Tous les articles par Oriane Dupasquier

Salut, je m'appelle Oriane et j'ai 18 ans. Je suis actuellement en Bachelor Création et Communication Numérique (BCCN) à l'institut Marc Perrot. J'ai fait un BAC Science Technologique du Management et de la Gestion chez les Maristes.

FESTIVAL CLERMONT FERRAND // compte rendu

Après 1h50 de route, 184 kilomètres, plusieurs dizaines de rafales de vent et une autoroute qui comment dire n’est pas resté droite très longtemps.

Je suis enfin arrivé à Clermont Ferrand. Tout d’abord je n’avais jamais été dans un festival de court-métrage auparavant, donc je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai été surprise qu’il y ait autant d’endroits différents pour voir des court-métrages, des expositions ou encore des lieux pour rencontrer les réalisateurs. Ainsi que la qualité des différentes infrastructures mise à notre disposition.

Un certain nombre de séances était projetées en même temps ce qui imposait de faire un choix. Cela donne l’impression de voir très peu de séance, de rater un grand nombre de court-métrage que l’on aurait pu aimer. En plus de la déception lorsque les séances étaient complètes. Cette course aux court-métrages était plutôt épuisante alors, j’ai fait une excursion dans la cathédrale de Clermont Ferrand.

IMG_0806

Lustre cathédrale Clermont Ferrand

 

TOP 5 // FESTIVAL COURT-MÉTRAGE Clermont Ferrand 2016

THE PAVEMENT, court-métrage américain réalisé par Taylor ENGEL en 2015. Il fait partie de la sélection du Prix SNCF DU POLAR, ce sont les voyageurs qui tout au long de l’année vote pour cette sélection de court-métrage. THE PAVEMENT est un court-métrage fragmenté, c’est-à-dire que l’on voit une scène tout d’abord avec très peu de détails. Elle est ensuite reprise plusieurs fois avec de plus en plus de détails pour finir sur une dernière version. Ce qui m’a plu dans cette fiction est que l’on peut imaginer une histoire différente à chaque fois qu’elle recommence, cela nous captive. Le réalisateur donne plus d’informations ce qui permet de nous aiguiller afin d’entrevoir les détails supplémentaires.

HOTARU, court-métrage français réalisé par William LABOURY en 2015. C’est une fiction expérimentale qui a été produite par La FEMIS. Premièrement, l’histoire que nous propose le réalisateur est palpitante. Une jeune fille « Martha » atteinte d’hypermnésie, c’est-à-dire qu’elle se souvient de tout, pourrait transmettre les plus beaux paysages de la terre, toutes ses merveilles à d’autres univers. Ils peuvent être réels ou fictifs. Deuxièmement, les techniques qu’utilise le réalisateur permettent de nous ancrer dans l’histoire. Il emploi des animations 3D pour représenter des monuments ainsi que des glitchs (ce sont des erreurs analogiques, des sortes de bugs) qui modifient les images et les embellient. Ce court-métrage est vraiment très beau.

Voici un lien pour voir quelques images de ce court-métrage

https://www.behance.net/gallery/26871677/REALISATION-Hotaru

UNCANNY VALLEY, court-métrage franco-autrichien réalisé par Paul WENNIGER en 2015. C’est une fiction animée qui a été produite par Films de Force Majeure et KGP. Lorsque le court-métrage commence on se demande comment le réalisateur a pu le faire, avec qu’elle technique. Par la suite, on est happé par la relation qui se crée entre les deux personnages. Savoir si le personnage qui n’est pas blessé va abandonner l’autre qui lui a reçu des projectiles dans la cuisse. On ne s’attend absolument pas à la fin que propose le réalisateur.

Voici un lien pour voir quelques images de ce court-métrage

DES MILLIONS DE LARMES, court-métrage réalisé par Natalie BEDER en 2015. C’est une fiction qui a été produite par Yukunkun Productions. C’est l’histoire de la rencontre de deux personnes, un homme d’une cinquantaine d’année et d’une jeune femme, dans un café sur le bord d’une route. L’homme lui propose de l’avancer dans son chemin. Lors de ce court-métrage on se pose plein de question tel que : pourquoi ?, que va-t-il se passer ? Il est également ponctuer par la météo qui rajoute beaucoup de poésie au court-métrage. La fin du court-métrage permet de comprendre pourquoi l’homme agit comme ça.

PREMIÈRE SÉANCE, court-métrage réalisé par Jonathan BORGEL en 2015. C’est une comédie qui a été produite par Les Fées Productions. Cette comédie est construite sur un quiproquo, ce qui inclut le spectateur d’une certaine façon dans l’histoire. Car même si le spectateur n’est pas au courant de ce qui devrait se passer, on sent bien que quelque chose n’est pas normale. Cela captive le spectateur et le pousse à suivre l’histoire. En soit c’est un court-métrage qui nous fait passer un bon moment et rire parfois.

le bilan

Bon, est bien que dire sur cette expérience d’écrire de petits articles sur des exposés faits en classe. Au départ je me suis clairement dit : je ne sais pas quoi faire, c’est quoi ce truc, mais quelle idée de nous demander de faire ça. N’ayant jamais fait ce genre de chose auparavant j’étais comment dire très inquiète sur le résultat que j’allais produire.

