Archives pour l'étiquette créanum

Piotr, le graphiste

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler d’une personne que j’ai rencontré durant mes deux premières semaines de stage, à savoir Piotr.

Enfin bref, parlons un peu plus de lui. Piotr est un jeune russe stagiaire à la Media School de Net For God. Il a dans les 20 ans et s’occupent de tout l’aspect graphique de Net For God, à savoir des cartons d’invitations, en passant par les pochettes de DVD pour les films que produisent Net For God. Il était donc souvent avec moi et regardait un peu ce que je faisais afin de me conseiller dans mon travail graphique, me proposer d’autres solutions.

Je ne lui ai pas demandé mais il me semble qu’il va bientôt repartir en Russie car on stage de la Média School va se finir. Mais je ne souhaite pas trop m’avancer.

Merci à tous, et à bientôt !

20150618_162748

L’originalité des n’est plus.

Bonjour à tous, aujourd’hui, nous allons nous intéresser à Judith BUTLER.

arton148Judith Butler est une philosophe américaine née en 1956 et professeur à l’Université Berkeley en Californie. En 1990, elle publie son ouvrage Gender Trouble dans lequel appelle à réfléchir sur la performativité du genre, question si polémiquée. Judith Butler nous oblige à nous poser des questions sur l’essence du genre. L’original, dans son sens propre, serait parodié à outrance jusqu’à s’établir lui-même dans une performance parodique.

L’EFS (Etablissement Français du Sang) à lancer une campagne appelée  » Donner son sang c’est offrir sa vie « . Cette campagne vise à promouvoir les dons du sang en montrant ce qu’ils permettent de réaliser, comme par exemple le fait de sauver des vies, mais en insistant également sur le fait que c’est sas danger et que tout le monde en a besoin.

Merci et à bientôt !

« Jean Baudrillard n’a pas existé »

Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous allons parler de Jean Baudrillard.

Jean Baudrillard est un sociologue et philosophe français, né le 27 juillet 1929 à Reims et mort le 6 mars 2007 à Paris. Il est considéré comme le premier intellectuel « établi » de France. Son premier ouvrage théorique, Le Système des objets, paraît en 1968.Jean_Baudrillard

Sa pensée a fortement évolué depuis la publication, à la fin des années 1960, du Système des objets et de La Société de consommation, pour se concentrer sur la notion de « disparition de la réalité ».

L’énergie singulière de son œuvre engagée publiquement dans les événements de son temps, se voulait événement critique agissant par lui-même au fil des événements médiatisés, toujours traduits à l’étranger, toujours provocants par leur liberté critique, qui lui valurent à la fois honneurs et discrédit.

En 1981, il publie Simulacres & Siulation, dans lequel il affirme à travers ses démonstrations que le simulacre a remplacé le sujet original auquel il se rapporte : pour faire court, la réalité n’existe plus.

Il inspire de nombreux artistes, musiciens et cinéastes, depuis les simulationnistes de New York jusqu’aux frères Wachowski de Matrix, dont il dénonça la récupération : « Matrix, c’est un peu le film sur la Matrice qu’aurait pu fabriquer la Matrice ».

Mercià tous et bonne lecture !

Bernard Stiegler et la télécratie

Bonjour à tous, aujourd’hui nous allons parle de bernard Stiegler.

Bernard Stiegler est un philosophe français né le 1er avril 1952. Il est le fils d’un père électronicien et d’une mère employée de banque.

bernard_stiegler_3Il commence, en 1969, des études (qu’il n’achèvera pas) d’assistant réalisateur au Conservatoire libre du cinéma français et poursuit, en 1973, par un stage d’analyste programmeur à l’institut de recherche français d’informatique et de mathématiques. Après mais 68, Bernard Stiegler devient membre du parti communiste français.

En 1976, il attaque une banque à main armée. Suivront trois autres braquages, dont le quatrième s’achève par son arrestation en flagrant délit par une patrouille de police. Il est condamné à cinq ans de prison.

En 2006 il publie La télécratie contre la démocratie. Ce livre s’adresse tout d’abord au candidats des présidentiels française de 2007 et leur demande de se questionner sur la télécratie qu’il considère comme dangereuse pour la démocratie. Selon Bernard Stiegler, la télécratie à fait évoluer la politique actuel et la mène vers une opposition : la démocratie nécessite du temps, de la réflexion, elle doit se mettre en place, alors que la télécratie est direct, immédiate, instantanés. Les politiciens deviennent alors des figures télécratiques, ils cherches a gagnés la faveur des médias de masse, un public en s’adaptant aux formes du médias qu’il le diffuse.

Pour finir Bernard Stiegler considère que cette télécratie est responsable du manque d’espoir en
l’avenir des français.

Merci à tous et bonne lecture !

La société du spectacle, Guy Debord

Hola hola,

La Société du Spectacle, cela vous évoque-t’il quelque chose? C’est ce cher Guy Debord qui nous en parle en 1967. Tout au long de cette oeuvre, il ouvre nos yeux sur la société de consommation, qu’il qualifie de société de spectacle. Il s’agit d’une critique radicale : la marchandise est dominante et atteint la vie de chacun.

