Archives pour l'étiquette genre

Es-tu du genre Butler ou pas ?

Difficile de tout savoir sur les gens. L’image que nous donnons aux  autres peut s’ouvrir à toute sorte de projection fantasmatique. C’est sur cette idéologie que se base le film de Mario Fanfani.      Les Nuits d’Etés sont à la fois un hommage rendu à toutes les femmes et un questionnement sur les identités de genre. Cela fait l’objet de nombreux débats depuis quelques années notamment aux Etats-Unis avec la philosophe Judith Butler. Ses écrits portent sur notre identité sexuelle basé sur la construction sociologique. Elle approfondi le propos en que la biologie ne se suffit pas à elle-même pour être une femme ou être un homme. Dans Les Nuits d’Eté c’est l’histoire d’un notaire de province des années 50 qui décide de se travestir en secret avec des ami(e)s. Une facette que l’un de ses amis, puis plusieurs autres l’aide à explorer. En effet ce film met bien en relation le sexe biologique, l’identité des genres ainsi que la performance du genre. C’est également ce que illustre Tomboy avec un regard sur l’enfance. Mais cette fois perçu à travers le jeu sur notre identité sexuelle et celui de notre construction sociale.

 https://www.youtube.com/watch?v=NHebAaxnxKM               Bande annonce de TomBoy

 

Billy & Butler

Judith-ButlerJudith Butler est une philosophe féministe américaine, connue pour ses positions audacieuses. Ses raisonnements exprimés à travers des mots ardus mais soigneusement choisis empruntent parfois des sentiers inhabituels.

Dans son dernier livreVers la cohabitation: Judéité et critique du sionisme la philosophe précise la distinction entre le sexe (naturel, biologique) et le genre (social, construit) et enfin le désir (ou la sexualité).

La philosophe montre qu’il n’y a pas de lien nécessaire entre ces trois pôles : on peut-être femme au niveau biologique, mais s’inventer un genre d’homme et ressentir un désir homo, hétéro, bi ou même asexuel. Pour elle, si notre identité sexuelle est un rôle social, libre à nous de l’interpréter à notre guise. Continuer la lecture de Billy & Butler

La performativité du genre selon Conchita Wurst.

Thomas Neuwirth, né le 6 novembre 1988 est un chanteur autrichien plus connu sous son nom de scène, Conchita Wurst, personnage de drag queen avec une barbe. Il s’est fait connaître au concours de l’Eurovision de la chanson 2014 qu’il a remporté devant les Pays-Bas et la Suède en interprétant sa chanson « Rise like a phoenix », un hymne à la tolérance. Ce qui a permit entre autre à renverser en quelques minutes l’image d’une Autriche terne.
Il adopte alors une double vie en tant qu’homme dans sa vie privée et travestit sur scène, ce qui ne l’oblige pas à confondre les deux car il maîtrise son interprétation, c’est-a-dire qu’il a monté le personnage de Conchita de toute pièce et ne vit pas complètement à travers elle. Si il a décidé de la créée, c’est pour montrer au monde que l’on peut faire ce que l’on veut tant qu’on ne blesse personne.

Mais alors, que fait la barbe dans tout ça ?

Selon Judith Butler, philosophe postmoderne américaine, la performativité du genre se résume en trois points, dont nous allons associer avec Thomas et son personnage de scène Conchita :
Le sexe anatomique : Masculin, et ceci le restera.
L’identité du genre : Un coup masculin, un coup féminin.
La performance du genre : Feminin. Cependant un point non négligeable c’est son choix a garder la barbe pendant son interprétation en drag queen, qui je rappelle est la pour amplifier son désir de montrer au monde que l’on peut faire ce qu’on veut de sa personne et personnalité.

Grâce à sa barbe en tant que Drag Queen et sa double vie, Thomas et Conchita ont réussi à créer un cocktail original de genres entre-croisés dont Judith Butler n’aurait même pas imaginé !