Après de nombreuses hésitations, je me suis finalement lancer dans la rédaction de mon premier article sur Ferdinand de Saussure et la théorie selon laquelle la langue est un système d’éléments interdépendants. J’avais choisi de l’illustrer avec le mécanisme qui permet aux plantes de grandir : la photosynthèse. Et puis finalement je me suis pris aux jeux de trouver des sujets pour pouvoir illustrer les propos des auteurs que l’on voyait en classe.

Cette expérience m’a donc permit d’éveiller ma curiosité, de faire des recherches sur des auteurs dont je ne connaissais pas la théorie, de faire la rédaction de petit article, c’est quelque chose que je n’avais jamais fait antérieurement.

En conclusion, je pense que c’est une bonne chose de nous faire faire ce genre de petit article et cela m’a aussi permis de découvrir Word Press.

sexualisation de la publicité

Herbert Marcuse est un philosophe et un sociologue marxiste. Dans son ouvrage « Eros et civilisation » paru en 1955, il tente de répondre à la question fondamentale : la libre satisfaction des besoins instinctuels de l’homme est-elle compatible avec l’existence d’une société ?

Pour cela, il étudie la différence entre répression et surrépresion, les nouvelles formes de domination et révisions du principe de rendement, des notions de progrès, de rationalité.

Dans les nouvelles formes de domination, il évoque le rapport à la sexualité. Pour lui un individu non libre est conditionné dans sa sexualité par la société ainsi la sexualité est devenu un très bon investissement de vente.

Par exemple, les différentes publicités que l’entreprise Lu a sorties en 2013 pour vendre le produit Tuc.

lu

lu-2

Le pictorial turn appliqué à la France

 

cliche_food_

WJT Mitchell est un professeur d’histoire de l’art et de littérature à l’université de Chicago. Il fait une étude sur la réflexion théorique et généalogique de l’image et le rapport avec le langage, ainsi dans son ouvrage « Iconologie : image, texte, idéologie » paru en 1986. Il étudie la famille des images, l’image et le mot

Mitchell devient l’un des initiateurs des visuals studies aux états unis et un théoricien du pictorial turn.

Le visual studies est une mouvance consistant à étudier les mediums visuels : cinéma, télévision, jeux vidéo… Le pictorial turn est une expression établissant que le langage visuel a un rôle plus important que celui verbal.

Lorsque l’on demande à des étrangers de définir la France par exemple ils pensent aux baguettes de pain, aux bérets ou encore à Paris ou la Tour Effel mais aussi à la gastronomie française, le pictotial turn permet donc l’identification d’un pays par des images populaires, la notoriété, la reconnaissance. Cela est possible avec tous les pays, tous les clichés qui sont associés à chaque pays.

 

Hannah Arendt, « La critique de la culture »

Transformers-1jpg

Hannah ARENDT, philosophe allemande du 20eme siècle, est connu pour ses travaux autour de l’activité politique, le totalitarisme ainsi que la modernité.

Elle a écrit un ouvrage « La critique de la culture », paru en 1961, c’est un ouvrage sur la théorie politique. Dans une partie de son ouvrage « La conquête de l’espace et la dimension de l’homme », elle étudie la science moderne et l’homme. Ainsi cela permet de définir la modernité comme étant le représentant de ce qui appartient ou convient d’appartenir au temps présent ou à une époque.Pour elle les savants vont trop loin dans leurs recherches, ce qui crée un fossé entre les savants et le reste des hommes.

Hannah ARENDT explique que notre capacité actuelle à conquérir l’univers est du à notre aptitude à manier la nature d’un point de l’univers extérieur a la terre. On peut relier cette pensé avec un film de science-fiction américaine : la quadrilogie Transformers.

La quadrilogie de Transformers a été réalisé par Michael BAY, réalisateur américain. Ses films sont adaptés d’une série homonyme diffusée entre 1984 et 1987.

De mystérieux robots d’origine extra-terrestre, capables de se transformer en voiture, attaquent les systèmes de défense de l’armée américaine, les Decepticons. L’arrière petit fils d’un explorateur, Sam se retrouve malgré lui pris à partie car sa voiture est un robot, Bumblebee. Avec son aide et celles des Autobots ils doivent empêcher les Decepticons de s’emparer de l’Allspark, un artefact qui contient une quantité d’énergie immense.

 

La réalité augmentée, le monde devient un écran

74f91e216c_magicleap1_01

Une start-up présente en image, sa nouvelle technologie qui est de la  « réalité cinématique ». Et c’est plutôt impressionnant.

Magic Leap, une start-up de la Silicon Valley parmi les plus mystérieuses mais aussi les plus attendues, du par sa technologie. Entre la réalité augmentée, la réalité virtuelle et l’hologramme, Magic Leap défini sa technologie comme étant une « réalité cinématique », jouant avec les perceptives, pour faire apparaître, grâce à des jeux de lumières, des hologrammes qui sont plus vrai que nature.

