Tous les articles par clemencevs

Fervente admiratrice de cinéma et de musique, je voue mes heures perdues à savourer quelques grands classiques filmiques, découvrir toutes sortes de genres musicaux tout comme des productions, flâner dans les rues à la recherche de friperies, galleries ou brocantes. Aider les autres est pour moi l'une des plus grandes sources de satisfactions. À 19 ans, je convoite le monde et ses mystères, toujours prête et partante pour d'innombrables trouvailles.

Libérée, délivrée

Le sémiologue français Roland Barthes souhaite avoir la pensée la plus libre : c’est en rédigeant Mythologies qu’il a le réel sentiment de liberté. Dans cet ouvrage, il remet en question la société actuelle de part sa conception du langage notamment. Le langage est la capacité d’exprimer une pensée et de communiquer au moyen d’un système de signes. Par ailleurs, le mythe est selon l’auteur, une parole, une forme, un mode de signification. Il s’est à ce propos, longuement intéressé à l’évolution de la femme dans son hyper sexualisation, son aspect de libération.

Les femmes françaises continuent perpétuellement leur chemin 840_001
jusqu’à l’indépendance totale, l’égalité au sexe opposé. Mais quelques embuches se dressent encore sur leur passage. En effet, Alain Houpert attirait l’attention de la ministre des droits des femmes en 2012 sur la loi du 17 novembre 1800 toujours en vigueur, interdisant aux femmes de se vêtir de pantalon. Elle stipule effectivement que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour obtenir l’autorisation. » Quand bien même les femmes n’étant point punies par le non respect de cette loi, son abrogation est une étape de plus vers le mythe de la femme et son évolution.

http://www.liberation.fr/societe/2013/02/04/les-parisiennes-n-ont-plus-besoin-de-guidon-pour-porter-le-pantalon_879145

Ménage à deux : Idéologie et Marketing

Marketing et idéologie ne sont aujourd’hui pas dissociables.

Louis Althusser (1918-1990) est un philosophe français à l’origine d’un important renouvellement de la pensée marxiste, quelque peu liée au structuralisme. Althusser, comme tout bon philosophe, développe une idéologie. Une idéologie est une science d’un système d’idées imaginées. Elle s’accompagne de croyances, de notions, d’opinions, de convictions. Aujourd’hui, bien que ce terme soit un peu trop fort pour nous, nombreuses sont les entreprises qui développent des idéologies, notamment au niveau du marketing.

Capture d’écran 2015-11-16 à 11.34.12Deux fois dans l’année durant 6 semaines, la période de soldes promet de nombreux articles à prix réduits. Si les ventes y sont plus importantes, la différence entre le prix initiale et le prix revu y est pour beaucoup. En effet, l’acheteur constate la différence d’une manière ou d’une autre. Si elle lui est tout à fait avantageuse, l’intéressé sera d’autant plus tenté d’acheter le produit, plus séduit par le prix rabaissé que par le produit en lui même. Les moyens sont multipliés pour signaler le commencement de ces périodes. Les affiches murales affluent les rues, des publicités sont conçues pour les magazines, quelques articles paraissent bref, les médias participent pour beaucoup au succès des soldes.

Langue vs Langage

La lange et le langage semblent être synonymes mais ont en fait une signification bien différente. De Saussure s’applique à différencier les deux termes.

Ferdinand de Saussure (1857-1913) consacre une grande partie de son oeuvre certes, mais également de sa vie à la sémiologie, la science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale. Structuraliste dans l’âme , il oriente son oeuvre vers la nécessité de comprendre l’importance de la communication par le langage. Nous prenons ainsi conscience que langue et language sont deux faits tout à fait différents, bien que voisins. La langue est une unité de langage, un produit social de la faculté du langage ; tandis que le langage représente l’élocution, l’articulation, la façon générale de s’exprimer. La linguistique de De Saussure est une description de l’art de communiquer.

Aujourd’hui et plus que jamais, l’homme est dans une perpétuelle logique de recherche de nouveauté dans la communication. Fondée en 2004 par Mark Zuckerberg, le réseau social en ligne Facebook permet à ses utilisateurs de publier du contenu et d’échanger des messages. Le fondateur revisite donc l’idée de langage. Rappelons nous néanmoins que Zuckerberg  était initialement quelqu’un de très introverti, incapable d’établir une relation avec quelqu’un dans la vie réelle. Se cacher derrière un écran est actuellement la meilleure des façons pour l’être humain de s’exprimer.

Aujourd’hui, certains révisent l’impact qu’a la technologie dans notre quotidien et tentent de faire passer un message par différents médias. C’est notamment le cas de Gary Turk qui dénonce dans une vidéo, l’utilisation massive des nouvelles technologies, enfermant l’utilisateur dans une bulle individualiste, ne profitant plus de l’instant présent.

https://www.youtube.com/watch?v=Z7dLU6fk9QY

Nous constatons ainsi que la communication de nos jours est plus indirecte que direct, et perd un peu plus chaque jour de sa profondeur.

Une existence un peu plus individualiste ?

Nombreux sont les messages diffusés par les médias. Articles, films, reportages bref, tout est sujet à la prise de conscience de faits divers, d’idées nouvelles. Nous nous appliquerons donc à lier Jakobson aux médias actuels.

Roman Jakobson (1896-1982) voue son oeuvre à la fonction du langage et développe toute une théorie autour de la notion linguistique. Tout comme De Saussure, il fait une différence entre langage et langue. Le langage est pour lui un système de signes qui permet l’expression de la communication et de la faculté de constituer ou d’utiliser un tel système. La langue quant à elle est un système de signes certes, mais linguistiques, vocaux, graphiques ou gestuels, permettant la communication au sein d’un groupe humain. Aujourd’hui, une nouvelle langue apparait, une langue universelle, comprehensible par tous, quelque soit la nationalité.

Nombreux d’entre nous utilisent présentement les émoticones développées par Apple, et ce de plus en plus. Ces petites figures représentant des animaux, de la nourriture, des expressions faciales ou encore des smileys favorisent la comprehension du message envoyé et permettent à l’interlocuteur de faire part de ses émotions. Cette nouvelle langue a pour avantage d’être accessible pour tous. Son impact est tel qu’aujourd’hui, l’entreprise Emoji Works fait le pari d’adapter le clavier initiale aux emojis d’Apple, limitant peu à peu les messages par de simples emojis.

http://www.konbini.com/fr/tendances-2/voici-le-premier-clavier-emoji-que-vous-pourrez-utiliser-chez-vous/

Par conséquent, la technologie prend une fois de  plus le dessus quant aux échanges, l’humanité est vouée à finir tel qu’elle est imaginée dans Wall-E : des êtres humains bloqués derrière un écran, plus capable de se parler en face autrement que par l’intermédiaire d’un écran. Ce film nous dévoile d’ailleurs une vision de l’évolution de la communication certes, mais aussi de l’existence humaine assez réaliste : les robots sont plus à même d’exister, d’éprouver des sentiments contrairement aux humains qui finalement, ne vivent plus. Les rôles sont ainsi inversés.

Capture d’écran 2015-11-16 à 10.04.30

Ainsi par l’apparition d’objets tels le clavier emoji, la technologie incite l’homme à se renfermer sur lui même.