Tous les articles par Oriane Dupasquier

Salut, je m'appelle Oriane et j'ai 18 ans. Je suis actuellement en Bachelor Création et Communication Numérique (BCCN) à l'institut Marc Perrot. J'ai fait un BAC Science Technologique du Management et de la Gestion chez les Maristes.

Quel sens au tour de France ?

original_tour-de-france-art-print

Depuis maintenant plus de 100 ans, chaque année, la Grande Boucle captive autant qu’elle puisse agacer. Ce feuilleton médiatique mais aussi populaire du début d’été ne cesse de disparaître pour mieux renaître l’année suivante. Crée en 1903, le tour de France a permis d’écrire des histoire au fils des ans, faite de gloire, de drame, mais aussi de triche, de champions portés au rang de demi-dieux du au effort physique qu’ils sont capable de mettre en place pour pouvoir remportée une étape ou encore des points pour remporter un maillot, et d’engouement populaire avec notamment les nombreuses installations qui sollicite le publics qui ses déplacer sur le bord des routes pour apercevoir les coureurs.

Tous ses éléments réunissent donc intrinsèquement les ingrédients qui permettent de composer son propre mythe. Notre société est le lieu privilégié de l’émergence et de la propagation des significations mythiques. Roland Barthes dans les Mythologies évoque le Tour de France comme une des mythologies contemporaines de l’après-guerre. Il analyse dans la chronique « Le Tour de France comme épopée » ce qui contribue à la création de héros mais aussi au mythe : l’histoire des champions, le tracer de la course, ainsi que les stratégies de course mise en place par les différentes équipes.

Cet article nous permet donc de déchiffrer idéologiquement les multiples informations que l’on perçoit suivant deux parties l’une permettant de démythifier les mythes d’hier et la second visant à analyser les mécanismes de formation du mythe et sa fonction.

Les interactions aux siens d’un environnement naturel peuvent-elles être comparer à un langage ? La nature peut-elle communiquer ?

719122925

Les plantes sont en effet les plus efficaces des usines chimiques, dont les scientifiques rêvent de reproduire la machinerie parfaite depuis des décennies… Elles sont capables de transformer le dioxyde de carbone, de l’air, la lumière du soleil et l’eau en énergie et en oxygène grâce à une réaction chimique : la photosynthèse.

Ce mécanisme permet aux plantes de grandir, mais également participe au quotidien à lutter contre le réchauffement en fixant le carbone et en rendant l’air respirable grâce à la production d’oxygène.

D’après les travaux entrepris par Ferdinand DE SAUSSURE dont émet une théorie structural selon laquelle il conçoit la langue comme un système d’éléments interdépendants. Les signes de la langue prennent sens les uns par rapport aux autres selon des règles d’opposition et de distinction. Tout signe serait composer de deux facettes le signifiant, c’est-à-dire au son produit pour énoncer un mot et le signifié qui serait le contenu sémantique attribué au signe.

Le signifiant dans notre exemple serait-il la réaction chimique produite ?

Le signifié dans notre exemple serait-il la façon de grandir des plantes?