Cette critique avait déjà été appréhendée par Boris Vian. Dans sa chanson La Complainte du Progrès évoquait déjà un panel de produits imposant à travers une énumération de produits éléctroménagers, de produits tout simplement commercialisés, montrant ainsi l’omniprésence de ces derniers. Il dénonce le système par le biais d’une plainte de la complexité de ce dernier, avant tout était plus simple en amour, maintenant il est question de cadeaux, et de produits dont le besoin a été crée dans l’esprit des gens.  Cette chanson est sortie en 1956, elle précède donc celle de Debord.

Bien à vous amigos,

CD

La théorie d’un certain McLuhan

Ce cher McLuhan, nous explique que pour lui la façon dont l’on présentes les choses influences notre perceptions de celle-ci. Par exemple l’étiquette d’un grand vin collé sur une bouteille, n’auras  pas le même impact si l’on colle une autre étiquette sur ce même vin. McLuhan exprimes donc l’idée que notre cerveau travailles à notre insu suivant les donnés qu’il connait déja. (pour l’exemple ici le prestige du vin qui jouera un rôle sur notre dégustation).

La leçon à retenir : Méfions nous de nos cerveaux !

La bise

CD.

Herbert Marcuse l’unidimensionnel

Bonjour à tous, aujourd’hui nous allons parler de Herbert Marcuse.

Herbert Marcuse est né à BerlMarcusein le 19 juillet 1898 dans une famille juive, et est mort le 29 juillet 1979 à l’âge de 81 ans. C’est un philosophe et sociologue marxiste membre de l’École de Francfort.

 

Sa pensée est fortement inspirée de 9782707303738la Marx et de Freud sur plusieurs aspects. En 1964, il publie son ouvrage « L’homme unidimensionnel » qui est une critique dénonçant le caractère inégalitaire et totalitariste du capitalisme durant « Les Trentes Glorieuses ».

A la différence de Freud, il dénonce l’inhumanité sur le principe de la réalité de la société en place. Il ne remet pas en cause les théories Freudiennes mais les adaptent à son époque. En revanche,  il critique le révisionnisme néo-freudien qui consiste à revoir l’ensemble des théories développées par Freud.

Merci et bonne lecture !

A la semaine prochaine !

Les à côtés du festival

Bonsoir à tous !

Je trouve que nous avons bien parlé de la vie du festival en lui même, c’est-à-dire es séances que j’ai visionné, mon ressenti, mes préférences, etc. Cependant, je pense que nous pouvons parler dans cet article de notre vie à Clermont-Ferrand quand nous n’étions pas en séance (par « nous » j’entend bien évidemment la promotion BCCN et moi !). Commençons !

A notre arrivée, nous devions subsister à nos besoin primaires, tel que ce nourrir en particulier. Pour ce faire, nous avons décidé d’aller se remplir la panse au Quick de la place de Jaude (à défaut du Mac Do qui était on ne peut plus plein…). Après nous sommes partis en séance.

En général, nous sortions boire un petit coup aux bar les plus proches (comme beaucoup d’autres festivaliers d’ailleurs !). Ensuite, nous allions manger dans un endroit qui était différent chaque jour. Le premier soir c’était un burger, le second soir dans un autre burger (il en a beaucoup à Clermont-Ferrand)et le dernier soir à Subway. Puis nous revenions à l’hôtel nous endormir dans les bras de Morphée, en attendant le Mac Do matinal.

Merci à tous pour votre lecture et à bientôt !

Qu’est ce qui était « fashion » à Clermont cette année?

Wow, c’est compliqué en tant que novice de remarquer des tendances, mais je pense pouvoir dire qu’il y en a qui se détachent du lot : il y a beaucoup de thèmes récurrents.

Premièrement, le sexe. Dans toutes ses déclinaisons, bonnes ou mauvaises :

Carapace, un court-métrage sur l’autisme sexuel, Les Oiseaux tonnerre, un amour quasi-incestueux entre frère et soeur, Deep Space, la solitude d’un personnage dans l’espace et ses fantasmes.. Beaucoup de court-métrages sur la prostitution : S, par exemple.

Le thème de la nature revient beaucoup également, surtout en catégorie Décibels. Waiting for a signOn a mission, Fred Viola, Les Oiseaux Tonnerre.

D’un point de vue technique, beaucoup de plans séquences. Le plus démonstratif? Hillbrow.

Pour moi, ce sont les 3 choses les plus saute aux yeux du festival de cette année. Puisse mon âme de novice se professionnaliser lors des prochains ClermontFF!

A vous de juger,

CD.

A Clermont-Ferrand les nouvelles tendances du film naissent..

On retrouve dans toutes les séances visionnées au Festival de Clermont-Ferrand les thèmes suivants :

Le films sur le sexe sont majoritaires, comme si on ne pouvais pas faire un film de 15 min sans montrer des scènes de jambes en l’air : Jour J, Beauty, S, Les oiseaux-tonnerrre, carapace, vous voulez une histoire, A ciambra et bien d’autres (pédophilie, inceste, prostitution).

07_cc729_carapace03

Nous avons aussi vu des films dits « d’actualités » qui informe le spectateur sur une situation critique : révolutionnaires a Hong Kong, précarité en Afrique du Sud, en Iran ou en Italie , le conflit conflit israelo-palestinien…

Enfin, le bon point du Festival reste les séances labo ce sont des formats de court expérimentaux, originaux : très mode.