Archives pour l'étiquette Cronenberg

L’ère numérique nous définit-elle ?

Lorsque que la vidéo prend le pas sur la vie réelle, finissant pas nous conditionner nous éloignant ainsi de notre humanité et de notre liberté. C’est ce que nous illustre le film de Cronenberg, Vidéodrome, sorti en 1983. Brian O’Blivion, personnage central du récit, théoricien des médias ne communique plus que par le biais de la vidéo.

Brian accepte une interview télévisée, à la seule condition qu’il soit montré dans un télévision. On comprend rapidement que le professeur O’Blivion s’est inspiré d’un chercheur connu : Marshall McLuhan. C’est un théoricien Candien travaillant sur les médias de masse. Il est perçu comme un visionnaire. Il a prédit l’apparition de la « galaxie Marconi », ou l’ère numérique, près de 35 ans avant son apparition réelle. Cette ère numérique serait introduite par la radio, la TV et la cybernétique reposant sur un message global et simplifié.

McLuhan cherche avant tout à forger de nouveaux outils de réflexion car, pour lui, ce passage d’une ère industrielle à une ère médiatique doit nécessairement se penser à l’aide de nouveaux modèles théoriques car l’enjeu est majeur ; rien de moins que déjouer cet adage que McLuhan considère essentiel mais dangereux : « nous devenons ce que nous regardons ».

Je n’ai donc qu’une seule question : L’ère numérique nous définit-elle ?

Sword Art Online et eXistenZ, même combat : celui de Baudrillard

Connaissez vous Sword Art Online? Connaissez vous eXistenZ? Si ce n’est pas le cas, laissez moi vous résumer la chose.

sword-art-online-wallpaperSword Art Online (que nous appeleront SAO par la suite) est un manga dans lequel on suit l’histoire d’un jeune homme, Kirigaya Kazuto, qui se retrouve enfermé dans un jeu vidéo à réalité augmenté dont il est relié directement au cerveau.

existenzeXistenZ, sorti bien avant, en 1999, est très siilaire. Sans entrer dans les détails de l’intrigue, il s’agit de personnes qui jouent à un jeu du même type, en branchant directement la console à un port bionique greffé aux joueurs.

Dans un cas comme dans l’autre, les personnages perdent le contrôle le leur corps pour vivre dans celui d’un avatar, d’un personnage numérique.

Mais là où SAO se contente de construire une simpe histoire dans un jeu vidéo, eXistenZ est quant à lui une véritable critique de la société digne des réflexions du philosophe Jean Baudrillard, qui dénonce la volonté de la société à vivre dans une simulation de vie plutôt que de profiter du monde tel qu’il est.