Le concept de Magic Leap est de « penser le monde comme un hologramme mouvant », de pouvoir instaurer un futur a l’informatique. En d’autre terme la start-up souhaite faire apparaître en trois dimensions devant un utilisateur, de la manière la plus naturelle possible, tout ce qui peut apparaître sur un écran.

Malheureusement cette technologie ne fonctionnera ni sur Android, ni sur  iOS, ni sur Windows car Magic Leap développe son propre OS pour optimiser au maximum les performances de son produit. L’objectif ultime de Rony ABOVITZ, fondateur de l’entreprise est que « notre cerveau ne fasse pas la différence entre ce qui est réel de ce qui est créé par Magic Leap ».

Dans une retranscription écrite de l’interview télévisée entre Jacques DERRIDA et Bernard STIEGLER, échographie de la télévision, jacques DERRIDA évoque une fascination pour la télévision.

Ce qui le fascine n’est pas tant le résultat: qui serait les émissions, les téléfilms mais plutôt tout ce que l’on ne voit pas  , toutes les personnes qui sont a l’origine de la création ainsi que celle qui les produisent mais aussi les personnes qui permettent leurs réalisation.

Dans mon exemple se serait les technologies que la start-up à créé qui le fascinerait.

L’influence du numérique, la raison de nombreux achats ?

1321826

Une étude présentée par  l’institut américain  Forrester, European Cross-Channel Retail Sales Forecast, 2015 to 2020, basée sur le sondage de plus de 13 000 consommateurs dans sept pays européens (France, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Espagne, Suède et Royaume-Uni).
Cette étude prévoit une progression de l’influence du numérique sur les achats des consommateurs, que ceux-ci s’effectuent en ligne ou en magasin.

En effet d’ici 2020, environ 53% des ventes sera influencé par le numérique car d’après l’étude de l’institut américain, chaque vente qu’elle soit en ligne ou en magasin aura engendrée au préalable une consultation du web, appelé le « cross-canal ». Cela devrait atteindre près de 947 milliards d’euros d’ici 5ans.

Cette influence est possible grâce au taux d’équipement en smartphone, qui permet de se connecte indifféremment, à la maison ou sur les lieux d’achats. Dans les points de ventes, des nombreuses bornes sont mise en place, quand les vendeurs ne sont pas équipé eux même de tablettes pour pouvoir mieux conseiller leurs clients. Le numérique, aux seins des magasins peut avoir externalité positive car, par exemple la marque de cosmétiques Estée Lauder a vu son chiffre d’affaire évoluer de 3% du a l’utilisation des tablettes.

Grace à ses travaux, Michel FOUCAULT est mondialement connu, notamment pour l’introduction d’objet nouveau dans la philosophie tel que la folie, la prison et ainsi renouvelle la réflexion.

Si le numérique existait a l’époque de Michel FOUCAULT, l’aurait-il étudié ?
Il parait évident que ce sujet aurait passionné Michel FOUCAULT s’il avait existé a son époque.

Le structuralisme

sans-titre

Louis Althusser est un penseur lié au structuralisme, il a écrit un court texte intitulé Idéologie et Appareil Idéologique d’Etat (AIE) paru en 1970, publié dans La pensée à Paris.

Dans ce texte Althusser évoque trois choses essentielles :

-L’idéologie aurait une existence matérielle, elle existe par la pratique dans un appareil. Elle aurait besoin de l’illusion de la liberté du sujet car elle s’adresse au sujet pour lui-même et pour contribuer à se diffuser. La thèse centrale d’Althusser est qu’il n’est idéologique que pour des sujets que par des sujets. L’analyse des idées n’est donc pas importante se serait plutôt l’analyse des pratiques, rituels qui permettent aux sujets de propager ses idées. Cela permet ainsi de propager les idées d’une tel façon qu’elles sont transmise inconsciemment et donc font corps avec le sujet.

-Les idéologies ne seraient pas le reflet du pouvoir d’une classe mais plutôt un lieu de combat entre plusieurs points de vue. A ce titre la religion, ou l’école peuvent être des outils des dominés comme des dominants.

-Dans notre société moderne, l’appareil qui serait le plus puissant pour la reproduction de l’idéologie n’est pas la religion mais l’école.

Nabila, une linguiste insoupçonnée ?

 

pja_012

Roman JAKOBSON qui est un sémiologue, est un des plus grands maîtres de la linguistique du XXème siècle dans son essai sur la linguistique générale, nous apprend la notion de fonction du langage, mais aussi sur notre usage actuel du langage. Le langage serait donc un système de signes qui permettrait l’expression de la communication ainsi que la faculté de constituer ou d’utiliser un tel système.

Le langage aurait ainsi plusieurs fonctions notamment la fonction phatique qui cherche à établir ou maintenir le contact.

Nabila, participante de télé-réalité, par son expression « allô ? » ou « t’es une fille t’as pas de shampoing ? » met en évidence cette fonction, elle a créé malgré elle fait une démonstration de cette fonction du langage par une application surprenant.