Archives pour l'étiquette Ignacio

La mondialisation néolibérale

La mondialisation néolibérale est l’un ensemble multidimensionnel d’analyses d’inspiration libérale.

Selon Ignacio Ramonet, le succès des sites d’information profite d’un plus grand nombre d’audience et fait de l’ombre à leurs éditions papier. Cependant en 2008, l’audience du New York Times sur Internet a été dix fois supérieure à celle de son édition imprimée. Les revenus publicitaires sur le Web ont été dix fois inférieurs à ceux de l’édition papier. Conclusion : pour que la publicité sur le Web rapporte, le nombre de lecteurs sur écran doit être cent fois plus important que celui de la version papier. »

Ignacio Ramonet juge sévèrement les dérives imputables aux journalistes eux-mêmes et à la « poignée d’oligarques » qui contrôlent en France et ailleurs les grands groupes de communication.

On ne s’étonnera pas de l’entendre chercher des explications du côté de la « mondialisation néolibérale ».

Au-delà de cette formule passe-partout, il met l’accent sur « l’obsession de la rapidité, de l’immédiateté, qui conduit les médias à multiplier les erreurs ». Il brosse un portrait criant de vérité des journalistes « dominants » qui vivent « hors sol, sans vrai contact avec la société ». Il leur reproche leur « complicité permanente, de consanguinité, avec la classe politique, elle-même largement désavouée ».

Sans pilote, sans boussole, les médias installés doivent se faire à l’idée qu’ils ne sont plus les seuls à tirer les ficelles. Des « journalistes citoyens » leur font la leçon. Des sites comme WikiLeaks étalent au grand jour leurs lacunes…

Paradoxalement et même si son essai suggère le contraire, Ignacio Ramonet considère qu’« il n’y a peut-être jamais eu de moment plus favorable pour être journaliste ». Un journalisme régénéré, qui s’émanciperait des « tendances médiatiques actuelles ».

Il juge que nous traversons une période d’adaptation des médias à un nouvel écosystème. Par un phénomène naturel de sélection, certains vont disparaître, d’autres vont s’affirmer. Tel est son diagnostic.

Conférence : l’explosion du journalisme.

Blog-Ramonet-Logo-Book-289x200

Vous l’avez sûrement manqué, c’était la conférence sur la condition du journalisme d’Ignacio Ramonet du 22 mars 2012 pour la promotion de son livre. Espagnol, Sémiologue du cinéma et journaliste lui même, il a dirigé pendant quelques années le mensuel : le Monde diplomatique. Pendant ce séminaire, le sujet principal traité sera la transformation des médias de masse à la masse de médias ainsi que ses conséquences directes sur le métier du journaliste, c’est à dire l’explosion ! Il faut avant tout resituer le constat médiatique alarmant : les journaux disparaissent, les journalistes se font licenciés avec la naissance d’un journalisme à but non lucratif se reposant sur un base de données et une information automatique proposant des informations low cost. Cependant il y a du bon à prendre concernant le journalisme en ligne et la presse pour les support électroniques avec une efficacité remarquable.

Malgré tout, Ramonet propose également un réflexion critique sur des problèmes majeurs comme l’insécurité informationnelle, la perte de crédibilité, la désinformation ainsi que les manipulations que connaissent les médias. Inévitablement ceci a un impact sur le journaliste qui perd petit à petit son identité professionnel avec le changement de l’écosystème médiatique ainsi que la précarisation de leurs conditions de travail. L’explosion du journalisme montre comment les médias qui sont la main d’œuvre de l’opinion publique, sont eux même devenu un problème pour la démocratie.

Cette conférence avait donc pour but de sensibiliser la population sur le nouveau fonctionnement des média à l’heure du numérique. Qu’en est-il d’aujourd’hui en 2015 ? La presse numérique s’est d’autant plus amplifié et le problème persiste, qui plus est, en pire…