Archives pour l'étiquette disneyland

Disneyland : une réalité illusionniste

Caption=Baudrillard. Liberation columnist among those accused of obscure jargon Description=A picture file of Jean Baudrillard, philosopher and journalist. Exact date not known. Description=Used for his obituary 08.03.2007

Sociologue et philosophe français, Jean Baudrillard (1929-2006) acquiert un rayonnement international grâce à la publication de son oeuvre intitulée Pour une critique de l’économie politique du signe (1972). Pourtant, il ne se place ni dans la lignée du marxisme orthodoxe ni dans celle de l’Ecole de Francfort. Il considère les idéologies comme étant des modes se limitant à des systèmes de signes, considérés eux-mêmes comme étant des simulacres. Il stipule ainsi que nous sommes voués à manquer l’essence ultime de la réalité ; tout ce sur quoi nous fondons une nouvelle politique ou une nouvelle théorie du social n’est qu’en fait illusion.

A cet égard, Disneyland incarne parfaitement cette idée de théorie du social qui n’est en fait qu’illusion. En effet, lorsque nous franchissons le portail de cet autre monde, les soucis sont comme inexistants, laisés à l’entrée pour n’être récupérés que quelques jours après avoir baigné au coeur de ce microcosme social. De nombreuses publicités papier, télévisées, murales promeuvent ce nouveau monde, photo10un monde où tout n’est que féérie, où toutes les contraintes n’existent plus pour ne laisser place qu’aux joies quelqu’elles soient. Mais Disneyland n’est ainsi qu’une illusion dans le sens où cet autre monde fait seulement oublié les problèmes, les faits concrets de la vie pour ne laisser place qu’à l’abstrait. Si les enfants en sont si friands, c’est que ce monde leur offre tout ce dont ils ont toujours rêvé : féérie, magie, imagination prenant vie. Ceci est ainsi véhiculé de base par les médias et le publicités mensongères qui prônent une réalité illusionniste.

 

Disneyland Paris : objet masse médiatique et illusion

Jean Baudrillard est un philosophe Français du 21ème siècle. Bien que celui-ci laisse derrière lui les traces d’un parcours singulier, sa thèse est simple.

« La consommation est devenue un moyen de différenciation, et non de satisfaction. » En effet, nous ne savons plus si l’homme vit dans et à travers ce qu’il consomme, ou si ce sont les objets qui le consomment. Ce sont en effet les médias qui créeraient le besoin chez l’homme.

A travers cette réflexion nous pouvons déjà lier la pensée de l’auteur à celle de Debord, mais c’est ensuite liée à celle de Walter Benjamin qu’évolue la thèse de Baudrillard. Désormais, le monde réel aurait disparu selon lui ; remplacé par des signes du réel, venant donner l’illusion du vrai monde.

Selon cette ligne directrice, Disneyland Paris représenterait alors à la fois un objet de consommation et de masse médias, ainsi que l’illusion d’un vrai monde. Chaque année plus de 15 millions de personnes franchisses les portes de ce parc dans l’espoir de voir leurs rêves devenir réalité.

Or, nous ne sommes pas sans savoir que les dessous de cette firme ne sont pas aussi rose que ses contes de fées. Continuer la lecture de Disneyland Paris : objet masse médiatique et illusion