Archives pour l'étiquette identité

Communication & marketing

Afin de vendre il est nécessaire de créer un climat de confiance entre le consommateur et le commerçant. C’est cette prise en considération qui permet d’établir une promiscuité qui permettra à l’acheteur de se sentir différent voir plus important qu’une autre personne. L’homme aime avoir son égo flatté, en s’adaptant à son public on capte l’attention tant désirée. Pour maintenir cette attention où la créer il est important de s’attarder sur la stratégie de communication d’une entreprise. Elle passe par plusieurs éléments dont la marque, l’identité et le logo.

La marque serait « l’image perçue par les clients pour créer une connexion émotionnelle irremplaçable avec l’entreprise et créer une relation de qualité dans son ensemble » cette définition se réfère à l’image dite perceptuelle introduite par W. Mitchell. L’image perceptuelle touche à différents sens et est donc carrefour aux émotions.

L’identité regroupe « les aspects visuels qui font partie de la marque globale », selon Mitchell l’identité serait un regroupement des différents types d’images, on retrouverait:

  • l’image graphique, elle englobe différentes données comme la charte graphique avec les couleurs, la typographie, les formes…
  • l’image verbale, elle concerne les différents communiqués et prise de parole de la marque

Le logo quand à lui va « identifie une entreprise dans sa forme la plus simple grâce à l’utilisation d’un symbole ou d’une icône. » Mitchell introduit la notion d' »hyper-icones » dans Iconologie, l’hyper-icône démontre que dans un monde, d’un coup dénué d’images graphiques il demeurait l’image perceptible qui véhicule les valeurs de la marque.

Dans l’exemple ci dessous le logo ce suffit pour comprendre la cible qui est visée et le ressenti voulu. La couronne centrée sur le mot « Rolex » traduit une volonté de faire « proner » la marque, elle évoque la richesse, de plus le fait de centrer l’image permet de montrer qu’elle est encrée fortement et qu’ elle siège. La police évoque le sérieux, le vert est foncé ce qui donne de la gamme à la marque. Ces messages inconsciemment perçus ou non forgent l’image perceptuelle.

Rolex_logo.svg

 

Sources: http://www.webmarketing-com.com/

Es-tu du genre Butler ou pas ?

Difficile de tout savoir sur les gens. L’image que nous donnons aux  autres peut s’ouvrir à toute sorte de projection fantasmatique. C’est sur cette idéologie que se base le film de Mario Fanfani.      Les Nuits d’Etés sont à la fois un hommage rendu à toutes les femmes et un questionnement sur les identités de genre. Cela fait l’objet de nombreux débats depuis quelques années notamment aux Etats-Unis avec la philosophe Judith Butler. Ses écrits portent sur notre identité sexuelle basé sur la construction sociologique. Elle approfondi le propos en que la biologie ne se suffit pas à elle-même pour être une femme ou être un homme. Dans Les Nuits d’Eté c’est l’histoire d’un notaire de province des années 50 qui décide de se travestir en secret avec des ami(e)s. Une facette que l’un de ses amis, puis plusieurs autres l’aide à explorer. En effet ce film met bien en relation le sexe biologique, l’identité des genres ainsi que la performance du genre. C’est également ce que illustre Tomboy avec un regard sur l’enfance. Mais cette fois perçu à travers le jeu sur notre identité sexuelle et celui de notre construction sociale.

 https://www.youtube.com/watch?v=NHebAaxnxKM               Bande annonce de TomBoy

 

Je veux être Hipster : Comment dois-je m’habiller ?

hipster-2

Selon Mc Luhan, le vêtement est un prolongement de la peau. C’est à dire qu’il permet de communiquer un physique autre que celui du corps humain. Le corps humain est universel, neutre et pur. Alors que les vêtements permettent à l’individu de s’identifier à une classe sociale. Classe sociale qui est définie par la Mode éphémère d’une époque. La production intensive permet d’avoir à disposition une multitude de vêtement. Plus il y a de vêtement, plus il y a de classe auxquelles on peut s’identifier.  A notre époque, il n’est pas rare que la bourgeoisie et la classe populaire s’habille de la même manière, les marques seront là pour maintenir une frontière identitaire mais l’esthétique restera similaire. L’individu cherche plus à s’identifier à un genre, un caractère ou une éthique de vie plutôt qu’a une classe sociale comme faisait à leur insu les nobles et les paysans à la Renaissances.

Aujourd’hui un bourgeois et un jeune issue d’un milieu modeste aura autant de faciliter à devenir un Hipster. Jean troué, barbe, bonnet, petite veste en jean et chemise a carreaux. Les prix ? Ca dépend du magasin mais entre un American Apparel et un Celio vous ne verrez pas la différence.
Avez-vous été hipsterisé ?