Tous les articles par Tiphaine

Tiphaine, 18 ans, étudiante en communication et création numérique. Passionnée de photographie, de cinéma, de voyages...

Quand on se met au vert

En Novembre 2009, MacDonald’s a changé son code couleur en Europe et est donc passé du rouge & jaune au vert & jaune. En plus de cela, leurs magasins arborent actuellement des matériaux tels que le bois ainsi que des couleurs crèmes. Elle n’est pas la seule a avoir adopté la couleur verte dans sa gamme de produits, nous pouvons également citer Coca-Cola avec sa nouvelle recette à la stevia (coca cola Life) et plus anecdotiquement Starbuck coffee
qui a délaissé la couleur marron du café pour un vert sapin sur son logo.mcdonalds-avant-apres
Continuer la lecture de Quand on se met au vert

De Saussure et du n’importe quoi dans toute les langues

Ferdinand de Saussure (1857-1913) est un linguiste suisse qui a entre autre travaillé sur le signifiant et le signifié ainsi que que sur la sémiologie c’est a dire l’étude des signes en tant que science sociale. Dans cet article nous nous intéresserons plus précisément a ses travaux sur la distinction entre la parole, le langage et la langue. Continuer la lecture de De Saussure et du n’importe quoi dans toute les langues

La selfieaddiction ou la perte de personnalité

Elu mot de l’année en 2013, selfie (ou égoportrait au Québec) est le fait de se prendre sois même en photo généralement avec son portable. Cette pratique a explosé depuis cette année là et des millions de selfies sont postés chaque jour sur des réseaux sociaux tels qu’Instagram, Snapchat, Facebook …Plus souvent utilisé par les jeunes, il fait l’objet de nombreuses critiques et s’est révélé plus meurtrier en 2015 que les requins.

Capture d’écran 2015-11-16 à 15.18.48

Roland Barthes (1915-1980), un sémiologue français, a, dans son livre La Chambre claire, fait une critique du portrait. Il évoque le fait que: lorsqu’on se sait pris en photo, notre image est faussée puisque nous posons. Le portrait n’est donc réaliste que lorsqu’il est pris furtivement, sans que la personne ne s’en rend compte. S’il avait connu le selfie, il l’aurait alors critiqué car nous sommes en effet conscient d’être pris en photo car nous en sommes à l’origine.  Le selfie est donc un lieu ou nous pouvons nous transformer à notre guise, nous mettre en scène et devenir qui l’on veut. Si cela peut être amusant cela peut aussi provoqué un certain mal être chez d’autres. En effet, surtout pour les jeunes filles, les photos parfaites des autres sur les réseaux sociaux sont facteurs de dévalorisation. Ces photos posées, figées, à un moment ou la personne semble sans défaut sont la plupart du temps peu ou pas représentatives.

Essena O’Neill se coupe des réseaux sociaux

Récemment, une jeune Australienne qui était une star sur Instagram (500 000 followers) a fermé ses comptes et a révélé les dessous de son compte. En plus d’être payée par des marques pour porter des vêtements qu’elle n’appréciait pas forcément, elle devait faire des dizaines de photos pour apparaitre comme elle l’entendait. Cela s’appuie bien les propos de Barthes, le fait que le portrait est une mise en scène où nous n’existons plus vraiment, nous inventons une nouvelle personne. Certaines personnes tombent dans l’excès et ont alors besoin d’exister à travers ces faux semblants, ces mises en scènes qui au contact du monde réel disparaissent et laissent un vide chez elles.  On retrouve dans le selfie ce en quoi Barthes nous mettait en garde : nous ne sommes plus nous mais l’image que les autres attendent de nousles selfies privent de la vie

Rendre unique pour mieux régner

Louis Althusser (1918-1990) est un professeur qui enseigna à l’ENS( école normale supérieure) et  qui est connu pour avoir repris et prolongé les propos de Marx dans ses travaux. Il a longuement critiqué le stalinisme et le le capitalisme et son travaille porte en partie sur la production. Il a aussi étudié le mode de fonctionnement de la société et de l’individu au sein de celle-ci.

Dans ses travaux Althusser parle en effet de l’emprise que la société à sur chacun des individus. La démarche de celle ci est assez simple, nous donne l’impression que nous ne subissons rien et que nous contrôlons tous nos décisions.Il suffit de faire croire que chacun est unique et qu’il est maitre de ses choix.

Je suis une revolution par nikon

Cette vidéo« Je suis une révolution»  faite lors de la 5eme édition du  Nikon film festival en 2014,  met en évidence la capacité des nouvelles technologies à contrôler nos vies. C’est une critique des nouveaux dispositifs liés aux nouvelles technologies qui sont de plus en plus personnalisés et qui se veulent adaptés à chaque être (unique) de la société. Elle met en scène deux personnes qui se laissent guider par leur commande vocale qui semble être bienveillante et presque amicale. Elle dit leur réserver une « surprise » et prend soin d’eux ( elle donne des conseils vestimentaires à la femme comme le ferait une amie).

La  fin nous fait comprendre que cette manipulation peut aller très loin jusqu’à inciter un homme à se suicider. Cela nous laisse dans une ambiance malsaine quant aux nouvelles technologies qui sont de plus en plus présentes dans notre quotidien, qui se collent à nos vies pour le meilleur ou pour le pire.

Cette vidéo est un très bon exemple pour illustrer les propos d’Althusser. Elle va encore plus loin que l’aliénation mais expose une issue qui pourrait se produire si on n’y prend pas garde.