus insupportable peut-être est que Debord, ce révolutionnaire revendiqué très tôt, demeure comme l’icône rigide du possible renversement de la société, alors que son parcours montre qu’il a beaucoup improvisé au gré des événements.

838238-guy-debord

la philosophie Marcusienne

Herbert Marcuse s’oppose à l’idéalisme abstrait du libéralisme des Lumières et de Kant. Liberté, plaisir, bonheur doivent s’incarner dans la vie concrète. Il défend un hédonisme critique pour étendre les liberté aux conditions matérielles. « L’hédonisme exige que les potentialités et besoins sensuels de l’homme puisse accéder à la joie individuelle sans culpabilité, ni honte, ni idée de péché », résume Claude Dupuydenus. L’individu à la fois rationnel et sensuel fonde l’idée de bonheur.

Mais Herbert Marcuse critique également l’hédonisme de la société moderne. La satisfaction immédiate des désirs ne fait que stimuler de nouveaux besoins. Ensuite, cet hédonisme marchand semble centré sur l’individu et non sur la construction de véritables relations humaines.

Mais Herbert Marcuse attaque la morale bourgeoise qui n’a pour fonction que de favoriser le développement de la production et de la productivité. Il critique notamment la morale sexuelle. La jouissance et la plaisir sexuel demeurent particulièrement dévalorisés car opposés à la logique du travail. Le plaisir n’a aucun but autre que lui-même. Il s’oppose à la subordination de l’individu au travail et aux contraintes sociales.

Madame

Le cours  Modèle Théorique de Communication de Masse, est un cours atypique estampé MADE In ( ancien Marc Perrot :'( ). on y apprend les rapports entre le monde que nous allons affronter et les penseurs qui ont théorisés sur les différents thèmes que nous avons rencontré. Le tout illustré et détaillé par les talents d’une prof des plus talentueuse et dévouée. C’est à Madame que je présente mes ressentiments sur sont cours.

Personnellement, je me suis ennuyé mais j’ai beaucoup appris sur les penseurs donc j’avais déjà connu le travail ou pas. On avait des projets ludiques et riche. Une pédagogie que j’ai apprécié au plus haut point. Je conclurais en disant que je n’échangerais mes moment à l’institut pour très peu de choses sur terre.

149286_1045507092135991_682931005828525477_n

La galaxie sensorielle

Marshall McLuhan intellectuel canadien, visionnaire et décalé. Nous a livré en héritage son analyse sur les médias. McLuhan nous présente sont analyse qui montre les étapes des médias dans le temps. On a tout d’abord le stade primitif ou c’est l’ouïe et la parole qui sont mis en avant. Puis la galaxie Gutenberg qui vois l’avènement de de l’écriture du sens de la vue. Puis viens la galaxie Marconi avec la cybernétique de l’électricité vois l’essor du sens du touché.

Ici ce qui on a un rapprochement des médias avec le sens qu’ils altère chez nous. C’est par nos sens que les médias connectent avec nous. C’est par notre gamme sensorielle que les médias de masse modèle notre compréhension de ces dernier et du monde qui nous entour.

L’unicité

Dans la multitudes des œuvres d’art passez à la postérité, nous en avons des centaines qui valent des milliard. Mais qu’est ce qui les diffèrent d’une de leur copie bien faite ? Le souvenir de l’auteur ? L’usure du temps ?

Selon Walter Benjamin c’est le HIC & NUNC qui place une œuvre dans la casse unique, selon son lieu et son espace de création. Selon W. Benjamin, une œuvre d’art est unique et se détériore avec la duplicité du fait de son emplacement dans l’espace et le temps. Ça la rend authentique parce qu’aucune copie ne pourrait être cet œuvre, créée à cet instant précis, à ce lieu donné, aussi bonne soit elle.

Une chanson ou une peinture ne sera jamais la même. Même si elle est reproduite par le même artiste. Parce qu’elle n’auront pas le même HIC&NUNC, elles n’auront pas la même authenticité.

9f48a7e30462c0e43596a1f6a85a9962

La masse par le media

6a00d83451575069e201bb08d18870970d

Dans le monde numérique dans lequel nous vivons les médias de masse conforme la plupart de nos interactions communes.

Par le prisme des médias de masse l’homme est formaté à des codes qui lui sont dicté par ces derniers.

Ce qui nous mène aux même conclusion que Marshall McLuhan dans la Galaxie Marconi, par le billet de toutes le clavier sensoriel, les média tel que la télévision ou la radio, modifient notre façon de penser, de consommer, et même d’agir.

Mon portrait sonore, premier du nom : l’aventure de Nicolas Maurel

Pour nous préparer à la création de contenu, pour le webdoc. Nous avions pour exercice de faire un portrait sonore.

Pour ma part j’ai choisi Nicolas Maurel, un jeune graphiste indépendant de 23 ans qui parcourt la France en échange de ses compétences graphiques.

Lors du tournage, le point le plus problématique a été la direction de mon sujet. En effet son enthousiasme le dissipait, et souvent il s’écartait de la ligne directrice que je m’étais donné. Il n’est pas évident de diriger quelqu’un. Par chance le contact passait entre nous, l’atmosphère sur le tournage était bonne, nous étions à l’aise vis-à-vis de l’autre. Ce qui est frappant quand on fait un portait sonore, c’est la réflexion autour de la conception. En effet, on ne pense plus en terme de visuel, mais en son. C’est passionnant la façon dont on découvre une nouvelle façon de communiquer. C’était une première expérience pour moi, et elle a eu le mérite d’enrichir mon écriture.

Ma vision des choses a évolué tout du long, j’ai produit un document qui n’est pas parfait, si je devais lui citer un défaut principal, ce serait son paysage sonore. Au moment du tournage, et du montage je n’ai pas eu les bonnes idées, ce n’est qu’a posteriori qu’elles me sont venues. A l’inverse la qualité principale serait sa fluidité et son sujet marquant. En effet j’ai eu de la chance d’avoir eu sous la main une personne de la qualité de Nicolas. La lucidité d’aller au but m’a aussi bien aidé.

J’en garde un bon souvenir mais aussi, une expérience qui me sera utile dans les prochains projets, comme l’audace de recadrer une personne, la technique de prise de son, une certaine sensibilité, pour le paysage sonore…