Archives pour l'étiquette fonction

Les fonctions du langage

Jakobson, penseur russe et linguistique influent du XXème siècle. Dès sa jeunesse, il s’intéressent de manière toute particulière au langage. Il définie le fait que lors d’un rapport de communication entre êtres humains nous pouvons utiliser différente fonction du langage. Jakobson distingue le langage de par 6 fonctions. La publicité sait d’ailleurs très bien manipulée chacune d’elles.

Tout d’abord la fonction expressive : elle se traduit par l’expression des sentiments du locuteur, quand on se confie à quelqu’un, une foule, etc.  On peut le trouver dans des publicités armé d’un message  plus ou moins direct, comme celui-ci  de la société Macdonald’s « venez comme vous êtes »

bigstockPeopleTalking

La fonction représentative ou référentielle où le message nous fait l’état des choses, il nous les communiques.Par exemple, avec un logo, on peut citer instagram, ou l’appareil fait directement référence au réseau social spécialisé dans le partage de photographies.

La fonction phatique : se caractérise par la mise en place des liens et le maintien de la communication. Comme la publicité abusive constamment présente pour un quelconque produit.

La fonction métalinguistique : où le code lui même est l’objet du message. Il peut se traduire à travers des publicité jouant sur les mots avec des objets divers et aux références (notamment sonores de part leur prononciations) multiples.

La fonction poétique : la forme et la mis sen valeur du texte de par une certaine création devient l’essentiel du message.

La fonction conative : lorsque l’on cherche à agir sur l’interlocuteur. Par exemple, avec un logo, on peut citer instagram, ou l’appareil fait directement référence au réseau social spécialisé dans le partage de photographies.

 

Jackobson à travers Hollande

Les mots blessent, touchent, attaquent. Ils sont surement une des plus grandes armes de l’humanité. Tout peut être réalisé grâce à la combinaison de ceux-ci: manipulation, menace, tendresse, attaque…

Roman Ossipovitch Jakobson évoque dans son ouvrage Essai de linguistique générale la présence de 6 fonctions du langage, que nous allons étudier à travers un exemple. En effet, nous avons ce week-end, eu le droit à un discours du Président de la république, suite aux attentats du 13 novembre. À travers ce discours, nous allons mettre en évidence les 6 fonctions du langage dont nous parle Jackobson.

Tout d’abord, voyons la fonction expressive qui représente l’expression des sentiments du locuteur. Ici, on voit qu’à travers son discours, notre président est ému, mais également révolté par les évènements. Du coup, ils nous transmet ses émotions à travers son discours, et nous touche directement, il nous met inconsciemment (ou pas d’ailleurs) dans l’intimité.

Ensuite, abordons la fonction conative. Elle est utilisée par le locuteur afin que le récepteur agisse sur lui-même afin de s’influencer. Dans ce cas, François Hollande utilise un ton stricte, afin que l’on comprenne que la situation n’est pas à prendre à la légère, et qu’il faut nous sentir concerné.

Viens alors la fonction phatique, qui elle a dans le but d’établir un lien entre l’émetteur et le récepteur de l’information. Dans cet exemple, cette fonction est représentée par « mes chers compatriotes » avec lequel le président commence son discours.

 Maintenant, venons en à la fonction référentielle du langage. Comme le dit son nom, elle implique le contexte de l’histoire dans le discours. Ici, elle fait référence aux attentats de Daesh du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, mais aussi aux mesures prise par l’Etat Français pour la sécurité des français.

Enfin, la fonction poétique représente plutôt la forme esthétique et la mise en place des éléments dans le discours. Dans notre exemple, détailler toutes les étapes du discours serait beaucoup trop long, en deux mots, François Hollande nous annonce les faits, puis les mesures prise, pour en venir aux condoléances et à la notion d’uniformité de la France.

On remarque alors que ces 6 fonctions du langage sont essentielles à la bonne construction et le bon fonctionnement d’un discours.

Une fonction du langage de Jakobson par l’exemple.

Une fonction du langage de Jakobson par l’exemple.

Regardez cette vidéo avant de lire l’article  https://www.youtube.com/watch?v=YVwbxp1FyiE

Prenons les vidéos de Norman fait des vidéos. Les expressions que relève Norman sont des exemples illustratifs. Par exemple, il met en lumière la fonction phatique du langage qui est un moyen dans la vie de tous les jours de prolonger une conversation, même si on n’a rien à dire. Peu importe le contenu, l’essentiel c’est d’occuper le canal de communication, ne pas laisser de vide qui interromprait la conversation.

Ce que Norman illustre par le « tu dis des phrases mais t’a toujours rien dit ( 0 idées )« . Peu importe ce qu’on dit, l’essentiel c’est de prolonger la conversation. Ainsi Norman s’énerve sur les personnes qui utilisent les formules toutes faites comme « va savoir« , « c’est la vie« .

Ces formules sont vides de sens. Mais elles ont le mérite de prolonger une relation. D’autant plus précieuse, dans les rapports entre les personnes justement plus agées, et plus jeunes. Car ces formules sont universelles, et peuvent parler à tous, y compris les jeunes.

Cette fonction est commune, et ne renvoie pas forcément à l’art de la poésie. Mais plutôt à l’usage des mots qui « sonnent bien », et qui fait qu’on choisit plutôt un mot qu’un autre.

Illustration drôle par Norman : Lorsqu’on commente un film de cinéma, on dira : « oui c’était pas mal mais la fin était un peu longué« . Le terme de longueur ici semble normal, à propos. Le bon mot qui sonne bien. A la différence de ce terme, dans un autre contexte : un criminel qui sort de prison ne dira pas : « Je sors de taule, 20 ans, c’est un peu longué.