Archives pour l'étiquette hannah arendt

Un semestre sur les mass média… complet

Clairement, j’ai trouvé cette étude de la communication médiatique très interessante et notamment, quand cela était rapproché aux oeuvre cinématographique. J’ai pu apprécier différent abord de la culture de masse tout aussi intéressants.

J’ai tout particulièrement aimé les écrit Hannah Arendt, philosophe américaine qui s’est intéressé aux “origines du totalitarisme”.

J’ai alors fais une analyse, à laquelle j’ai pris plaisir, sur le Film “V for Vendetta” de James McTeigue, en montrant les différente étapes et caractéristiques d’un régime totalitaire.

Par la suite j’ai même ajouté que, le sujet plaisant, faisait allusion à une dénonciation de démocratie actuelle par le biais de l’utopie d’un système totalitaire. Cette dénonciation de la démocratie est même poursuivie par le groupe “les anonimous”, portant la même identité du masque de Vendetta et Guy Fawkes.

Hannah Arendt, « La critique de la culture »

Transformers-1jpg

Hannah ARENDT, philosophe allemande du 20eme siècle, est connu pour ses travaux autour de l’activité politique, le totalitarisme ainsi que la modernité.

Elle a écrit un ouvrage « La critique de la culture », paru en 1961, c’est un ouvrage sur la théorie politique. Dans une partie de son ouvrage « La conquête de l’espace et la dimension de l’homme », elle étudie la science moderne et l’homme. Ainsi cela permet de définir la modernité comme étant le représentant de ce qui appartient ou convient d’appartenir au temps présent ou à une époque.Pour elle les savants vont trop loin dans leurs recherches, ce qui crée un fossé entre les savants et le reste des hommes.

Hannah ARENDT explique que notre capacité actuelle à conquérir l’univers est du à notre aptitude à manier la nature d’un point de l’univers extérieur a la terre. On peut relier cette pensé avec un film de science-fiction américaine : la quadrilogie Transformers.

La quadrilogie de Transformers a été réalisé par Michael BAY, réalisateur américain. Ses films sont adaptés d’une série homonyme diffusée entre 1984 et 1987.

De mystérieux robots d’origine extra-terrestre, capables de se transformer en voiture, attaquent les systèmes de défense de l’armée américaine, les Decepticons. L’arrière petit fils d’un explorateur, Sam se retrouve malgré lui pris à partie car sa voiture est un robot, Bumblebee. Avec son aide et celles des Autobots ils doivent empêcher les Decepticons de s’emparer de l’Allspark, un artefact qui contient une quantité d’énergie immense.

 

Cosmos et vie foetale

Dans son ouvrage La Crise de la Culture, Hannah Arendt interroge les avancées techniques et scientifiques. Arendt prend pour exemple la conquête spatiale : cette conquête de l’univers permet-elle aux individus de gagner en humanité ? La découverte d’un univers infini va-t-elle de pair avec une croissance de l’esprit ? Il est permis d’en douter.

Nous ne pouvons nous empêcher à ce propos de songer à deux films aussi célèbres que réussis traitant de la conquête spatiale : 2001, A Space Odyssey (Stanley Kubrick, 1968) et Gravity (Alfonso Cuaron, 2013).

2001, A Space Odyssey
Gravity

Que voyons-nous dans ceux deux œuvres : chaque fois, les images de l’espace débouchent sur les images de la vie foetale. Il semble que filmer un homme ou une femme perdu dans l’espace revienne au fond à filmer un fœtus dans le ventre de sa mère… Dans 2001…, après avoir filmé l’univers s’étendant à l’infini au-delà de la planète Jupiter, Kubrick en vient finalement à nous montrer ce plan inoubliable et énigmatique d’un fœtus. Dans Gravity, les motifs de la vie foetale sont légions : Sandra Bullock flotte dans une capsule en position foetale, les câbles, les tuyaux et les sangles font penser à des cordons ombilicales, et la scène finale évoque de manière évidente la (re)naissance de l’héroïne (symbolique certes assez lourde, mais résultat convainquant).

2001, A Space Odyssey
2001, A Space Odyssey

Souvenons-nous d’un autre film racontant l’histoire d’une femme perdue dans l’espace, Alien (Ridley Scott, 1979), avec son fameux « Dans l’espace, personne ne vous entend crier… » : le véritable sujet d’Alien, comme l’ont souligné Les Cahiers du Cinéma récemment, c’est le traumatisme de la grossesse et de l’accouchement. Là encore, filmer l’espace conduit à traiter non de l’infiniment grand mais au contraire de l’espace intime et clos du ventre maternel.

Alien
Alien

Que cherche l’homme en explorant l’univers : l’Autre lointain ou le Soi profond ?

