Tous les articles par turjanen

Cinéphile, cinéaste, musicien, rôliste, Tolkienologue, culture de geek, et d' autres... =) Tdv ; Frenchnerd Fan Forum.

Introduction au langage non-verbal 2/4

Le Langage Non-verbal : Part. 2 – Jakobson

Articles connexes sur le langage. L’article ci-dessous est la suite d’un premier article sur De Saussure. Il n’est pas indispensable mais est néanmoins recommandé de l’avoir lu avant.

Selon Jakobson, il existe six fonctions du langage, que je citerai ici sans détail :

Le contexte, l’émetteur, le récepteur, le canal, le message, et le code. En gros, cela définit ce qui est dit, par qui, pour qui, comment, et pourquoi.

Jakobson nous explique que l’Homme a une capacité à faire abstraction de certaines notions du langage, comme les mots. Par exemple, si on vous pose une question dont la réponse peut être «oui» ou «non», vous pouvez répondre à votre interlocuteur de manière tout à fait compréhensive d’un simple signe de tête, sans prononcer la moindre parole. C’est là une première approche du non-verbal.

Il y a des signes qui expriment par eux-même des concepts linguistique. Par exemple faire un V avec l’index et le majeur coté paume comme symbole de la victoire, ou encore si l’émetteur tourne sa main vers vous avec le majeur pour seul doigt relevé, vous comprenez qu’il s’agit là d’une insulte.

Voici un exemple qui a fait le tour d’internet il y a un petit moment :

International hand symbol for WTF are you doing ?
International hand symbol for WTF are you doing ?

on peut trouver cette photo sous le titre de «Le signe de la main international de Mais qu’est-ce qu’il fo*t ?». La popularité de cette photo est due au fait qu’elle parle à un très large publique.

Cependant, il suffit que votre interlocuteur ajoute à l’un de ces gestes une phrase anodine au hasard (par exemple «Le jambon c’est cool»), c’est à dire, une autre forme de communication, pour que votre cerveau ne sache plus comment lier ces informations.

Il y a donc un lien entre ce que l’on dit, et la manière de le dire ; c’est ce qui a popularisé la création de ce phénomène que l’on appelle «meme internet». Un meme est une image récurrente dont l’intention qui lui est liée reste toujours la même, mais dont le texte varie, afin de transmettre un message à chaque fois différent. Ici, trois exemples : Bad Luck Brian le malchanceux ultime, Overly Attached Girlfriend la copine qui s’attache beaucoup trop, et Good Guy Greg le mec en or.

Bad Luck Brian
Bad Luck Brian 
Good Guy Greg
Good Guy Greg
Overly Attached Girlfriend
Overly Attached Girlfriend

Introduction au langage non-verbal 1/4

Articles connexes sur le langage.

Je vous propose ici une approche du langage Non-verbal à travers 4 courts articles traitant de sémiologie, chacun en rapport avec un auteur différent. Le premier sera articulé sur Ferdinand de Saussure, le deuxième sur Roman Jakobson, le troisième sur Roland Barthes, et enfin le quatrième sur Louis Althusser.

Le Langage Non-verbal : Part. 1 – De Saussure

De Saussure est le fondateur du courant dit «Structuraliste» qui traite du langage dans les sciences humaines et sociales (sémiologie). Il partage la pensée que la langue est un ensemble de signes, avec une structure cohérente du langage.

Il y a bien entendu le langage verbale, qui est le langage que l’on qualifiera d’explicite, de par la conscience immédiate que l’on en fait, mais aujourd’hui, je vais vous parler de ce qu’on appelle le langage non-verbal. En effet, si la langue est reconnu comme système, c’est un système plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord : le corps s’exprime par des gestes, des mimiques, des positions, de manière inconsciente, la plupart du temps aussi bien pour la personne émettrice du message, que pour son auditeur. On entend ici inconscient dans le sens où le cerveau captera l’information sans y prêter forcement de l’intention.

C’est par ce biais que notre cerveau reconnaît automatiquement les émotions : sourcils froncés, lèvres pincées ou dents serrées sont signes de colère. Sourire relevé, dents apparentes et étoiles dans les yeux sont signes de joie, de bonheur.

En effet, selon Albert Merhabian, le sens des mots ne compterait que pour 7%, l’intonation pour 38%, et l’impression visuelle compterait pour 55%. Depuis cette étude (1967), ces proportions ont étés plusieurs fois légèrement remaniées, mais le non-verbal garde à chaque fois son impact dominant.