Tous les articles par Claire Bodin

Amatrice de films d'animation et de tout ce qui touche à la culture japonaise, j'aime boire du thé avec des spéculos le dimanche après midi. M'essayant au motion design je tente de compenser mon complexe du 1m'53 les bras levés.

Mon portrait sonore : Marie, quand on traite de l’orientation avec sarcasme

Je vais vous faire découvrir le portrait de Marie, étudiante lyonnaise, à l’occasion d’une rencontre chez elle. Sous le profil de cette étudiante se cache une personne en pleine réorientation, qui  hésite et expérimente plusieurs chemins en se servant du sarcasme comme arme.

Elle vous montrera à travers son témoignage qui relate son quotidien, son parcours et sa personnalité, les choix aux quels elle a été confronté afin de trouver elle aussi sa « voie ».

Mon portrait sonore : Clémence Rousseau, portrait d’une femme à partir de son art

Rencontre avec Clémence Rousseau, une jeune artiste de l’école  d’Art et Design de Valence qui nous présente lors de son vernissage à l’Institut Marc-Perrot, l’exposition « Rupture tissée ».

A l’occasion de cet événement, on peut écouter les critiques et commentaires anonymes de cette oeuvre et se demander à quoi peut bien ressembler la personne qui se cache derrière ce travail?

A travers cet échange il est intéressant de mettre en parallèle la représentation d’une personne à travers son travail mais aussi bien la représentation mentale de son travail à partir de son portrait sonore. Lors de ce moment, apprenez sur son parcours, ses envies et les choix aux quels elle est confronté en tant qu’artiste.

Spécial coup de coeur

Lors du Festival de Clermont Ferrand le ratio de film vus par journée s’envole, on arrive en moyenne à 15 ou 18 films par jour ce qui permet de nous proposer un grand nombre de formes de productions visuelles.

Les oeuvres que j’ai « préféré » sont pour moi celles qui me viennent le plus rapidement en tête, c’est celles qui m’ont le plus marqué.

1. D’ombres et d’ailes d’Eleonora Marinoni et Elice Meng

Ce film d’animation m’a vraiment touché par le fait que je suis très sensible à ce type d’image et de couleurs. La palette de cette peinture animée se rapproche de l’univers asiatique. L’animation de cette histoire se focalise sur un peuple d’hommes oiseaux enfermé dans une caverne et sous la dictature et l’emprise de certains de leurs semblables. L’animation est conté par la voix de Mathieu Amalric qui apporte une touche grave et chaleureuse à l’histoire. La poésie et les thèmes abordés qui transpirent dans ce film génèrent des sentiments tels que la liberté, le dépassement de soi, la sérénité.

Ci dessous, le trailer du film.

2. Uncanny Valley de Paul Wenninger

Cette fiction animée retrace le champ de bataille de la première guerre mondiale de deux soldats. Le film se distingue très vite par la technique d’animation « la pixilation », qui est une technique se rapprochant de la chorégraphie puisqu’il s’agit de prendre en photo les acteurs en fonction de leurs poses comme la technique du stop motion qui en revanche animé des objets non vivants. Cette technique est relativement endurante mais elle permet de rendre un rendu proche de la danse même si l’image par image apporte une image saccadée, l’amplitude des danseurs et leurs prouesses génèrent un film très esthétique qui témoigne d’un événement très marquant. Les mots ne sont pas nécessaires et les images se suffisent à elles mêmes. Pour moi, Uncanny Valley est un film inédit qui nous montre un sujet qui a été très souvent traité mais dont la manière est innovante.

Ci dessous, le teaser du film.

 

3. Fais le mort de William Laboury

Ce film présente l’histoire de Tom, un jeune homme de 16 ans qui est devenu le souffre douleur d’un de ses voisins. Il subit des humiliations et des violences physiques répétées ce qui le pousse à se rebeller. Dans cette fiction, le harcèlement est vécu du point de vu subjectif et le sentiment d’appartenance du personnage est très marqué. L’adoption d’un personnage « humain » qui ait la volonté de se rebeller et qui ait la possibilité de se venger mais parut très intéressante à observer. L’être humain que nous avions était un être simple, avec ses forces et faiblesses pouvant basculer dans n’importe quels types de sentiments à l’inverse d’un super héros qui doit toujours agir de façon juste et clairvoyante. Le dépassement du personnage principal était pour moi une vraie force et témoignait d’une vrai intelligence sur un thème très présent dans les violences faites dans les écoles, collèges et lycées.