Hanna Arendt : Between past and future (1961)

Pour Hanna Arendt, philosophe juive allemande, un fossé s’est creusé dans le monde depuis le XVIII° siècle entre savants et non-savants. De plus, ces savants sont à la recherche de la compréhension, et ils trouvent et comprennent des choses inatteignables à la compréhension commune, et même à la compréhension de ces choses par les autres savants spécialisés dans d’autres domaines Par exemple, à son époque, l’homme est en pleine conquête spatiale, et cherche à connaître les choses de l’espace. Par cet exemple de l’espace, elle affirme que l’homme cherche à comprendre des choses inatteignables, comme les planètes éloignées du système solaire.

Elle pense que l’homme, dans l’espace, dépendant seulement des choses qu’il a créé lui, perdra sa dimension anthropomorphique, c’est à dire qu’il risquera de perdre ce qu’il est lui même en tant qu’homme. Elle critique aussi la politique, et déclare que l’homme conceptualise des systèmes politiques utopiques, inatteignables eux aussi.

Elle critiquera acerbement les médias, ce qui se cache derrière, leur influence néfaste…

Un violent combat

Hannah Arendt (1906-1975) est une philosophe allemande qui a marqué l’Histoire de la pensé au XIXème notamment par sa théorie de « la banalité du mal ». Cette théorie fait polémique car le publique qui croit qu’elle tend à dédramatiser les horreurs de la seconde guerre mondiale en déculpabilisant les nazis. Il n’en ai rien. Hannah Arendt, elle même d’origine juive, est une personnalité engagée pour la liberté et les droits des individus. Elle publie en 1972 «  Les origine du totalitarisme », ouvrage dans lequel la philosophe dénonce fermement l’antisémitisme, les régimes totalitaires et l’impérialisme.

Dans cette œuvre, la philosophe distingues deux principaux régimes totalitaires : le nazisme et le stalinisme. Elle entreprend de comparer les deux et discerne quelques similitudes. En effet, le régime totalitaire advient souvent d’un clivage entre les classes, souvent divisées par la guerre et/ou le chômage. Elle affirme également qu’un régime totalitaire est avant tout un régime qui sème la terreur. Il prive l’individu de ses droits fondamentaux en faisant pression sur lui pour qu’il devienne esclave du régime.

Le-3-mai-2013-a-Saint-Petersbourg

Continuer la lecture de Un violent combat

L’intelligence artificielle: un véritable danger pour l’Homme ?

Hannah Arendt, philosophe américaine d’origine allemande disait :

“Le progrès et la catastrophe sont l’avers et le revers d’une même médaille.”

A force de progresser dans l’intelligence artificielle avec la multiplication des robots,  plus performants les uns que les autres, n’y a t-il pas un risque que ces derniers finissent un jour par nous détruire ?

Continuer la lecture de L’intelligence artificielle: un véritable danger pour l’Homme ?

L’univers alternatif

deus-ex-human-revolution-game-hd-wallpaper-1920x1080-6804

Avant de commencer,veuillez enfiler un casque audio et tout en lisant l’article écoutez ceci: OST Michael Mc Cann

 

Plusieurs grand succès du monde du jeu vidéo se basent sur le principe de monde alternatif :

Monde persistant reprenant de nombreux fait historique tout en, en  exagérant certain pour donner un avenir  ou un passé différent à celui qui nous ai contemporain.

C’est le cas de Deux EX : Human Revolution que je vais vous présenter ici tout en reprenant les écris de Hannah Arendt.

Monde ou l’homme et la machine vive plus qu’une symbiose ; ils ne font qu’un.

Adam Jenssen

Les modules de greffes bionique et nano technologique sont les nouvelles problématiques qui régissent le monde en 2027

Les scientifiques, les grosses corporations et les média dirigent ce monde.

Le monde est entré dans une voie de poste modernisme avancé ou l’évolution technologique dépasse l’entendement humains et le tire vers sa chute. L’humanité se divise en deux les « Augmenté » fier du succès de l’évolution ils l’on carrément incorporé à leur chair et, les humains pur ceux qui résiste à la tentation de devenir « plus » que de simple mortel.

 

Dans son œuvre Hannah Arendt fais par de son inquiétude, par rapport au sujet machine Humain ou l’un sur l’autre un jour devra exister une domination voir même une inquiétante prise de consciences de la machine sur l’Homme et de sa propre existence. Le monde Corrompu de Deus Ex répond complètement à cette problématique et initie un voyage dans le futur aux prémices du règne de l’IA (Intelligence Artificielle).

 

Plus qu’un jeu vidéo cet oeuvre vidéo ludique avec une OST d’exception de Michael Mc Cann nominé BAFTA Awards vous immerge dans ce que pourrai être le monde demain, plus les jours passent et plus les similarités  entre notre monde et celui de Deus Ex sont grandes , sont de plus en plus inquiétantes.

 

 

Et vous avez-vous peur de l’avenir ?

 

Transhumanisme et singularité technologique : la peur d’Arendt prend forme.

