Archives pour l'étiquette Big Eyes

L’art doit « élever mais pas flatter » in Big Eyes de Tim Burton

« Big Eyes » de Tim Burton sort sur les écrans cette semaine. C’est une histoire vraie et étrange, notamment sur l’essence de l’oeuvre d’art. Nous pouvons ainsi rapprocher la réflexion de Tim Burton avec les théories de Walter Benjamin : « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique »

The First Grail by Margaret Keane, Courtesy Keane Eyes, San Francisco.

 

 

Les Keane ont un petit succès avec les « Big Eyes ». Cependant ils choisissent d’étendre leur réputation en faisant toutes sortes de copies qu’ils vendent de partout. Walter Benjamin explique que l’oeuvre d’art perd son « aura ». Dans le film plus la toile (ci-dessus) est promue et reproduite plus l’artiste se sent dépossédé et perdu. Les œuvres de Keane deviennent des divertissements. Les gens achètent les affiches, qui font la promotion de la galerie d’exposition, plutôt que de s’intéresser aux œuvres de Keane en elles-mêmes. Burton, comme Benjamin, partage les spectateurs entre critiques : « L’art doit élever mais pas flatter » ; et spectateurs soumis. Le succès des Keane est partiellement dû au fait de cette promotion à échelle industrielle (imprimerie, presse, télévision). Es-ce-que les Big Eyes de Keane sont encore des œuvres d’arts ? Walter Benjamin expliquerait que leur reproductibilité a provoqué la perte de leur « aura » et de leur « hic et nunc » : ici et maintenant.