 

12736674_1113778631973721_1739835657_o

12736708_1113780921973492_104210772_o

Le festival de Clermont, le marathon du cinéphile

Si vous avez l’âme d’un challenger  ou tout simplement que vous êtes un petit sensible du cinéma vous n’avez pas pu passer à côté du Festival du court métrage qui se déroule à Clermont-Ferrand du 5 au 13 Février.

Au cas ou et pour ceux qui vivraient dans une grotte c’est un évenement qui vise à faire partager une expérience filmique inédite sur des courts métrages concourant dans trois catégories différentes: international, national et labo. Il ne sera pourtant pas étonnant de voir des séances dans une piscine au cours des programmes spéciaux à partir d’aujourd’hui.

Regarder tous les films… c’est simplement râpé puisque le festival comporte un total de plus de 300 films. (Programme spéciaux: 42 films, Jeunes publics: 53 films, Star-système : 19 films, Takami Productions: 10 films, La Collection; 12 films Sudédois: 31 films, Régional: 11 films, Français: 57 films, Fémis: 14 films, Decibels: 23 films, Labo : 30 films, Internationaux : 81 films…). Autant devenir un as de l’organisation et planifier votre programme du festival comme un vrai tacticien afin de pouvoir profiter de votre matinée avec les réalisateurs le temps d’un café à l’espace Expresso même si ce n’est pas la tasse de thé de certains (cf Marcin Podolec réalisateur de Dokument).

Durant l’événement nous avons pu animer à notre tour sur le Festival via Twitter et le #ClermondFF16, cela nous a permis de développer notre présence sur les réseaux sociaux.

L’événement vous permettra aussi de découvrir plusieurs expositions concernant le marché du cinéma et L’atelier disposant de  présentations des techniques de l’audiovisuel (stand photo, plateau de tournage, stop motion). Vous pourrez aussi rencontrer des réalisateurs accompagnés de leurs producteurs mettant en place leurs affiches ce qui est ma foi bien sympathique.

P1000132

Enfin pour les plus téméraires et chanceux, le festival se finira par la soirée de clôture et la remise des Vercingétorix.

Bilan d’un début de travail en communication

La réalisation et la diffusion de billets au sein de notre module « Introduction aux études médiatiques » a permis de nous familiariser avec la publication publique de nos bouts de pensées. Cette application directe a pu me permettre d’être plus proche du travail de mes camarades et ainsi de mieux cerner leurs travaux.

Nos projets étant pour la plupart en groupes je n’avais pas moyen d’en apprendre plus sur leurs visions des choses. Appréhender ce nouvel outil de communication m’a aussi entrainé sur ma manière de m’exprimer de façon écrite à un public très large, il a fallu pour cela adapter mon propos pour parvenir à être le plus clair possible. Cette amorce de travail pourrait donc devenir un support pour communiquer sur mon travail tout au long de l’année.

Communication & marketing

Afin de vendre il est nécessaire de créer un climat de confiance entre le consommateur et le commerçant. C’est cette prise en considération qui permet d’établir une promiscuité qui permettra à l’acheteur de se sentir différent voir plus important qu’une autre personne. L’homme aime avoir son égo flatté, en s’adaptant à son public on capte l’attention tant désirée. Pour maintenir cette attention où la créer il est important de s’attarder sur la stratégie de communication d’une entreprise. Elle passe par plusieurs éléments dont la marque, l’identité et le logo.

La marque serait « l’image perçue par les clients pour créer une connexion émotionnelle irremplaçable avec l’entreprise et créer une relation de qualité dans son ensemble » cette définition se réfère à l’image dite perceptuelle introduite par W. Mitchell. L’image perceptuelle touche à différents sens et est donc carrefour aux émotions.