 

La philosophe politique Hannah Arendt, connue pour son ouvrage majeur Les Origines du totalitarisme où elle décortique le fonctionnement de ce type de régime, qu’elle a vu naitre puis fui, en tant qu’allemande juive des années 30, a aussi analysé la décadence culturelle de son siècle dans La Crise de la culture. Elle exprime notamment dans cet ouvrage sa peur de voir la technologie, déshumanisée par une science qui met l’Homme hors de la nature, nous dépasser. Elle écrira ainsi : « Notre capacité actuelle à conquérir l’univers est due à notre aptitude à manier la nature d’un point de l’univers extérieur à la terre. »

Quelles pourraient être les conséquences d’une telle constatation ?

Continuer la lecture de Transhumanisme et singularité technologique : la peur d’Arendt prend forme.

Corée du Sud, enfer scolaire et Hannah Arendt

648x415_peur-ecirctre-agrave-hauteur-soucis-relationnels-handicapent-eacutelegraveves

Nombreux sont les français qui se plaignent du système scolaire français, un avis que je rejoins. Toutefois, dans d’autres pays tel que la Corée du Sud, les conditions de vie des étudiants sont terrifiantes. La société oblige indirectement les enfants à travailler outre-mesure dans un objectif de performance. Les choix des enfants sont dictés par les parents, à tel point que d’après certaines études les enfants pensent qu’il est bon de travailler jusqu’à l’épuisement. Le soi est négligé au profit du travail. Après une moyenne de 50 heures de travail par semaine, les étudiants sont poussés à travailler davantage le soir en participant à des cours privés coûtant une centaine d’euros en moyenne. Certains cours s’élèvent d’ailleurs même jusqu’à 1000 euros pour quelques heures.

La Corée du Sud suit la vision dystopique d’Hannah Arendt, selon qui la performance avant l’humain, la performance pour la grandeur de l’Homme nous mène à la déshumanisation. L’Homme se perd, ne jouit plus de la vie, ne travaille que dans un but de pseudo-bonheur futur inaccessible. Ces jeunes préfèrent contribuer à construire la société plutôt qu’à se construire eux-même.

Nous somme dans un cas où le travail prend le pas sur la vie, la perte de l’Homme.

Je vous fais ainsi part d’une courte vidéo « prise de conscience » illustrant ce qui est dit plus haut : http://www.koreus.com/video/dure-vie-etudiante-coreenne.html

Imitation game, au service du monde

Aujourd’hui plus que jamais les avancées technologiques nous font évoluer dans une société ou l’informatique et ses dérivées prennent une place prépondérante. Hannah Arendt, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme et la modernité consacra une partie de ses études sur l’impact qu’aurait les progrès techniques sur l’aspect anthropomorphique. Ces derniers opèreraient, une fracture sociale entre les scientifiques et les hommes ordinaires, l’unité au sein des hommes serait en péril. Selon Hannah Arendt, les progrès techniques mèneraient aussi à une fragilisation, en effet cette « avancée » nous conduirait à notre perte puisque l’homme ne serait plus apte à contrôler ses avancées, amenant une part néfaste et dangereuse à notre monde.

Le danger pourrait venir d’un dépassement de l’humain par sa création ? Alain Turing, l’homme considéré comme le père de l’informatique travailla sur l’intelligence artificielle chez les ordinateurs et chercha à répondre à une éternelle question : « une machine peut-elle penser ? ». Il trouva une part de réponse en réalisant le test de Turing, visant à adopter l’approche sémantique humaine par l’ordinateur. Le test consistait à établir un dialogue textuel entre deux personnes (A et B) ou bien une personne et une machine (A et C). La personne témoin (A) devait reconnaître si son interlocuteur était une machine ou non. Ce test bien qu’ayant ses limites a permis de décortiquer le comportement humain afin de pouvoir le reproduire à l’identique. Le point de vue pessimiste d’Annah Arendt pourrait s’expliquer par les dérives catastrophiques qu’a connu la science, on peut citer par exemple,  les plans de la théorie de la fission nucléaire dérobé à Lise Meitner qui furent responsable des premières bombes atomiques. Seulement ce qui est à craindre n’est pas les avancées scientifiques mais bien l’utilisation que peuvent en avoir certaines personnes, il faut donc nuancer ces propos. Les progrès techniques en intelligence artificielle permettent aujourd’hui de lutter en parti contre des fléaux comme la pédophilie, on peut citer le logiciel Negobot.

En 2013, afin de lutter contre la pédocriminalité la police espagnole avait conçu avec l’aide de scientifiques un logiciel visant à traquer ces criminels, le « bot » se faisait passer pour une fillette de 14 ans simulant alors une situation permettant l’arrestation des criminels. Cette avancée technologique soumise aux bonnes personnes permet aussi de défendre des valeurs et des droits primordiaux ce qui permet de discuter sur les peurs évoquées par Hannah Arendt.

Enfin voici une bande annonce présentant le film « The Imitation game » de Morten Tyldum racontant l’invention de l’ancêtre de l’ordinateur.