Archives pour l'étiquette aliénation

Travail, Travail… oh j’oubliais, Travail!

Marcuse voudrait éliminer la notion de productivité car elle déshumanise l’homme. Elle développe le coté aliénant du travail, qui n’est pas nécessaire.

471492-577695

Par la variante qui fait que le travail aliène l’homme, le travail est non productif, et de ce fait le principe meme de productivité n’est pas utile a l’homme. Ce concept pousse les hommes a aller hors de leur limites pour satisfaire un ratio, un résultat, une obligation imposée par une entité extérieur.

Nous ne disons pas que le travail est néfaste, mais seulement que le travail tel qu’il est, dessert l’humanité. Marcuse dans son œuvre présente le coté alarmant de celui-ci, que tout le monde vois mais que très peu dénonce…

Le sexe, une condition de vie ?

Ceci serais un message fais passé par Herbert Marcuse, un philosophe et sociologue marxiste, à la base de la théorie de la nouvelle révolte étudiante.

En effet, il dénonça une société construite en temps que domination répressive par un travail aliénant et pénible pour l’individu, une alienation pas réellement nécessaire malgré ce que la société veux nous faire croire. Il ajouta à cela que la pénurie doit être prise en charge par les structures de dominations.

Tout cela aurais, selon Marcuse, un rapport avec la sexualité où l’individu ne serais pas libre, manipulé et conditionné dans sa sexualité par la société, la sexualité, étant sois disant un très bon investissement de vente, faisant durer la domination.

Celle-ci serait alors un très bon argument de vente, mais cela à donc pour conséquence de la dé-sexualisation de la société dans un but de vente, les agences de publicité ne s’en prive pas. Non pas à seulement une personne, cela se généralise à un groupe et donne une domination de plus en plus impersonnelle.

Marcuse finis par dénoncé le travail comme une aliénation. La notion de productivité est abandonné paraissant inhumaine où la satisfaction intégrale des besoins est ce qui pousse l’homme à avancer. La civilisation est alors sur-réprimée par des institutions. Cela engendre donc des problèmes individuels et sociaux.

Guy Debord & La société du spectacle

Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous parlerons de Guy DEBORD.

Guy Debord, né en 1931 à Paris, est un écrivain, essayiste, cinéaste, poète et révolutionnaire français. Il est à l’origine de la création du mouvement Situationniste en 1958 dont il est le leader.  Il a une vision marxiste et est un anticapitaliste. 

debord-490x280En 1967, ce dernier publie son principal ouvrage, la « Société du spectacle ». Cet ouvrage est une critique radicale de la marchandise et de sa domination sur la vie. Guy D. décrit cela comme l’aliénation* de la société a la consommation. Selon lui, le spectacle est le stade achevé du capitalisme. Dans cet ouvrage, le mot « spectacle » représente une idéologie économique, une vision économique universelle. Cette vision passe par les différentes manifestations audiovisuelles,  bureaucratiques, politiques et économiques. Grâce à cela, la haute société peut garder la main mise sur la population.

*Aliénation : Situation de quelqu’un qui est dépossédé de ce qui constitue son être essentiel, sa raison d’être, de vivre. 

Merci et à bientôt !