L’identité regroupe « les aspects visuels qui font partie de la marque globale », selon Mitchell l’identité serait un regroupement des différents types d’images, on retrouverait:

  • l’image graphique, elle englobe différentes données comme la charte graphique avec les couleurs, la typographie, les formes…
  • l’image verbale, elle concerne les différents communiqués et prise de parole de la marque

Le logo quand à lui va « identifie une entreprise dans sa forme la plus simple grâce à l’utilisation d’un symbole ou d’une icône. » Mitchell introduit la notion d' »hyper-icones » dans Iconologie, l’hyper-icône démontre que dans un monde, d’un coup dénué d’images graphiques il demeurait l’image perceptible qui véhicule les valeurs de la marque.

Dans l’exemple ci dessous le logo ce suffit pour comprendre la cible qui est visée et le ressenti voulu. La couronne centrée sur le mot « Rolex » traduit une volonté de faire « proner » la marque, elle évoque la richesse, de plus le fait de centrer l’image permet de montrer qu’elle est encrée fortement et qu’ elle siège. La police évoque le sérieux, le vert est foncé ce qui donne de la gamme à la marque. Ces messages inconsciemment perçus ou non forgent l’image perceptuelle.

Rolex_logo.svg

 

Sources: http://www.webmarketing-com.com/

En un mot, soyez innovant!

Quelque soit notre  nationalité et notre âge nous avons été et nous sommes toujours jugés selon des codes. Le système de notation varie, débutant au feux de couleurs en classe de primaire puis plus tard par des entretiens individuels en entreprise, en passant par les notes restituées en chiffres ou en lettres, notre travail est continuellement évalué. Herbert Marcuse, philosophe et sociologue se pencha sur la question du travail. Pour lui, les institutions rationnelles empêcheraient de donner un sens aux activités. Le travail est ainsi perçu comme une aliénation. On remarque dans la société actuelle une part importante de la population travaillant dans le seul but de gagner de l’argent et de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, le travail étant alors seulement un moyen, voire un outil.

Herbert Marcuse voulait rendre le travail attrayant et plus intelligent en rendant une place propre à l’humain qui semble déshumanisé. On retrouve une part de cet état d’esprit dans la nouvelle optique de recrutement des entreprises. Le besoin en innovation et créativité n’a jamais été aussi demandé dans cette société qui semble stagner en matière de renouveau, d’ou l’émergence et le financement en crowdfunding de nouvelles start-up.

Le système de compétences se complexifie et différencie bien plusieurs compétences dont les savoirs (théoriques), les savoir-faire (techniques) et les savoir être (trait de caractère et comportement). Le savoir être et la personnalité seraient alors privilégiés par rapport à un savoir-faire.

Aujourd’hui on ne cherche plus un profil mais bien des profils, car lors d’un recrutement, la richesse et la diversité sont toujours une ligne de conduite dans la valorisation organisationnelle de l’entreprise. C’est d’ailleurs pour cela que l’on parle de capital humain. Selon les propos de Bernard Belletante, directeur général d’EMLYON, la nouvelle génération est et sera amenée à changer plusieurs fois de métiers au cours de sa vie professionnelle, de plus nous serons acteurs mais aussi créateurs de nos emplois. L’esprit d’entreprendre et la prise d’initiatives seront alors des atouts majeurs pouvant dépasser le bagage initial.

Imitation game, au service du monde

Aujourd’hui plus que jamais les avancées technologiques nous font évoluer dans une société ou l’informatique et ses dérivées prennent une place prépondérante. Hannah Arendt, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme et la modernité consacra une partie de ses études sur l’impact qu’aurait les progrès techniques sur l’aspect anthropomorphique. Ces derniers opèreraient, une fracture sociale entre les scientifiques et les hommes ordinaires, l’unité au sein des hommes serait en péril. Selon Hannah Arendt, les progrès techniques mèneraient aussi à une fragilisation, en effet cette « avancée » nous conduirait à notre perte puisque l’homme ne serait plus apte à contrôler ses avancées, amenant une part néfaste et dangereuse à notre monde.

