Archives pour l'étiquette CLermont FF15

A Clermont-Ferrand les nouvelles tendances du film naissent..

On retrouve dans toutes les séances visionnées au Festival de Clermont-Ferrand les thèmes suivants :

Le films sur le sexe sont majoritaires, comme si on ne pouvais pas faire un film de 15 min sans montrer des scènes de jambes en l’air : Jour J, Beauty, S, Les oiseaux-tonnerrre, carapace, vous voulez une histoire, A ciambra et bien d’autres (pédophilie, inceste, prostitution).

07_cc729_carapace03

Nous avons aussi vu des films dits « d’actualités » qui informe le spectateur sur une situation critique : révolutionnaires a Hong Kong, précarité en Afrique du Sud, en Iran ou en Italie , le conflit conflit israelo-palestinien…

Enfin, le bon point du Festival reste les séances labo ce sont des formats de court expérimentaux, originaux : très mode.

Les meilleurs films du festival de Clermont-Ferrand

Voici une sélection de mes coup de cœur du Festival.

« Le dernier des céfrans » de Pierre-Emmanuel Urcun qui a reçu le prix  « Canal + » cette année, est mon coup de cœur parmi la quarantaine de courts visionnés. Il est drôle, bien écrit et son sujet est intéressant et d’actualité. Après le visionnage nous avons pu rencontrer l’équipe du film. Ils nous ont expliqué qu’ils ont du faire preuve de patience pour voir leur projet aboutir (production, distribution…).

 

 

Un autre film que j’ai bien aimé c’est  « Mon bras armé » de Mathilde Nègre court animé de 3 min. La musique ainsi que les dessins m’ont déconcerté.

 

 

Enfin, « Lystopad » (feuilles mortes) de Kondakova, un film ukrainien qui illustre la vie sociale des banlieues dans un pays pauvre et dangereux.

Mon classement !

Pour ma part, la troisième place revient à Mon  bras armé de Mathilde Nègre ! Cette musique est vraiment envoutante, on ne peut pas décrocher notre regard de cette animation des plus saugrenue.

En deuxième position,  on retrouve un court-métrage Tisina Mujo de Ursula Meier. On assiste à un vrai moment de poésie, tout en douceur et subtilité.

tišina-mujo-silence-mujo

Et finalement la première place revient à Le dernier des céfrancs de Pierre-Emmanuel Urcun. Tous d’abord pour le jeu des acteurs, pour tout l’humour ainsi que l’esthétique des plans contenu dans cette vidéo. On a d’ailleurs eu la chance de rencontrer les acteurs !

B86tq_sCQAMezmK

Et enfin motion spéciale à mes courts métrages coups de coeur : Les séances décibels !

Parce que oui même si on connait beaucoup des chansons, ou même les clips.. et bien ça fait plaisir de les voir en grands avec du son pleins les oreilles.

En particulier lorsque c’est du Gessaffelstein… et maintenant profitez  … !

CD.

Palmarès condensé du CFF15

Le Clermont Film Festival, c’est surtout une compétition. Au bout, il y a une remise de prix, et voici un condensé des gagnants de cette année :

Grand Prix : « Ton Cœur au Hasard », d’Aude Léa Rapin

tonkeur

 

 

 

 

Prix du Public : « Guy Moquet », de Demis Herenger

guy

 

 

 

 

 

Prix du Rire Fernand Raynaud : « Tarim le Brave Contre les Mille et Un Effets », de Guillaume Rieutarim

 

 

 

Les tendances du CFF15

Au Clermont Film Fest, on en a pour tous les goûts : séances de labo, séances en piscine, en relief, lectures de scénario, concerts, expositions et rencontres.

Mais tâchons de dégager une tendance des courts métrages que j’ai pu voir : une tendance à traiter de la prostitution, avec « S », ou « Hot Nasty Teen », si bien que certaines personnes choquées durent quitter la salle. Aussi, je peux témoigner d’une forte recrudescence des films d’animation, avec « Phasm », « Small People With Big Hats », ou encore « Loop Ring Shop Drink ».

Mes coups de coeur du Festival du Film de Clermont Ferrand

1- « LOOP RING SHOP DRINK » de Nicolas Ménard

« LOOP RING SHOP DRINK »

Un excellent film d’animation avec des personnages typés, du suicide, de la violence et un peu d’amour.

 

2- « The Nostalgist », par Giacomo Cimini

nostalgist

Coup de coeur SF du festival, The Nostalgist raconte une histoire touchante entre un père et son fils, mais on s’apercoit très vite que ce dernier n’est pas vraiment ce que l’on pense…

3- « A Ciambra « , de Jonas Carpignano

a ciambra

Un court métrage sur les relations fraternelles. Très puissant.

Clermont FF15 : Mon expérience

Le Clermont Film Festival fût mon premier festival de court métrage, et je ne repars pas décu.

On y assiste à un grand nombre de séances, disséminées dans plusieurs grands lieux de Clermont. Les séances de « Labo » furent mes favorites : elles comprenaient uniquement des courts-métrages ne suivant pas un schéma narratif classique, ce qui pouvait donner du mauvais mais aussi du très, très bon court-métrage. Mais aussi de l’incompréhensible, du rire, et de la compassion.

En bref, c’est un festival que je recommande vivement, que ce soit aux amateurs comme aux experts du cinéma.