Archives pour l'étiquette Génie

Tous des génies ? Barthes et le descriptif.

Sur la quatrième de couverture du roman 99 francs écrit par Frédéric Beigbeder, on peut lire qu’il a été calculé que « […] entre sa naissance et l’âge de 18 ans, toute personne était exposée en moyenne à 350 000 publicités. ». La facilité avec laquelle ces affiches, ces spots télés, ces annonces radios, sont comprises pourrait porter à croire que nos esprits sont vifs et alertes : qui pourrait interpréter et s’expliquer le message de centaines de publicités vues, entendues, perçues chaque jour ? Comment l’homme fait-il pour saisir l’entière exactitude d’autant d’information, d’une masse si conséquente de contenu imposé ?

Serions nous alors des génies ? Une génération programmée génétiquement pour accepter l’hyper-média, l’instantanéité de la connaissance ?

Et si, en fait, tout ce contenu était plus facile ? Cette facilité que l’on retrouve derrière le terme ami sur Facebook, l’absence de surface des accroches tel que « Enjoy Coca-Cola », ou « Fraîcheur de vivre, Hollywood Chewing-Gum »… Si toute information est prémâchée, parée à l’instantanée, alors il ne subsiste aucun génie, seulement l’automatisme.

Barthes appelle cette description très premier degré et univoque le descriptif. Et ce dernier, observé d’un œil lointain, pourrait bien être anxiogène tant il pense à notre place.