Le danger pourrait venir d’un dépassement de l’humain par sa création ? Alain Turing, l’homme considéré comme le père de l’informatique travailla sur l’intelligence artificielle chez les ordinateurs et chercha à répondre à une éternelle question : « une machine peut-elle penser ? ». Il trouva une part de réponse en réalisant le test de Turing, visant à adopter l’approche sémantique humaine par l’ordinateur. Le test consistait à établir un dialogue textuel entre deux personnes (A et B) ou bien une personne et une machine (A et C). La personne témoin (A) devait reconnaître si son interlocuteur était une machine ou non. Ce test bien qu’ayant ses limites a permis de décortiquer le comportement humain afin de pouvoir le reproduire à l’identique. Le point de vue pessimiste d’Annah Arendt pourrait s’expliquer par les dérives catastrophiques qu’a connu la science, on peut citer par exemple,  les plans de la théorie de la fission nucléaire dérobé à Lise Meitner qui furent responsable des premières bombes atomiques. Seulement ce qui est à craindre n’est pas les avancées scientifiques mais bien l’utilisation que peuvent en avoir certaines personnes, il faut donc nuancer ces propos. Les progrès techniques en intelligence artificielle permettent aujourd’hui de lutter en parti contre des fléaux comme la pédophilie, on peut citer le logiciel Negobot.

En 2013, afin de lutter contre la pédocriminalité la police espagnole avait conçu avec l’aide de scientifiques un logiciel visant à traquer ces criminels, le « bot » se faisait passer pour une fillette de 14 ans simulant alors une situation permettant l’arrestation des criminels. Cette avancée technologique soumise aux bonnes personnes permet aussi de défendre des valeurs et des droits primordiaux ce qui permet de discuter sur les peurs évoquées par Hannah Arendt.

Enfin voici une bande annonce présentant le film « The Imitation game » de Morten Tyldum racontant l’invention de l’ancêtre de l’ordinateur.

La série télévisée, pourquoi ça marche et ce que ça implique?

A partir des années 80 le nombre de séries concernant les tribunaux, les commissariats et les hôpitaux a fortement augmenté.

Ces lieux régissent des professions souvent fantasmées, ils évoquent une forme de pouvoir avec des fonctions à hautes responsabilitées. Le charisme et la parfaite éloquence qui caractérise ces personnages en font de très bons orateurs. Ces caractéristiques aident à fixer l’attachement entre le spectateur et le personnage, le héros éthiquement correct va permettre l’identification et faire naitre l’empathie voir la compassion chez le spectateur. Dans les séries judiciaires, la collaboration entre police et justice est omniprésente, sans elle, le résultat serait inéficace : délivrance de mandats d’arrêt, autorisations de perquisition ou de garde à vue…

Le concept de la série est tout réfléchi, il propose de régler une affaire anecdotique, la plupart du temps pendant les 40 à 52 minutes de l’épisode qui n’est pas forcément en lien avec la trame narrative principale. Cela permet de faire perdurer une série par de nombreuses saisons, distillant des informations primordiales au compte goute pour suivre le fil rouge. Cette technique permet l’adhésion et le suivi du spectateur pour connaître le fin mot de la série.

Paul-Michel Foucault, un philosophe français s’est intéressé à l’étude médiatique car la surveillance et la discipline font partie intégrante du processus communicationnel d’une société, cette dernière est transmise par les médias. La télévision et ses séries délivrées font donc parties intégrantes du processus communicationnel de notre société.

Bien consciente que les programmateurs choisissent leurs émissions en fonction de leur rentabilité (rediffusions de séries à la place de films suite à leurs coûts) – on peut se demander quels seront les effets de cet engouement face au macabre. Ce constant contact avec la mort et la souffrance par la télévision démystifie les questions du supplice, la discipline et la prison évoquées par Foucault, historiquement ces sujets étaient d’abord théâtralisé puis cachés. Aujourd’hui cette ambiance stressante et angoissante est devenu une partie de loisirs pour certains cinéphiles.

Le binge watching, le phénomène qui consiste à suivre à un rythme très accéléré des séries a fait fleurir un nombre d’étude dont une américaine concluant que le visionnage de série dramatique développerait notre capacité empathique et notre intelligence émotionnelle. Les programmes visionnés auraient donc une influence sur notre état d’esprit. On peut s’intéresser à la place et l’influence que peut avoir les programmateurs face à notre consommation, où le stress pousserait les gens à consommer et dépenser plus.